bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par La Muse et B.M.C.
Publié dans : #La Muse

La Muse :

Nous nous retrouvons victimes consentantes d'une chaîne qui déroule ses maillons sur les blogs d'Over-Blog.
Du coup, vous allez devoir subir un souvenir d'enfance du sieur B.M.C. et un de votre servante.


Au fait, ça s'arrête quand, l'enfance ? Parce que là, il me vient à l'esprit un truc bizarre qui m'est arrivé vers l'âge de 12/13 ans. On dira que c'est bon, que ça compte encore pour, vu que c'est tout-à-fait dans l'esprit de mon dernier article et n'oubliez pas que c'est Halloween, aujourd'hui !

Je faisais seule cum pedibus le trajet entre le lycée et l'appartement familial. La longue avenue était quasi-déserte. Seul un groupe de 5 ou 6 gamines et 2 garçons avançait à ma rencontre. Ils déambulaient et plaisantaient. Les filles étaient visiblement du même lycée que moi (nous portions en guise d'uniforme des blouses infâmes bleues une semaine et beiges la semaine suivante avec nos noms brodés dessus.. tout juste s'ils nous avaient pas collé un matricule !). Au moment où le groupe et moi allions nous croiser, le silence s'est fait d'un coup. Le visage des filles a pâli et s'est durci. Puis – sans se concerter - elles se sont  ruées sur moi en vociférant "Sorcière !!" et ont commencé à me frapper avec une hargne indescriptible, sous le regard ébahi des garcons, qui se sont interposés juste à temps pour m'éviter un lynchage mémorable ! Je n'ai reconnu aucune d'entre elles – elles semblaient être un petit peu plus jeunes que moi. Et je n'ai jamais compris quel diable les avait piquées !
Bon, OK.. c'était une période où, solitaire et plutôt renfermée, mes jeux consistaient à tester la télépathie – sans prévenir mes cobayes – et à faire se gratter le crâne aux passagers de l'autobus… Mais je n'en avais jamais parlé à personne.. ça, non !
En tous cas, j'ai repris ma route sans accélérer le pas ni me retourner : je me sentais invulnérable et .. très très fière (eh eh ! loupé, les filles, si vous vouliez me vexer ou m'intimider, fallait trouver autre chose !).


B.M.C. :

C'était juste après la guerre.

Nous vivions à huit dans une grande maison. Mon père venait d'allumer le poêle et, comme la cheminée refoulait abondamment, la pièce était emplie de fumée.

On sonne à la porte. Une de mes sœurs va ouvrir et se retrouve nez-à-nez avec un personnage haut en couleurs – caricature de la Castafiore, vêtue d'une longue cape, arborant une capeline rouge et, à la main, une grande canne à pommeau d'argent – qui, dans un geste théâtral se saisit d'elle pour l'étreindre.

"Je suis ta tante Moreau des Homs de Favols."

Se baissant vers moi : "Celui-là, c'est un Maure. On en fera un curé."

Enfin, s'adressant à mes parents : "On m'a confisqué mon château. Mes meubles suivent."

La tante étant cantatrice de son état, a suivi le piano à queue de concert en même temps que les salons Louis XIV, Louis XV et Louis XVI et autre menu mobilier d'époque.
Il se trouvait que ça tombait bien : c'était la grande dèche et mes parents avaient vendu tout ce qui était vendable dans la maison…

Une fois le piano ré-accordé, on a été gavés quotidiennement de Rossini à toutes les sauces…

Deux mois plus tard, les meubles étaient repartis avec la dame, qui, quelques années ensuite, termina sa vie à la Fondation Rossini, genre de maison de retraite créée par Rossini lui-même à destination des artistes lyriques qui avaient eu le bon goût d'interpréter ses œuvres.



Voilà.. on fait suivre la chaîne ! Manue, tu t'y colles ?

♬♬♬♬♬♬♬♬♬♬♬♬♬♬♬♬♬♬♬
 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.

 

 Jérôme Bosch
 
En cette avant-veille de halloween, il fallait bien trouver un peintre à la hauteur de l'événement, Jérôme Bosch me paraissait tout indiqué.

 
 

 

Jérôme Bosch - Détail
 
Peintre néerlandais célèbre pour ses œuvres fantastiques, sorte de cour des miracles, où des humains difformes rivalisent d'horreur avec des êtres mi-reptiles, mi-insectes  venus tout droit du bas astral.
 
