bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par BMC

" Nous avons dû nous séparer des enfants
Les chats étaient allergiques"

 

“Il y a un mystère dans ma vie (...) dont la base est que je ne suis pas né à Marseille le 4 septembre 1896, mais que j’y suis passé ce jour-là, venant d’ailleurs, parce que, en réalité, je ne suis jamais né et que je ne peux pas mourir. Pour les ânes médico-légaux, c’est du délire ; pour certains de la poésie ; pour moi, c’est de la vérité comme un bifteck pommes frites ou un coup de vin blanc au comptoir d’en face”


                                                                                         Antonin Artaud

 

 


          BMC De la série "Mes naissances" Attention les enfants regardent

Ils n’auront pas connu les souffrances natales et post-natales, ils n’auront jamais d’impôts à régler. Ils ne rencontreront jamais personne pour leur barrer le chemin, leur dicter ce qu’ils doivent faire. Ils ne seront pas contraints de choisir une religion, pas contraints non plus d’aller au nom de je ne sais quel dieu, ou quelle patrie, faire la guerre.
Non plus obligés de faire des enfants.
En France, une femme fait en moyenne deux enfants, pour peu que se soit deux filles, elles feront elles aussi, deux enfants chacune. En progression géométrique imaginez ce que cela représente. Vous vous souvenez des deux grains de blé sur la première case de l’échiquier, quatre sur la deuxième et ainsi de suite jusqu’à la soixante quatrième case, tous les greniers de France et de Navarre ne suffisaient plus…
Messieurs les Terroristes, vous pouvez ranger vos Kalachnikov, elles ne risquent pas de blesser ceux qui ont la chance de ne pas être nés, ceux qui non plus ne connaitront pas le virus Ebola ou d’autres saloperies de ce genre.
On m’a souvent dit : "Tu ne veux pas d’enfants, tu verras, tu le regretteras". Le vieux bonhomme que je suis devenu ne regrette rien, ne vous déplaise ! Si tu avais eu des enfants, ils auraient pu, plus tard, s’occuper de toi pour tes vieux jours. Cela est-il une raison valable pour avoir des enfants ? Faut-il penser en premier lieu à nous , ou à eux ?
Peut-être seraient-ils devenus accros à je ne sais quelle drogue, non les enfants que je n’ai pas eus ne feront pas le bonheur des dealers.
Non les enfants que je n’ai pas eus ne feront pas non plus ce qu’auraient secrètement souhaité leurs parents. De quel droit choisir à leur place ?
Je ne regrette pas de n’avoir jamais pratiqué l’art d’être grand-père, ça m’a évité de devenir gaga.
Après ma disparition (lorsque j’aurais entamé mon deuxième centenaire) je promets de faire le nécessaire pour ne pas revenir. Si à ce moment-là, vous voyez paraître un arc-en-ciel, "une pluie de fleurs" comme le disent si bien les Tibétains, c’est sans doute que le vioque anarchiste s’est dissout dans la claire lumière, le mythe de l’éternel retour ce n'est pas pour ma pomme.

Mes Chers Enfants, vous ne connaîtrez pas la douleur de la naissance, et non plus celle de la mort.

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog