bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.



 
 
Cobra =


Copenhague, Bruxelles, Amsterdam,

Cobra est un mouvement artistique né en 1948.



Ce sont les trois villes dont sont issus les principaux fondateurs du groupe. Peintres et écrivains vont se partager la paternité du mouvement. En premier lieu Christian Dotremont à qui nous devons le nom  Cobra, Il en est le poète, le théoricien. Joseph Noiret est aussi écrivain, il seront les piliers du nouveau mouvement.
 
Les peintres suivront, Asger Jorn, Karel Appel (décédé récemment) Constant, Corneille, Jacobsen, Pedersen, Herrup, Lucebert, Lindström et  le plus connu d’entre tous, Pierre Alechinsky, mais aussi des peintres que l’on s’attend moins à trouver là, compte tenu du parcours suivi par la suite. Atlan, Doucet, Bury, Ubac,  quatre peintres qui, plus tard, vont se tourner vers l’abstraction.

Bien que le groupe n’existe que pendant trois ans, il marquera profondément ses participants. Il est surtout  connu grâce à ses peintres. La poésie y tient pourtant une grande place, en particulier avec Dotremont et Lucebert. Dotremont essaie d’établir un lien entre l’écriture et la peinture en donnant un style calligraphique à ses écrits ; il œuvrera en collaboration avec Alechinsky en écrivant sur les fameuses prédelles. C’est ce qu’il appellera des logogrammes. Ce sera pour lui des écrits qui devront plus  être regardés que lus.


 Les peintres s’inspirent souvent de dessins d’enfants, d’art populaire, d’art brut. (L’expressionnisme abstrait naîtra de cette influence en particulier avec Appel.)


Détail que l’on connaît moins, la plupart des fondateurs de Cobra sont des militants communistes. Très vite, il y aura des polémiques en particulier avec «  Les lettres Françaises » qui défendent le réalisme soviétique. Les artistes russes sont tributaires du régime et sous l’influence d’andreï Jdanov n’ont pas d’autre choix que de se soumettre à ce que l’on appellera le Jdanovisme artistique. Bien entendu il n’est pas question pour les « révolutionnaires de Cobra » de se soumettre à ce style.

 Jorn, qui fut communiste actif dans la résistance, démissionnera du Parti Communiste danois, mais restera communiste toute sa vie.



À cause de la maladie de Jorn et de Dotremont, le mouvement sera dissous en 1951.

D’autre part, certaines polémiques étaient nées entre les différents membres. C’était le temps de la guerre entre les non-figuratifs (si vous préférez les abstraits) et les figuratifs.

Rares sont les mouvements artistiques qui ayant duré si peu de temps, auront autant fait parler d’eux.

Comme j’ai, si vous le voulez bien,  l’intention de vous parler séparément des principaux participants du groupe nous en resterons là pour aujourd’hui.

Voici la liste des plus marquants artistes, peintres, écrivains et même musiciens  qui ont participé à ce mouvement. (Cette liste n’est pas exhaustive et n’engage que son auteur).

Je n’ai volontairement cité que le nom d’artiste sous lequel ils étaient les plus connus, leurs véritables noms tenant plus du Volapük que d’un nom « Chrétien ».


Artistes des Pays-Bas :

Constant (1920-2005)
Corneille  (Né en 1922)
Appel  (1921-2006)
Lucebert (1924-1994)



Artistes Danois :

Asger Jorn  (1914-1973)
Henry Heerup (1907-1993)
Linström  ( Né en 1925)
Pedersen ( Né en 1913)
Jacobsen  ( Né en 1912)


Artistes Belges :

Christian Dotremont  (1922-1979)
Pierre Alechinsky (Né en 1927)
Joseph Noiret ( Né en 1927)
Hugo Claus ( Né en 1929)
Pol Bury (1922-2005)
Raoul Ubac (1910-1985)
Reinhoud  ( Né en 1928)


Artiste Français :

Jean-Michel Atlan (1913-1960)
Jacques Doucet ( 1924-1994)


 
Lien
 





        
 
*
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.

 




 
Asger Jorn
 
J’espère que vous n’en avez pas marre de Cobra. Mais ma Muse adore et moi aussi. Et apparemment nous ne sommes pas les seuls. Alors…
 
Cet article aurait pu s’intituler : « Les raisons de la colère ».  Jorn    était
un écorché vif en guerre permanente contre la bourgeoisie et tous ses principes, particulièrement concernant l’art et la religion.
Asger Jorn de son vrai nom Asger Oluf Jorgensen jorn est né  à Verjum au Danemark en 1914. Il est le frère du peintre  Jorgen Nash (Nash était un pseudo qui évitait ainsi la confusion avec son frère). Jorgen Nash se fera tristement remarquer en décapitant la petite sirène de Copenhague.  Il mourra en 2004.
À partir de 1936 et jusqu’en 1939, Jorn travaille à l’ Académie Contemporaine Fernand Léger. C’est peut-être ici qu’il découvre  le communisme dont il deviendra un militant convaincu. La première expo Jorn a lieu à Copenhague en 1938.
Durant l’occupation du Danemark par les Nazis, en tant que communiste, Jorn va prendre une part active à la résistance. Après la guerre, il démissionnera du PC danois, qui, comme on pouvait s’y attendre ne lui laissait pas trop la possibilité de s’exprimer. Pourtant il restera communiste toute sa vie. 
Jorn qui est toujours prêt à en découdre avec la bourgeoisie, rejoint le mouvement des surréalistes révolutionnaires.
En 1948 il sera un des tout premiers membres fondateurs de Cobra, dont il deviendra le théoricien. Il écrira plusieurs essais sur l’art, et aussi des poésies. Les peintres de Cobra, comme les surréalistes, sont très influencés par la littérature.  Toujours en 1948 il expose à la galerie Breteau à Paris.
Jorn est un chercheur, c’est un touche-à-tout, il fera entre autres choses de la céramique, de la tapisserie, de la sculpture, de la  gravure, et tout cela sans jamais cesser d’écrire.
Dans une série qu’il appellera « Modifications et défigurations »,  il va récupérer des toiles anciennes aux puces pour les modifier à sa façon.
Toute sa vie Jorn se battra pour une liberté totale de L’art.
Par la suite Jorn adhère à l’Internationale situationniste, qui,  aura  beaucoup marqué l’esprit de Mai 68.
En 1961, il va démissionner de l’IS pour fonder «  l’institut  Scandinave de vandalisme comparé »
En 1968 Jorn publie un pamphlet contre le structuralisme intitulé :  "La langue verte et la cuite ".
Jorn a quitté notre monde à 59 ans, en 1973.

   
*
Publié le par Complik Clé
Publié dans : #Guest Stars

 


Après des vacances bien chargées en glandouille (il faut assumer son statut de prof, c’est pas facile), je re-tâte du clavier pour parler un peu musique…
Le chanteur de Radiohead, Thom Yorke donc (pour les néophytes) a sorti un album cet été, The eraser. Il n’a pas vraiment besoin de pub, Thom en personne ne m’a rien demandé (putain j’aurais bien aimé) mais j’ai juste envie d’inciter ceux qui ne connaissent pas à y jeter une oreille, car des artistes comme ça, c’est de plus en plus rare.
Ecoutez, juste pour voir. Attention hein, c’est pas la super joie, c’est pas le petit bonhomme en mousse de Patrick Sébastien.
 Non, Thom son truc c’est plutôt le désespoir, les questions existentielles face à certaines injustices… Mais son vrai truc, c’est sa voix. Même si vous ne comprenez pas les paroles (en english bien sûr), l’émotion vous gagne avant même qu’on ait le temps de s’en apercevoir.
Les arrangements musicaux sont surprenants, la pochette de l’album est à elle seule une œuvre, et l’album en lui-même est un petit bijou.
Thom est anti-conventionnel, il a du mal avec l’industrie du disque, il a du mal avec les jugements à l’emporte-pièce que les gens ne peuvent s’empêcher d’avoir, et pour cause : aveugle d’un œil depuis son plus jeune âge, il a subi très tôt les moqueries super intelligentes des autres (ces autres là qui aiment bien Patrick Sébastien…) et, c’est con à dire, mais ça lui a permis de développer autre chose, une intelligence, une sensibilité que ses détracteurs n’atteindront jamais.
Sa voix chante le désespoir comme d’autres chantent la joie de vivre, faut aimer. Perso ça me déprime plus d’écouter le petit bonhomme en mousse que Thom, d’autres trouveront que c’est de la musique de dépressif… Tant pis. Car, comme le disait ce cher Alfred (de Musset, grand amateur de Patrick Sébastien)
« les plus désespérés sont les chants les plus beaux/Et j’en connais certains qui sont de purs sanglots »…

A bon écouteur….

… deux-trois trucs que j’ai découverts en musique (et pas forcément désespérés) :

Smooth, Sporto Kantes, Red Snapper et Four tet…





.

 

Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.



 

 

 
Fra Angelico - Le couronnement de la vierge
 
J’avais décidé de vous parler de ce qu‘en peinture, on appelle « les primitifs ». Seulement voilà, les primitifs, il y en a beaucoup, et comme il faut bien choisir, le premier nom qui me vient à l’esprit c’est Fra Angelico.

 
Fra Angelico - La conversion de Saint Augustin
 
Vous ne le savez peut-être pas mais le 18 février de l’an de grâce mille neuf cent quatre-vingt-quatre (c’est paraît-il comme ça qu’il faut dire), le pape Jean Paul II autorisa l’Ordre des Prêcheurs à rendre un culte au bienheureux Fra Angelico. Il alla même jusqu’à le déclarer saint-patron des artistes peintres. Pour une fois où il n’était pas en croisade anti-pilule, ou anti-préservatif, c’était une bonne idée.

 
Fra Angelico - L'annonciation
 
 Et dire que les peintres n’ont même pas droit à un saint comme patron. Personnellement ce bienheureux-là me convient tout-à-fait, les peintres sont en général assez modestes, et même généralement, fiers de l’être.
Fra Angelico - L'adoration des mages
 
 
Guido di Pietro est né à Vicchio di Mugello dans les années 1400. Il est décédé à Rome en 1455.

Il passera sa jeunesse à apprendre la peinture et la miniature. Vers 1420, il entre dans l’ordre des Frères Prêcheurs au couvent de Fiesole dont le prieur n’est autre que Saint Antonin. Il va étudier la théologie, il y  sera ordonné prêtre.
Fra Angelico - La cène
 
Sa réputation de sainteté lui vaudra le surnom d’Angelico. À partir de maintenant « notre ange » ne va plus arrêter de peindre. Le plus souvent sur commande, et en particulier pour des banquiers, qui, n’ayant pas toujours la conscience tranquille, commandaient une œuvre d’art en échange de la rémission de leurs pêchés. Pratique qui, malheureusement pour les artistes, n’a plus cours de nos jours.


 
Fra Angelico - L'annonciation
 
Il n’y a pas grand-chose à dire d’une vie consacrée toute entière à  l’art et à la méditation. Que l’on ait la foi ou pas, je ne connais aucune peinture qui ressemble plus à une prière que la sienne. Certaines images ont ce pouvoir d’élever l’âme que l’on ne retrouve pas souvent, sauf  peut-être dans certaines icônes.
 
 
 
Fra Angelico
 
 
Sa peinture était , de son vivant, considérée comme dépassée ;  aujourd’hui on dirait qu’elle n’était pas à la mode. Il ignorait volontairement la perspective, que beaucoup de peintres maîtrisaient déjà. Fréquemment, il utilisera des perspectives différentes sur le même tableau. Si vous préférez : différentes lignes de fuite. Cette « technique » crée un effet étrange, irréel, mais qui donne plus de charme, qu’il ne dérange.

 
 
Fra Angelico L'annonciation
 
 
Il pratiquera beaucoup la technique de la fresque et de la détrempe, comme le fit Giotto. Il fut convoqué à Rome par le pape où il décora la chapelle papale. En remerciement, le pape voulut le nommer évêque. Il refusa, et demanda qu’un autre fût nommé à sa place.

 
Fra Angelico est retourné voir ses frères les anges en 1455. Son véhicule terrestre a été inhumé dans l’église de Minerve à Rome. (Minerve déesse de la guerre ????).



 
 *******






 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.




http://entrezlibres.free.fr/george-wc-bush/b-laden-bush-wc.jpg,art-maniac – le blog de bmc, art maniac le blog de bmc, bmc, bmc, BMC, B.M.C., b.m.c., peinture, Peinture, peinture bmc, peintures bmc, bmc artiste peintre, peintre, art contemporain bmc, le peintre bmc, artiste peintre, art moderne, Art Moderne, art contemporain, grands peintres bmc, Art contemporain bmc, art-maniac, art maniac, Art-Maniac, art maniac bmc, peinture moderne bmc, galerie bmc, le blog de bmc,tauromachie, tauromachie bmc, art et tauromachie, tauromachies, corrida, corridas, torero, toreros, toro, taureau, galerie, galeries, galerie de peinture, galeries de peintures, gallery, art, d’après Manet, d’après manet, le déjeuner sur l’herbe, Le Déjeuner sur l’Herbe, le déjeuner sous l’herbe, les restes du monde, crucifiction, crucifictions, cruci-fiction, la guerre, hommages, hommaginaires, prisonnier, prisonniers, gallery bmc, l’enfer du décor, mes naissances, naissance, naissances, vanités, vanité, vanités des vanités, Algérie, algérie, la mort, abstraits, bestiaire, peintures cubistes, chat, chats, toiles, alchimie, Alchimie, dessins, Dessins, pastels, acrylique, marchand d’art, Marchands d’arts, éditeurs d’art, galeriste, galeristes,peintre français, ufologie, musique classique, musique contemporaine, littérature, bmc, bmc,
www.amedisk.com
 
 
Lors du récent voyage de George W. Bush à Vienne, en Autriche, les journaux ont été impressionnés par les mesures de sécurité musclées accompagnant cette visite. Parmi elles, c’est la “Toilsec” (sécurité des toilettes) qui a le plus ému les Autrichiens. Ces toilettes portables avaient pour but de récolter et de rapatrier aux Etats-Unis les “déchets” de Bush, empêchant ainsi toute tentative des services d’espionnage étranger de les examiner.
Pourquoi de telles mesures ? Dans le passé, des opérations d’espionnage de ce type ont été conduites contre des dirigeants afin d’établir leur état de santé, mais elles concernaient les dictateurs de pays où ce type d’information était classé “secret d’état”. Le Mossad israëlien avait mené une telle opération contre le président syrien Hafez Al-Assad, quand celui-ci s’était rendu en 1999 à Amman, en Jordanie, pour les obsèques du roi Hussein. Le Mossad avait installé dans la chambre d’hôtel d’Al-Hassad des toilettes spéciales reliées à un flacon de prélèvement médical. On avait ainsi découvert que le président syrien était diabétique et souffrait d’un cancer.
La CIA aurait déjà utilisé un tel dispositif lors de la visite du président soviétique Mikhail Gorbatchev à Washington en 1987, et, plus récemment, lors de celle du dictateur ougandais Yoweri Museveni.


Sources : Nexus N° 46
Wayne Madsen Report, 4 juillet 2006




 
  *
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.

 


    « Papa dit qu’il a vu ça, lui… »
                   Charles Trenet          (paroles de Francis Blanche)         

 
http://entrezlibres.free.fr/le-soleil-a-rv-avec-la-lune/gogh-vincent.jpg,art-maniac – le blog de bmc, art maniac le blog de bmc, bmc, bmc, BMC, B.M.C., b.m.c., peinture, Peinture, peinture bmc, peintures bmc, bmc artiste peintre, peintre, art contemporain bmc, le peintre bmc, artiste peintre, art moderne, Art Moderne, art contemporain, grands peintres bmc, Art contemporain bmc, art-maniac, art maniac, Art-Maniac, art maniac bmc, peinture moderne bmc, galerie bmc, le blog de bmc,tauromachie, tauromachie bmc, art et tauromachie, tauromachies, corrida, corridas, torero, toreros, toro, taureau, galerie, galeries, galerie de peinture, galeries de peintures, gallery, art, d’après Manet, d’après manet, le déjeuner sur l’herbe, Le Déjeuner sur l’Herbe, le déjeuner sous l’herbe, les restes du monde, crucifiction, crucifictions, cruci-fiction, la guerre, hommages, hommaginaires, prisonnier, prisonniers, gallery bmc, l’enfer du décor, mes naissances, naissance, naissances, vanités, vanité, vanités des vanités, Algérie, algérie, la mort, abstraits, bestiaire, peintures cubistes, chat, chats, toiles, alchimie, Alchimie, dessins, Dessins, pastels, acrylique, marchand d’art, Marchands d’arts, éditeurs d’art, galeriste, galeristes,peintre français, ufologie, musique classique, musique contemporaine, littérature, bmc, bmc,
 
Vincent Van Gogh
 
La peinture, vous en avez peut-être marre. Alors j’ai décidé de vous ennuyer d’une autre façon. Aujourd’hui je vais vous parler de symbolisme. Rassurez-vous, c’est un sujet encore plus « chiant ». Mais comme il n’y a que ceux-là qui m’intéressent, tant pis pour vous et peut-être aussi pour moi…
On va commencer par les choses simples. Le Soleil et la Lune. 
Le Soleil : C’est bien le moment d’en parler, il n’y en a plus nulle part, sauf chez nous, «lol.»
Lorsque le soleil n’est pas dieu (Ra ou autre), il est le symbole de la Lumière. J’ai bien dit Lumière avec un grand L. Pour le commun des mortels (mon grand-père aurait dit : «  le vulgaire »  -autres temps, autres mœurs- on l’a échappé belle !).
Le soleil aujourd’hui est l’image des vacances, du bronzage sur la plage et de l’Ambre Solaire. Le soleil est source de chaleur, et par suite symbole de vie. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais ce qui ne vit pas est généralement froid. D’où l’expression populaire, et ma foi assez courante : « je vais le refroidir. » Trêve de plaisanteries passons aux choses sérieuses :

Le soleil représente la lumière, la vie et la chaleur. René Guénon fait remarquer que tantôt ses rayons sont ondulés (chaleur) tantôt rectiligne (lumière).
 Selon le lieu où  vous allez vous placer en vous-mêmes et selon que vous allez considérer la lumière comme un élément matériel ou spirituel, je vous laisse le soin de mettre, ou pas, une majuscule à nos astres  bien-aimés. Vous verrez ça change tout au niveau du mode de lecture.
À partir de maintenant, je m’en vais pratiquer le double langage, ce qui n’est pas fait pour me déplaire. Comprends qui voudra.
Le soleil au plan matériel est symbole de croissance ; la moisson est liée au soleil. Le soleil est aussi source de destruction ; vous n’avez certainement pas oublié l’impôt sécheresse (même que j’avais omis de me le faire rembourser. Rassurez-vous s’est fait.).
La Lumière spirituelle est-elle destructrice ? Personnellement je n’en sais rien ; et sans doute ne suie-je pas près de le découvrir. Encore trop de boulot. Mais il est dit que toutes choses doivent mourir pour renaître. Souvenez-vous « Le testament d’Orphée de Jean Cocteau » et la fleur d’hibiscus qui renaît de ses cendres.  Ne partez pas pour autant vous faire griller au soleil ; je ne suis pas sûr que ça marche. (Il existe aussi les combustions spontanées. Ça m’étonnerait fort que la Muse ne vous en parle pas un de ces jours). À la rigueur, allez vous dissoudre dans la Claire Lumière… Vous savez celle qui apparaît au moment de la «  transition   ». (Mais si ! Vous en avez sûrement entendu parler). Ne soyez pas trop pressés, on a encore besoin de vous.


Par rapport à la lune, le soleil est considéré comme yang, masculin, positif, feu. Son rayonnement est direct et chaud. C’est l’astre du jour. La lune, elle, est ying, froide, féminine, elle émet une lumière réfléchie (polarisée). C’est l’astre de la nuit.
Astrologiquement le soleil est en relation avec le signe du lion, la lune à celui du cancer. L’astre de nos nuits concerne le rêve, le subconscient. Si l’on associe souvent le soleil et la lune, c’est pour leur complémentarité, c’est en quelque sorte l’union de l’eau et du feu.
Le soleil comme la lune naissent, croissent, et meurent. Les deux sont synonymes de mort et de résurrection. Ils représentent les cycles de la vie. La lune change de forme, symbole de transformation, de croissance. La lune est l’astre de la fécondité, son cycle correspond au cycle menstruel ; il est de 28 jours. Bouddha méditera sous son arbre 28 jours avant d’atteindre le Nirvana. Et l’on dit qu’il existe 28 états angéliques.
Si le soleil est le symbole de l’esprit, la lune, elle, est le symbole de la matière. On représente la Vierge la tête dans le ciel, les pieds sur la lune. À ce niveau, il serait intéressant d’étudier l’arcane XVIII du tarot, mais probablement ça nous entraînerait  trop loin.
Le soleil est représenté par un cercle avec généralement un point en son centre. C’est le symbole de l’or philosophal chez les alchimistes. La lune est représentée par un croissant symbole de l’argent philosophal. Dans certaines traditions, le croissant est disposé horizontalement comme une barque. 


 
http://entrezlibres.free.fr/le-soleil-a-rv-avec-la-lune/tarot-lune.jpg,art-maniac – le blog de bmc, art maniac le blog de bmc, bmc, bmc, BMC, B.M.C., b.m.c., peinture, Peinture, peinture bmc, peintures bmc, bmc artiste peintre, peintre, art contemporain bmc, le peintre bmc, artiste peintre, art moderne, Art Moderne, art contemporain, grands peintres bmc, Art contemporain bmc, art-maniac, art maniac, Art-Maniac, art maniac bmc, peinture moderne bmc, galerie bmc, le blog de bmc,tauromachie, tauromachie bmc, art et tauromachie, tauromachies, corrida, corridas, torero, toreros, toro, taureau, galerie, galeries, galerie de peinture, galeries de peintures, gallery, art, d’après Manet, d’après manet, le déjeuner sur l’herbe, Le Déjeuner sur l’Herbe, le déjeuner sous l’herbe, les restes du monde, crucifiction, crucifictions, cruci-fiction, la guerre, hommages, hommaginaires, prisonnier, prisonniers, gallery bmc, l’enfer du décor, mes naissances, naissance, naissances, vanités, vanité, vanités des vanités, Algérie, algérie, la mort, abstraits, bestiaire, peintures cubistes, chat, chats, toiles, alchimie, Alchimie, dessins, Dessins, pastels, acrylique, marchand d’art, Marchands d’arts, éditeurs d’art, galeriste, galeristes,peintre français, ufologie, musique classique, musique contemporaine, littérature, bmc, bmc,
 
 
http://entrezlibres.free.fr/le-soleil-a-rv-avec-la-lune/1-enfant-hermaphrodite.jpg,art-maniac – le blog de bmc, art maniac le blog de bmc, bmc, bmc, BMC, B.M.C., b.m.c., peinture, Peinture, peinture bmc, peintures bmc, bmc artiste peintre, peintre, art contemporain bmc, le peintre bmc, artiste peintre, art moderne, Art Moderne, art contemporain, grands peintres bmc, Art contemporain bmc, art-maniac, art maniac, Art-Maniac, art maniac bmc, peinture moderne bmc, galerie bmc, le blog de bmc,tauromachie, tauromachie bmc, art et tauromachie, tauromachies, corrida, corridas, torero, toreros, toro, taureau, galerie, galeries, galerie de peinture, galeries de peintures, gallery, art, d’après Manet, d’après manet, le déjeuner sur l’herbe, Le Déjeuner sur l’Herbe, le déjeuner sous l’herbe, les restes du monde, crucifiction, crucifictions, cruci-fiction, la guerre, hommages, hommaginaires, prisonnier, prisonniers, gallery bmc, l’enfer du décor, mes naissances, naissance, naissances, vanités, vanité, vanités des vanités, Algérie, algérie, la mort, abstraits, bestiaire, peintures cubistes, chat, chats, toiles, alchimie, Alchimie, dessins, Dessins, pastels, acrylique, marchand d’art, Marchands d’arts, éditeurs d’art, galeriste, galeristes,peintre français, ufologie, musique classique, musique contemporaine, littérature, bmc, bmc,
 
L'enfant hermaphrodite de la Lune et du Soleil
Symbolisme alchimique

Puisque nous parlons d’alchimie, il est intéressant de constater que les alchimistes faisaient apparaître le soleil dans la partie gauche de leurs images. Lorsqu’on sait que ce côté représente le nord et la nuit, il est difficile de ne pas évoquer  le prologue de l’évangile de Saint Jean « La Lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas connue… ». La lune,  elle, apparaît (à droite de l’image) au sud en pleine lumière ; et ce n’est que justice puisqu’elle est le symbole de la matière, et du monde visible. La Vérité n’est sans doute pas là où nous la cherchons « instinctivement ». Elle n’est pas là où nous pensions la trouver. Le monde de la réalité n’est sans doute pas celui que nous connaissons. Mais encore faudrait-il faire la différence entre le monde de la réalité relative,  et celui de la réalité profonde…

Peut-être les artistes ont-ils une réponse ? N’est-ce pas Monsieur Klee :

« En ce monde, nul ne peut me saisir, car je demeure aussi bien chez les morts que chez ceux qui ne sont pas nés. Un peu plus près du cœur de la création qu’il n’est d’usage. Et pourtant encore bien trop loin. »
                                                                                                                             Paul Klee


 
http://entrezlibres.free.fr/le-soleil-a-rv-avec-la-lune/Ma-tete-vue-de-la-lune-.jpg,art-maniac – le blog de bmc, art maniac le blog de bmc, bmc, bmc, BMC, B.M.C., b.m.c., peinture, Peinture, peinture bmc, peintures bmc, bmc artiste peintre, peintre, art contemporain bmc, le peintre bmc, artiste peintre, art moderne, Art Moderne, art contemporain, grands peintres bmc, Art contemporain bmc, art-maniac, art maniac, Art-Maniac, art maniac bmc, peinture moderne bmc, galerie bmc, le blog de bmc,tauromachie, tauromachie bmc, art et tauromachie, tauromachies, corrida, corridas, torero, toreros, toro, taureau, galerie, galeries, galerie de peinture, galeries de peintures, gallery, art, d’après Manet, d’après manet, le déjeuner sur l’herbe, Le Déjeuner sur l’Herbe, le déjeuner sous l’herbe, les restes du monde, crucifiction, crucifictions, cruci-fiction, la guerre, hommages, hommaginaires, prisonnier, prisonniers, gallery bmc, l’enfer du décor, mes naissances, naissance, naissances, vanités, vanité, vanités des vanités, Algérie, algérie, la mort, abstraits, bestiaire, peintures cubistes, chat, chats, toiles, alchimie, Alchimie, dessins, Dessins, pastels, acrylique, marchand d’art, Marchands d’arts, éditeurs d’art, galeriste, galeristes,peintre français, ufologie, musique classique, musique contemporaine, littérature, bmc, bmc,
                                                   B.M.C. - Ma tête vue de la lune.        
 

La prochaine fois, je vous parlerai de peinture…Promis !

☽☽☽☽☽☽☽☽
 
Publié le par La Muse
Publié dans : #La Muse
 
 
la-muse.png,la-muse.png,bmc,BMC,bmc peinture, peinture, peintures,artiste,artistes, artiste peintre, artistes peintres,galerie peinture, galeries peinturess,art moderne,art contemporain,tauromachie,picasso, magritte,a-muse.png,muse,Muse, la muse, La Muse,musée,musées, BMC, bmc, B.M.C., b.m.c.,le blog de bmc et la muse,musée du louvre, musée d'art moderne, musée beaubourg, musée georges pompidou,peinture moderne, peintures modernes,peinture contemporaine, peintures contemporaines, La Muse peinture,art maniac, art-maniac,art maniac bmc, art-maniac bmc.





En 1787, Ernst Chladni avait déjà posé les bases de l’acoustique. Et comme cet homme était à la fois physicien et musicien, il s’est “amusé” à faire une expérience hautement intéressante : il frotta l’archet d’un violon sur le rebord d’assiettes plates contenant du sable. Apparurent alors dans le sable des formes géométriques différentes, en fonction du son émis.

                                          ,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
Figures de Chladni


En 1967, Hans Jenny crée la cymatique, une nouvelle branche de l’acoustique.
On peut définir la cymatique comme l’étude de la manière dont les vibrations génèrent et influencent les dessins.
 Il affine l’expérience de  Chladni en utilisant divers matériaux (sable, spores, limaille de fer ou des liquides : eau ou substances visqueuses), qu’il dépose soit sur des plaques métalliques soit sur des membranes vibrantes. Il fait alors vibrer ces plaques ou ces membranes avec des oscillateurs à cristaux. Il utilise aussi un appareil de son invention : le tonoscope.
Il obtient ainsi un réglage infiniment plus précis de la fréquence et du volume du son.
Son tonoscope a la particularité de permettre de visualiser les sons émis par la voix humaine sans appareillage électronique intermédiaire. Et ainsi on peut voir l’image physique d’une voyelle, d’un ton ou d’un chant au moment de leur émission… On peut “voir” toute une mélodie, tout en l’écoutant !
Et c’est là que je suis restée scotchée : il s’est aperçu que les voyelles de certaines langues anciennes comme l’hébreu et le sanskrit généraient dans le sable – tenez-vous bien -  la forme exacte du symbole écrit qui leur correspond !!
Comment ces peuples anciens ont-ils pu savoir cela ?...
Et ça ne fonctionne pas avec les langues “modernes”, mais qu’avec certaines langages qui se réclament du “sacré” (l’auteur cite également le Tibétain, l’Egyptien et le Chinois).
Quel est donc le pouvoir de ces sons sur la matière ? de la récitation de textes sacrés ou de mantras ?
Ne perdez pas de vue que cet homme a aussi une formation médicale et il pense qu’on peut, qu’on devrait utiliser les sons pour aider à la guérison, de par l’influence qu’ils auraient sur les gènes, les cellules et les structures du corps. Il suggère, pour ce faire, que des chercheurs étudient plus avant l’oreille et le larynx humains.


Source Nexus n°44
www.mysticalsun.com/cymatics/cymatics.html.webloc


 
Publié le par la Muse
Publié dans : #La Muse

la-muse.png,la-muse.png,bmc,BMC,bmc peinture, peinture, peintures,artiste,artistes, artiste peintre, artistes peintres,galerie peinture, galeries peinturess,art moderne,art contemporain,tauromachie,picasso, magritte,a-muse.png,muse,Muse, la muse, La Muse,musée,musées, BMC, bmc, B.M.C., b.m.c.,le blog de bmc et la muse,musée du louvre, musée d'art moderne, musée beaubourg, musée georges pompidou,peinture moderne, peintures modernes,peinture contemporaine, peintures contemporaines, La Muse peinture,art maniac, art-maniac,art maniac bmc, art-maniac bmc.





Quand on m’enquiquine, attention, “ je fesse dans le tas”, “j’ai le flux”… surtout quand je croise un “frais-chier” qui se la raconte grave..
Même que “je suis game” d’aller lui causer, moi “la grassette”, “la greluche”… euh … non … pas “la guidoune” quand même !…


Ils sont trop bien les cousins du Québec ! je les adore mais… ils appellent “foufounes” les fesses … comment kes ki font ???



http://entrezlibres.free.fr/quebec/quebec.jpg,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
CLIC

(bon, en même temps, c’est les vacances, hein….)



.
Publié le par Calaube
Publié dans : #Guest Stars
 
(Par Calaube)


 
Les petites filles se pavanaient devant la glace. Elles tournaient, viraient, et leur robe à volants s’envolaient au gré de leurs voltes. Leurs cheveux enrubannés léchaient leurs joues roses de bonheur. Bientôt elles pourraient montrer à tous et toutes leur beauté juvénile. Pour le moment elles riaient, et leurs bras potelés frôlaient leurs jupons aériens. La fête était proche ! La musique par moments se glissait dans la pièce et les fillettes aussitôt valsaient de plus belle.

Dehors, les adultes finissaient d’installer les nappes immaculées. Les parasols parsemaient le jardin comme des confettis dispersés ça et là. Des rires fusaient. La grande fête approchait, l’ambiance s’échauffait. On sentait la fébrilité dans l’imminence des festivités.

Dans sa chambre, Clara se préparait, son visage irradiait de bonheur. Bientôt, elle serait la reine de la fête. Sa robe de soie semblait avoir été taillée sur elle tant elle était ajustée. Dans ses cheveux noirs, des fleurs multicolores semblaient attendre d’être butinées tant elles étaient fraîches.

Elle était enfin prête. Elle s’assit précautionneusement pour ne rien déranger de sa tenue. Elle ferma les yeux. Son visage changea progressivement d’expression. Ses traits se tendirent, sa bouche se pinça légèrement. Elle craignait un peu de ne pas être à la hauteur du rôle qui lui incombait cette année. Pourtant, elle avait bien écouté les consignes, bien répété après son père tout ce qu’elle devait faire. Des centaines de fois, elle avait imaginé cette journée. Cela lui semblait à présent moins facile. Son cœur palpitait un peu fort et sa respiration était un peu haletante. Bien sûr les précédentes élues ne lui avaient rien raconté. A chaque fois l’expérience était neuve et rien ne filtrait de cette fabuleuse journée.

Ici, depuis quelques jours, elle regrettait de ne pouvoir serrer ses parents contre elle. Tout à l’heure, ils ne seraient pas là. D’ailleurs, elle ne connaîtrait sans doute personne. Cette fête ne ressemblerait sûrement pas à celles organisées par les gens de sa famille ou les amis. Son quartier n’était pas aussi beau. Les maisons moins grandes et les gens moins heureux.

Mais elle ne regrettait pas d’avoir eu la chance d’être là. Elles étaient nombreuses à postuler, à espérer d’entrer dans ce lieu magique afin d’y être fêtée.