 

 

 
Jérôme Bosch - Saint Jérôme en prière
 
 
De Jérôme Bosch, on ne sait pas grand-chose. Il est né en 1453 dans une famille d'artistes modestes à Bois-le-Duc, (Aix-la-Chapelle) son véritable nom est Hiéronimus van Haken. Son père et son grand père sont peintres spécialisés dans la fresque et la dorure (restaurateurs doreurs, et parfois "restaurateurs d'horreurs"…) Ils signent leur travail du nom de van Haken, ce qui va amener Hiéronimus pour se distinguer à prendre le nom de Bosch, nom qui signifie "bois”

 

 
Jérôme Bosch - Le jardin des délices - (Panneaux refermés)

 

 

 
 
Jérôme Bosch -  Le jardin des délices (Triptyque ouvert)
 
Hiéronimus apprend la peinture avec son père. Aucun document d'époque ne nous renseigne sur sa jeunesse; tout ce qu'on sait c'est qu'il va en 1480 épouser la fille d'un riche aristocrate, ce qui va lui permettre de vivre en faisant de la peinture sans se soucier du lendemain. Grâce à ce mariage, il est accueilli en tant que "membre notable" par la confrérie Notre-Dame. Il s'agit d'une association religieuse consacrée au culte de la vierge; il en devient le peintre attitré.

 

 

 
 
Jérôme Bosch - Dessin
 
À compter de maintenant, il semblerait qu'il ait eu une vie paisible auprès de son épouse, vie rythmée entre son travail à l'atelier, et sa participation active à la confrérie.

 


 
 Jéröme Bosch - Le chariot de foin - Panneau central

 
Petit à petit sa notoriété s'étendra bien au-delà des frontières de son pays.

Probablement ses peintures ont paru empreintes d'hérésie, heureusement pour lui son appartenance à la confrérie de Notre-Dame l'aura protégé. Comme il en était le peintre officiel, on ne pouvait pas l'accuser de connivence avec les esprits du mal. Il ne sera jamais inquiété par rapport au sujet parfois sacrilège de ses œuvres.

 


 
Jérôme Bosch - L'enfer
 
C'est dans ses lectures que Bosch puise l'inspiration. Ses sujets sont une constante confrontation entre le religieux et le profane. Il travaille d'une manière manichéenne, opposant sans cesse le bien au mal, la beauté à l'horreur. Il passera du jardin des délices à l'enfer. Chez lui il y aura toujours la thèse et l'antithèse, le vice et la vertu. Très probablement influencé par le discours des prédicateurs du moment. L'un d'eux le célèbre dominicain Alain de la Roche enseigne que les insectes et les animaux sont les représentations des vices et des péchés.


 
 
Jérôme Bosch
 
Les monstres que l'on retrouve dans l'œuvre de Bosch sont les mêmes que ceux qui figurent aux murs de nos cathédrales :  salamandres, personnages mi-animal mi- humain, gargouilles au faciès inquiétant etc.

 

 

 
Jérôme Bosch - Jésus portant sa croix 
 
Parmi les primitifs hollandais, Bosch n'est comparable à aucun de ses contemporains : de Van Eyck à Van der Weyden en  passant par Memling ou Durer. Grâce à son originalité, son travail est extrêmement moderne, en avance sur celui de ses confrères de l'époque; on pourrait presque parler de surréalisme. Si l'on faisait un inventaire de ses œuvres, on y trouverait toutes sortes de choses hétéroclites, pattes d'insectes, plumes d'oiseaux, têtes de reptiles, corps de batraciens, membres humains, mais aussi des machines infernales, des paysages enflammés, monde où règne à la fois l'ordre et le chaos.

 

 
 Jérôme Bosch -  La tentation de Saint Antoine
 
L'œuvre de Jérôme Bosch est une interrogation permanente sur la folie des hommes. Dans le célèbre tableau représentant "l'extraction de la pierre de folie", il représente le chirurgien avec un entonnoir sur la tête (image reprise bien des années plus tard par le "Canard Enchaîné", cette fois-ci concernant un illustre homme politique). Le chirurgien en question est entouré de religieux plutôt douteux à qui je ne confierais ni mon portefeuille ni ma femme.


 Jérôme Bosch - L'extraction de la pierre de folie
 
La "Nef des fous" représente des personnages visiblement éméchés, un moine et une religieuse  chantant au pied d'un mât de cocagne et  cherchant à attraper un gâteau.

 

Jérôme Bosch - La nef des fous
 
"L'escamoteur" représente l'incrédulité, et la naïveté des "gogos".


 
 
Jérôme Bosch -  L'escamoteur   
 
Dans "Le jardin des délices"  (assimilé par lui, au paradis terrestre) Bosch essaie de nous montrer l'harmonie qui est censée y régner : les hommes et les animaux n'ont plus d'agressivité, l'abondance règne, et pourtant tout semble prêt à se transformer.
 

 

 Jérôme Bosch -  Le Jardin des délices - panneau central
 
Sur le panneau de droite (voir plus haut), des maisons sont en feu, les animaux et les hommes semblent prêts à se changer en monstres, en un coup de baguette magique, le paradis peut devenir enfer : sans aucun doute la représentation de notre monde.
 
Avec Jérôme Bosch, rien n'est simple, c'est aussi pour ça que sa peinture est aussi intéressante.



 
 
 
Aujourd'hui ses œuvres répertoriées sont très rares : 25 tableaux et 8 dessins.

Il est probable qu'un grand nombre de ses œuvres ont été détruites, ou perdues.

Où peut-on les voir :

Au Musée du Louvre : (Paris) "La nef des fous"

Au musée municipal de Saint Germain en Laye : "L'escamoteur"
 
Au Musée du Prado (Madrid) : "Le jardin des délices" -"Le char de foin".
 
 
 



 

 Jérôme Bosch-  Serait-ce le tunnel vers l'au-delà ???
 
☠☠☠☠☠☠☠☠☠☠
 
 
Publié le par la Muse
Publié dans : #La Muse

 

a-muse.png,muse,Muse, la muse, La Muse,musée,musées, BMC, bmc, B.M.C., b.m.c.,le blog de bmc et la muse,musée du louvre, musée d'art moderne, musée beaubourg, musée georges pompidou,peinture moderne, peintures modernes,peinture contemporaine, peintures contemporaines, La Muse peinture,art maniac, art-maniac,art maniac bmc, art-maniac bmc.

 


Les quatre sorcières
 
 
Les XVIè  et XVIIè siècles virent en Europe se généraliser une pratique jusque là réservée à la classe ecclésiastique : la chasse aux sorcières
 

 

              

 Chambre de torture de l'Inquisition

 

(Il faut savoir que si on ne trouvait pas bien sûr de sorcières se promenant à califourchon sur leur balai, capables de provoquer ou conjurer les éléments et empoisonnant à tour de bras à l'aide de leurs "philtres", les sorcières existaient néanmoins bel et bien. De même qu'existait le sabbat  auquel participaient même parfois des gens très haut placés dans la société.)
 

Départ pour le sabbat

 
N'allez pas croire que seuls les pauvres étaient concernés par ce massacre. Ceux d'entre les représentants des classes élevées qui étaient impliqués ou simplement qui tentaient de s'interposer y eurent droit aussi.

Témoin de la diversité des victimes, cet extrait de liste d'exécution dans le diocèse de Wurtzbourg :

- 6ème exécution, 6 personnes :
l'intendant du sénat, nommé G...
la vieille madame C...
la grosse femme du tailleur
la cuisinière de monsieur M...
un étranger
une étrangère

- 13ème exécution, 4 personnes :
le vieux forgeron de la cour
une vieille femme
une petite fille de 9 ou 10 ans
une petite fille plus jeune encore, sa petite sœur

... le chanoine de la nouvelle église abbatiale, un sénateur, le choriste-vicaire de la cathédrale, un vicaire, un bailli,  etc...
 
Des lettrés et des érudits prirent aussi part à cette chasse et on ne peut pas dire que les juges se prononçaient contre l'opinion publique... bien loin de là ! La croyance à la sorcellerie et la profonde conviction de la nécessité d'éradiquer les sorcières était même un des rares points communs qu'on retrouvait chez les paysans, les bourgeois (catholiques et protestants), les juges (tant ecclésiastiques que séculiers).
 

 
Sorcières au sabbat
 
 
Dès lors, des non-religieux prirent l'affaire en mains et elle devint bientôt une véritable industrie.
Juges, geôliers, bourreaux, exorcistes, charpentiers, scribes, experts... tous devaient leur salaire à cette activité hautement lucrative. Par ailleurs, pendant les chasses aux sorcières, des quantités considérables de vin, de bière et de victuailles étaient englouties dans les auberges par les aides du bourreau...  D'où la pressante nécessité de ne pas voir tarir cette manne ! Et d'où l'idée géniale qui germa un jour dans la tête des bourreaux = contraindre sous la torture la sorcière présumée à livrer ses complices. Ainsi un seul procès pouvait en provoquer plus de cent!