Dans le quartier d’en bas, les habitants s’étaient enfermés dans leurs maisons. Ces jours là, personne n’osait sortir. Les femmes, les hommes se terraient. Personne ne voulait parler, personne ne voulait reconnaître la probable vérité. Chacun préférait le silence à une éventuelle confrontation qu’elle soit visuelle ou verbale. Ce malaise se poursuivait quelques jours, le temps de passer à autre chose. D’être obligée de reprendre le rythme routinier de la vie d’en bas.
 
La princesse du jour avançait dans la lumière, les fillettes hilares, la saupoudraient de minuscules fleurs multicolores qui faisaient écho à celles de sa coiffure. Les spectateurs se taisaient, ils portaient tous un masque d’oiseau. On entendait des bruissements d’ailes comme si des centaines de volatiles étaient contenus dans une volière trop petite. Les seuls sons humains étaient les rires des enfants mais qui progressivement devenaient étranges, au point de ressembler à des cris nerveux. Leur comportement semblait peu à peu devenir agressif, les fleurs étaient à présent jetées violemment sur l’innocente beauté qui devait de plus en plus se protéger sous la violence de leurs jets. La malheureuse roulait des yeux effarés, elle ne comprenait plus, cela ne ressemblait pas à ce qu’elle s’était imaginé, l’auditoire ne paraissait plus très amical et commençait à s’agiter tandis qu’un murmure sourd s’élevait dans l’air. On attendait quelque chose, un signal. La mise en route d’un processus inexorable qui paraissait imminent.

Le silence se fit. Plus rien ne bougeait. Même les bruissements d’ailes s’étaient tus. Les fillettes elles aussi étaient immobiles. La demoiselle délicieuse était figée dans une posture crispée. La fête, à peine commencée, était finie, elle le savait. Tout à coup des milliers de rapaces apparurent dans le ciel limpide. La nuée se dirigeait vers eux. En même temps les spectateurs formèrent un cercle autour des enfants et de la jeune fille. Telle une infernale spirale les oiseaux se laissèrent choir sur leurs proies.

La curée commença… des hurlements retentirent. Le jardin magnifique se transforma en arène de mise à mort. Seules au milieu du cercle, les sacrifiées se débattaient, essayant de repousser les attaques virulentes de leurs attaquants qui cherchaient de leurs serres ou de leur bec à se repaître d’un morceau de choix, leurs jolis yeux à présent terrorisés. Une fois arrivés à leurs fins, le combat perdit de sa brutalité. La plupart étaient à genoux les mains sur leur visage, comme dans une étrange prière. Des larmes de sang coulaient le long de leurs avant bras. Certaines, inconscientes, gisaient sur le sol. Les rapaces lissaient leurs plumes maculées de sang. Quelques instants plus tard, ils reprirent leur envol. Le ciel se voila sous leur nombre. Le cercle qui était resté immobile et silencieux se resserra progressivement autour des suppliciées agonisantes. Les masques tombèrent. La physionomie accueillante des habitants de ce palais avait disparu laissant place à des personnages faméliques. Leur beauté et leur jeunesse avaient disparu. Les vieillards squelettiques s’approchèrent à pas hésitants des corps à présent presque immobiles. Quelques unes, encore, essayaient de se débattre contre ces attaquants devenus à présents imaginaires, mais leur esprit était devenu fou, elles n’aspiraient qu’au repos. Et… seule la mort, à présent, pourrait les délivrer de cette indicible souffrance. Le cercle se refermait lentement, un murmure lancinant s’échappait du groupe. Puis doucement, comme au ralenti, les hommes et les femmes décharnés se baissèrent sur les corps maintenant immobiles des enfants et de Clara. Presque tendrement, de leurs doigts déformés, ils effleurèrent les corps. Puis, ils léchèrent avec avidité leurs mains couvertes de sang. Ce fut sans doute le goût métallique de ce sang frais qui déclencha la curée Et tels des charognards ils portèrent à leurs bouche les morceaux de chair qu’ils arrachaient de la dépouille qu’ils s’étaient choisie, certains s’étaient jetés au sol et plongeaient leur visages directement dans les entrailles des enfants. Seuls les bruits de mastication, de craquement d’os, de succion résonnait dans le silence pesant du jardin. Le festin se poursuivit longtemps. Et, c’est tard dans la nuit, repus et sanguinolents que les convives du macabre repas se retirèrent. Leurs silhouettes s’éloignèrent en silence vers leurs appartements.

La noirceur de la nuit prit possession du parc et dans un bruissement léger, d’innombrables oiseaux lilliputiens envahirent les lieux du carnage. En l’espace de quelques minutes la place fut nettoyée. Plus rien ne pouvait permettre d’imaginer les atrocités qui s’y étaient déroulées. Les arbres s’étaient redéployés, l’herbe et les fleurs avaient repris leur aspect printanier. Même l’eau de la rivière voisine semblait à nouveau reprendre vie et son gazouillis ne semblait ne s’être jamais tu.

La nuit se poursuivit sereine.

L’aube pointa. Le soleil caressa de ses rayons le domaine à présent tranquille.

La vie de ses habitants, jeunes et resplendissants, heureux, reprit son cours.


Le village d’en bas sortait lentement de sa torpeur. La vie aussi, ici, reprenait son cours. Mais ils savaient déjà, que c’’était un répit. Les familles des enfants disparus avaient préféré partir, La douleur de leur absence, trop aigüe, avait eu raison de leur réticence.


 
Publié le par la Muse
Publié dans : #La Muse
(pa Mla-muse.png,la-muse.png,bmc,BMC,bmc peinture, peinture, peintures,artiste,artistes, artiste peintre, artistes peintres,galerie peinture, galeries peinturess,art moderne,art contemporain,tauromachie,picasso, magritte,a-muse.png,muse,Muse, la muse, La Muse,musée,musées, BMC, bmc, B.M.C., b.m.c.,le blog de bmc et la muse,musée du louvre, musée d'art moderne, musée beaubourg, musée georges pompidou,peinture moderne, peintures modernes,peinture contemporaine, peintures contemporaines, La Muse peinture,art maniac, art-maniac,art maniac bmc, art-maniac bmc.u)
 
http://entrezlibres.free.fr/peine-de-mort-au-usa/1.jpg,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,

B.M.C. Les prisonniers
 
 
 
LES NOIRS AYANT DES  CARACTERISTIQUES FACIALES PROCHES DES STEREOTYPES SONT CONDAMNES DEUX FOIS PLUS SOUVENT A LA PEINE DE MORT

[IPS NEWS - Fritzroy A. Sterling - 19.07.06]

 
Aux Etats-unis, les jurys populaires des tribunaux prononcent deux fois plus la peine de mort contre des accusés noirs si ces accusés ont des caractéristiques faciales rappelant les stéreotypes habituels sur les personnes d'origine africaine (peau plus sombre, nez plus important, lèvres plus épaisses).
Ce sont les conclusions d'une étude publiée en mai 2006 dans le magazine "Psychological Science", le journal de l'association états-unienne "Association for Psychological Science". Cette association avait déja par le passé réalisé une étude prouvant que, dans les procès de meurtre, les accusés noirs avaient statistiquement plus de risques de se voir condamner à la peine de mort que les accusés blancs.
Toujours selon les statistiques, si l'accusé et sa victime sont noirs, il y a peu de risques pour que la peine de mort soit requise par les jurés. Si par contre la victime du meurtre est blanche, le facteur racial a une influence importante sur les risques que le jury demande la peine de mort.
C'est du moins les conclusions tirées de l'analyse des statistiques judiciaires menée par l'équipe du professeur d’université de psychologie Jennifer L. Eberhardt et publiées dans son rapport "Looking Death worthy" (Avoir une tête à mériter la mort).

  http://www.ipsnews.net/news.asp?idnews=34018


 
,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,L'image “http://entrezlibres.free.fr/peine-de-mort-au-usa/2.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
 
B.M.C. Les prisonniers



 
*
 
 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.
 