 

 

Le développement de ces persecutions prit une  ampleur telle que les petits juges de provinces reculées en vinrent à se demander comment il fallait procéder.

En Angleterre, le "witch-pricking" (la technique consistant à piquer les suspects) fut alors créée. On était innocent ou coupable selon qu'on saignait ou non ! (Pour votre gouverne, en pareil cas, il faut absolument saigner si vous voulez vous en tirer!) Voilà qui simplifiait considérablement la tâche...

Une séance de piquage de sorcières à Newcastle-On-Tyne :
 
"Aussitôt qu'arriva le découvreur de sorcières, les magistrats envoyèrent leur crieur par la ville, sonnant de la cloche en criant que quiconque souhaitait déposer une plainte en sorcellerie contre une personne pouvait l'apporter au "witch-finder". Trente femmes furent amenées à l'hôtel de ville, déshabillées, et on leur enfonça publiquement des épingles dans le corps.
La plupart d'entre elles furent estimées coupables.
Le découvreur de sorcières était payé 20 shillings pour chaque femme condamnée."
 

 
Exécution de sorcières en Angleterre
 
 
En Suède, une épidémie de sorcellerie éclata en 1669 dans le village de Mohra. Les sorcières étaient accusées d'avoir emmené au sabbat 300 enfants dans le but de leur faire rencontrer le diable en personne. Un diable .. très suédois : "il avait une barbe rouge, un chapeau haut-de-forme entouré de rubans de diverses couleurs, et de longues jarretières sur ses bas".
Total : 23 sorcières furent brûlées vives ainsi que 15 enfants...
 
En France, cette même année 1669, deux frères déposèrent une plainte devant le Parlement de Rouen, s'inquiétant de l'augmentation qu'ils jugeaient inquiétante du nombre des sorcières dans leur région. 500 personnes furent soupçonnées parmi lesquelles une centaine de prêtres. L'affaire était sur le point de dégénérer en une énorme persécution lorsque le roi Louis XIV arrêta le massacre en commuant - contre la volonté des juges - les peines de mort en banissement à vie. En attendant, c'était déjà trop tard pour bon nombre d'entre eux qui avaient fini au bûcher...
 

 
Satan présidant au sabbat
 
 
Les inquisiteurs de Lisbonne et Madrid, eux,  ne jugèrent pas bon de faire le distingo entre hérésie et sorcellerie, science et magie.. les protestants, les calvinistes, les huguenots, les sorcières, les polygames, les juifs, les blasphémateurs, les commerçants anglais, les astrologues...furent jetés dans les prisons du Saint-Office.
Au XVIIè siècle, les inquisiteurs condamnèrent même au bûcher un cheval à qui son propriétaire, un Anglais, avait appris quelques tours !
 
 
 
 
Je ne sais pas ce qui me fait dire ça, mais j'ai toujours été persuadée d'avoir participé aux réjouissances, côté ...
 
 
 
 
*
 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.



 
Nous sommes le 6 juin 1562, à Venise, sur l'île de San Giorgio Maggiore. Les bénédictins du monastère souhaitent égayer leur vie monacale par quelques agapes, et comme le pape n'est pas tout à fait d'accord, ils  le feront de façon symbolique (virtuelle, dirait-on aujourd'hui). Aussi, demandent-ils à un peintre dont aujourd'hui personne ne connaît plus le nom exact, (Paolo di Gabriele, Paolo da Verona, Paolo Caliaro, Paolo Caliari), celui que tout le monde appelle Paolo Véronèse, de décorer le réfectoire, et pour cela le sujet qui s'y prête le mieux c'est, bien entendu : les noces de Cana.
Véronèse va réaliser une immense toile de 67 mètres carrés, sur laquelle vont figurer pas moins de 132 personnages, dont l'Arétin. On prétend que les musiciens qui se trouvent au centre du tableau seraient les portraits de Titien, Tintoret, et Véronèse. Il va mettre seulement quinze mois à réaliser son œuvre.
Ce tableau fit scandale… Pensez-vous, figurer une noce qui, à l'origine, représente le premier  miracle de Jésus, transformé en une fastueuse fête vénitienne, où des personnages en costumes orientaux se livrent à des beuveries, et tout ça au cœur d'un monastère!.. qu'en est-il du miracle et de Jésus dans tout ça?