Voyage au pays de l’Art naïf

 
L'image “http://entrezlibres.free.fr/le-douanier-rousseau/portrait.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
Henri Rousseau dit le douanier Rousseau


Naissance à Laval le 21 mars 1844. Son père est ferblantier. Il a trois sœurs et un frère.

 
L'image “http://entrezlibres.free.fr/le-douanier-rousseau/maison-natale.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
Maison natale de Henri Rousseau à Laval
 


 A dix-neuf ans, il est exempté de service militaire. Il trouve un travail de “gratte-papier” chez un notaire. C’est là qu’il va commettre un larcin. Comme à cette époque-là, ça ne rigolait pas, pour échapper à la prison il va s’engager dans l’armée où comme on dit “il en prend pour sept ans”. Il sera affecté au 51ème régiment d’infanterie (où, bien des années plus tard, sera incorporé – contre son gré et avec quinze jours de retard – le peintre B.M.C.).

 
L'image “http://entrezlibres.free.fr/le-douanier-rousseau/algerie.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,.
 
B.M.C. - Algérie Galerie Française
 
En 1868, son père décède. En tant que soutien de veuve, il obtient l’autorisation de quitter prématurément l’armée.
En 1869, il se marie avec Clémence Boitard. D’elle, il aura sept enfants dont un seul parviendra à l’âge adulte.
En 1871, il entre comme commis de deuxième classe à l’octroi de Paris, ce qui lui vaudra son surnom de “douanier”; il est affecté à la porte de Charenton.
Agé de vingt-sept ans, il commence tout juste à peindre. Il obtient une carte de “copiste” du musée du Louvre. 


 
,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,L'image “http://entrezlibres.free.fr/le-douanier-rousseau/moi-meme-portrait-paysage.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
 
Henri Rousseau - Moi-même portrait paysage


 
C’est en copiant les grands maîtres qu’il va commencer sa carrière de peintre (je serais curieux de voir ses copies !).
Il présente ses premières œuvres au Salon officiel où, bien entendu, ses toiles sont systématiquement refusées. Pour pallier cet inconvénient, il exposera régulièrement au Salon des Indépendants où, comme chacun sait, il n’y a pas de jury et où, par voie de conséquence tout le monde peut exposer. Plus tard, il exposera également au Salon d’Automne.

 
,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,L'image “http://entrezlibres.free.fr/le-douanier-rousseau/negre-attaque-par-un-jaguar.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
 
Henri Rousseau - Nègre attaqué par un jaguar


 
1888, mort de Clémence.
1889, notre dounier écrit une pièce de théâtre intitulée “Une visite à l’exposition universelle”.
En 1893, Rousseau va quitter l’octroi et espère vivre de sa retraite (il a quarante-neuf ans). Afin d’arrondir ses fins de mois, il donne des cours de musique, de violon, et de clarinette. Pendant quelque temps il va héberger Alfred Jarry (et sa bicyclette).
Suite à ses expos aux Indépendants, il est remarqué en particulier par les autres peintres. D’abord Félix Valotton qui écrira “Henri Rousseau est l’alpha et l’omega de la peinture”.
En 1898, il épouse en secondes noces Joséphine Noury. La même année, il écrit une deuxième pièce de théâtre “La vengeance d’une orpheline russe”.

 

 

,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,L'image “http://entrezlibres.free.fr/le-douanier-rousseau/muse.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
 
Henri Rousseau - La muse inspirant le poëte
(Marie Laurencin & Guillaume Apollinaire)


 
En 1903, il rencontre Guillaume Apollinaire qui devient l’un de ses fervents admirateurs. Toujours en 1903, décès de Joséphine.
Sa situation financière est des plus précaires.. A partir de 1908, Rousseau organise chez lui des soirées musicales avec la participation de ses élèves. Il reçoit des peintres, des poètes, des journalistes. De plus en plus d’artistes s'intéressent à son travail.
Robert et Sonya Delaunay, Wassili Kandinsky, André Derain et bien d’autres encore.
En 1908, Picasso, avec la complicité d’Apollinaire, organise dans son atelier du bateau-lavoir un banquet en l’honneur du dounier Rousseau. Ce dernier joue du violon, chante et c’est à cette occasion qu’il va prononcer cette phrase devenue célèbre – s’adressant à Picasso Finalement, nous sommes les deux grands peintres de l’époque, toi dans le genre égyptien et moi dans le genre moderne”.



 
,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,L'image “http://entrezlibres.free.fr/le-douanier-rousseau/artiste.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
 
Henri Rousseau par lui-même
(Ancienne collection Pablo Picasso
)
 

A compter de 1908, le douanier va vendre quelques tableaux. Courteline lui achètera deux toiles pour son Musée des Horreurs.
Rousseau est maintenant âgé de soixante-cinq ans, mais toujours aussi naïf, il va se laisser entraîner dans une sombre affaire par un de ses anciens élèves, un nommé Sauvaget. Ce serait trop long à expliquer en détails. Sachez simplement que l’homme en question va “utiliser” Rousseau pour se procurer de faux chèques.
Le 9 janvier 1909, Henri Rousseau, dit le “dounier Rousseau” comparaît devant la Cour d’Assises (c’est vrai que ça ne rigolait pas à l’époque !) pour émission de chèques sans provisions, faux et usage de faux.
Voici comment les journaux de l’époque relatent les faits :
- Le président : “reconnaissez-vous les faits qui vous sont imputés ?
- Euh… Mon juge..
- Appelez-moi Monsieur le Président…
- Eh ben mon Président… j’ai seulement voulu rendre service. Et maintenant, j’ai mon tableau pour le Salon à faire. Un tableau de deux mètres carré, mon Président, et qui ira bien chercher dans les deux mois de travail”.
[ …] “Je suis un homme d’honneur qui n’a jamais pensé qu’à la grandeur de la France, dont je suis l’un des fils les plus illustres. Tout le monde vous le dira..”
On présenta au tribunal des peintures de notre douanier bien-aimé, représentant des singes dans la jungle, ce qui déclencha l’hilarité générale.