Le tableau restera au monastère jusqu'au moment où Napoléon    (je ne vous demande plus quel était son prénom) qui passait par là lors de la campagne d'Italie, trouvant le tableau à son goût, décida de le ramener en France. Bien qu'il fut trop grand pour être mis dans une valise diplomatique, cela ne causa pas trop de difficultés.
 
Depuis 1798, la peinture a été installée au premier étage du Louvre. Le célèbre sculpteur Antonio Canova, qui avait été chargé de récupérer les œuvres volées par l'Empereur, acceptera que le tableau reste en France, convaincu par Vivant Denon de la fragilité de l'œuvre et des dangers qu'il y aurait à la rapporter en Italie. Un échange fut proposé par la France qui donna une œuvre de Charles Le Brun en compensation : La Madeleine et le Pharisien, (sans aucun doute marché de dupe pour les Italiens !).
Depuis ce temps, " Les Noces" coulaient des jours heureux, à deux pas de Mona Lisa, lorsque survint la seconde guerre mondiale (on est jamais tranquille!). Le tableau soi-disant intransportable est mis en sécurité dans le sud de la France. À la fin de la guerre, il retourne dans son Louvre. Lors du voyage de retour il sera endommagé, preuve qu'il n'était pas facilement transportable (faudrait savoir: on peut ou l'on peut pas le transporter ?)

À compter de 1990, il est décidé de restaurer l'œuvre, cela demandera deux ans de travail, et va provoquer de nombreuses polémiques. Il faut faire disparaître le jaunissement dû au vieillissement du vernis, analyser les "repeints" pour savoir s'ils sont de la main de l'artiste, ou l'œuvre d'un "restaurateur amateur".
Ce fut un travail gigantesque. Des historiens, des conservateurs, tous les spécialistes de Véronèse et de la restauration sont convoqués. Il fallut radiographier la toile (64 m 2), analyser les pigments utilisés, faire de très nombreuses analyses en laboratoire, je passe sur les détails.


 

Véronèse, "Les Noces de Cana" avant la restauration



 
Véronèse, "Les Noces de Cana" après la restauration
 
Durant les travaux une partie de la toile s'effondre, ce qui, bien entendu, va retarder l'échéance; tous ceux qui s'opposaient à cette restauration jubilent et ne se privent pas de le faire savoir.
Mais là où ça se corse, c'est  au moment où on passe un dissolvant pour enlever le vernis : on va s'apercevoir que le dissolvant en question dissout aussi la peinture sur le manteau de l'un des personnages, et uniquement à cet endroit, ce manteau qui est marron rouge devient vert. Et maintenant la question que tout le monde se pose est: "quelle était la couleur d'origine du fameux manteau?" La couleur à laquelle on nous a habitué est-elle celle voulue par le peintre, ou due à une restauration "sauvage"?


 

 

Et c'est là que la polémique bat son plein: rouge ou vert personne n'est d'accord. On va heureusement découvrir qu'il existe une interprétation du tableau de Véronèse réalisé par Andréa Vincentino en 1594, sur cette toile le manteau est vert.Il fut donc décidé que le manteau serait vert sur le tableau restauré, décision prise par 6 spécialistes de Véronèse.
Pour la petite histoire, l'avocat Arno Klarsfeld, et le top model Carla Bruni ont milité pour que "Les Noces" retournent à Venise dans leur monastère d'origine. Non mais de quoi je me mêle ? Inutile de dire, que, le tableau est bien installé au Louvre, et pour le moment aucun Napoléon de passage ne le  revendique.
 
 
*

 
Publié le par la Muse
Publié dans : #La Muse

 

la-muse.png,a-muse.png,muse,Muse, la muse, La Muse,musée,musées, BMC, bmc, B.M.C., b.m.c.,le blog de bmc et la muse,musée du louvre, musée d'art moderne, musée beaubourg, musée georges pompidou,peinture moderne, peintures modernes,peinture contemporaine, peintures contemporaines, La Muse peinture,art maniac, art-maniac,art maniac bmc, art-maniac bmc.

 
Ou art  de juger le caractère d'un individu d'après les expressions et traits de son visage et éventuellement formuler quelques prédictions le concernant date du milieu du XIVè siècle.
Issus du livre d'Indagine sur les arts divinatoires, publié à Strasbourg en 1531, voici quelques-uns des portraits d'époque (et ne venez pas dire que je