 
http://entrezlibres.free.fr/le-douanier-rousseau/singes-joyeux-farceurs-.jpg,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
Henri Rousseau - Joyeux farceurs


 
La Cour considéra qu’il avait été plus imprudent que criminel et compte tenu de ses antécédents militaires, il bénéficia de la loi Béranger. Lorsqu’il apprit qu’il obtenait ce sursis, il sauta de joie et dit au Président “Mon Président, je vous remercie et si vous voulez je ferai le portrait de votre dame” (sic).
Notre douanier, âgé maintenant de soixante-cinq ans, s’était amouraché l’année précédente d’une “jeune fille de cinquante-quatre ans”. Plein d’illusions, notre illustre artiste mit ses gants beurre-frais et alla chez les parents pour demander sa main. Il fut reçu comme un chien dans un jeu de quilles. Il lui fut répondu qu’il n’était pas question de marier leur fille avec un individu qui avait été jugé en Cour d’Assises et qui, de plus, était un peintre ridicule.


 
http://entrezlibres.free.fr/le-douanier-rousseau/joueurs.jpg,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
Henri Rousseau - Les joueurs de foot-ball


 
Comme il n’était pas du genre à se laisser éconduire de cette façon, il fit le tour de ses amis afin d’obtenir des certificats d’honnêteté. Le célèbre marchand Ambroise Vollard, qui commençait à s’intéresser sérieusement à son travail, lui fit un certificat sur papier timbré. Rien n’y fit, bien que l’ex-douanier dépensât toutes ses économies pour acheter près de 5.000 francs de bijoux à la demoiselle.
Rousseau meurt de la gangrène le 2 septembre 1910.
La “demoiselle” n’assistera pas à son enterrement. Seulement sept personnes y seront présentes, dont Paul Signac, qui est à ce moment-là président du Salon des Indépendants.

 
http://entrezlibres.free.fr/le-douanier-rousseau/loti.jpg,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
Henri Rousseau - Portrait de Pierre Loti


 
De la peinture du douanier Rousseau :

Dans sa peinture il n’y a aucune notion de la perspective. Il peint généralement en deux dimensions, par à-plats. Chaque chose est vue sous un angle déterminé et indépendamment de l’ensemble. Pour peindre ses scènes de jungle, il va voir les animaux au Jardin des plantes, au Jardin d’acclimatation. Il s’inspire de cartes postales ou de l’album des bêtes sauvages, qu’il a acheté aux Galeries Lafayette. On dit que lorsqu’il peignait des scènes de jungle, il était pris de panique et était obligé d’ouvrir la fenêtre pour reprendre son souffle..

 
http://entrezlibres.free.fr/le-douanier-rousseau/timbre.jpg,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,


Voici l’épitaphe que Guillaume Apollinaire lui dédia :

Nous te saluons
Gentil Rousseau tu nous entends
Delaunay  sa femme, monsieur Queval et moi
Laisse passer nos bagages en franchise à la porte du ciel
Nous t’apporterons des pinceaux des couleurs et des toiles
Afin que tes loisirs sacrés dans la lumière réelle
Tu les consacres à peindre comme tu tiras mon portrait
La face des étoiles.”


Henri Rousseau a peint 145 toiles :
72 sont aux Etat-Unis
27 en France
17 en Suisse
10 au Japon
les autres sont dispersées dans différents pays.



 
***********  



 
 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.

 








Séraphine Louis
 
Voyage au pays de l’art naïf
 
Il est très difficile de parler de Séraphine sans citer celui qui fut son découvreur, le critique et surtout très illustre collectionneur allemand Wilhelm Uhde.
Il a été un des plus grands découvreurs de talents des années 1900.
C’est à Florence qu’il s’initie à la peinture, jusqu’à ne plus vivre que pour elle. En 1904, quittant l’Allemagne, il s’établit à Paris. La même année, il achète une toile d’un jeune inconnu dont le titre est “Femme à sa toilette”. Elle est signée d’une simple initiale “P” … comme Picasso, vous l’aviez compris.
Durant son séjour en France, il fréquente tout le monde de l’avant-garde : Gertrude Stein, Ambroise Vollard, Henri Kahnweiler. Il contractera quelque temps un mariage blanc avec Sonya Delaunay (qui pourtant était une spécialiste de la couleur…).
Sa vie a été très romanesque; il existe d’ailleurs de nombreux ouvrages le concernant.
Il va très vite se constituer une collection très importante qui comprend des œuvres de Pablo Picasso, Georges Braque, Robert et Sonya Delaunay, Raoul Dufy.
Il défend aussi des peintres très contestés à l’époque et qui le sont encore aujourd”hui, y compris par moi.. (pour qui y se prend cui-là !) : Marie Laurencin, Henri Rousseau (le douanier), Louis Vivin, (on peut peut-être rajouter Raoul Dufy…).
Durant la première guerre mondiale, il retourne en Allemagne où sa collection est “confisquée” et vendue. Plus tard, il se réjouira en consultant le catalogue de cette vente qui prouvait à quel point il avait été perspicace dans ses choix…

Wilhem Uhde mène un combat pour le pacifisme et l’anti-militarisme qui n‘est pas au goùt de tout le monde en pays teuton. Aussi, en 1924, il décide de retourner en France avec son ami (et amant) le peintre Elmuth Kolle.
Il recommence une nouvelle collection. Par “hasard” (le hasard existe-t-il?), il engage Séraphine Louis comme femme de ménage.


Séraphine Louis
 
Elle a d’abord été gardienne de moutons, ensuite femme de ménage dans un couvent (où elle traquait les moutons..), puis chez Wilhem Uhde. Celui-ci ne sait pas que Séraphine fait de la peinture “en douce” en dehors de ses heures de travail. Elle peint dans sa minuscule chambre, sous une image de la Vierge et s’éclaire à la bougie.
Le hasard – encore lui – fait qu’un jour, Wilhem la surprend en plein travail.
“Que faites-vous ?”
Séraphine : “Je m’inspire des vitraux de la cathédrale” (voir Picassiette)
Le célèbre collectionneur va lui acheter ses premières toiles et défendra bec et ongles son travail.
La peinture de Séraphine est décorative. Il est curieux de constater que le monde végétal qu’elle peint à tendance à rejoindre le monde animal, les feuilles des végétaux devenant plumes d’oiseaux. Il y a parfois quelques fruits. C’est un monde onirique qui nous amène à une vision macroscopique d’un eden connu d’elle seule.

Atteinte de délire de persécution, Séraphine Louis fut internée en 1930. Elle mourut en 1942.
            Les plus grands musées du monde possèdent ses œuvres. 
 
 
*
 
Publié le par La Muse & B.M.C.
Publié dans : #La Muse


 
Nous pouvons vous le confirmer...
Expérience tentée dans les règles scientifiques les plus rigoureuses :
- en double aveugle
- à répétition depuis début juillet


 
"Se coucher tard,

Nuit"
 

                                                       Raymond Devos

 

B.M.C. -  Le combat du jour et de la nuit
 

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog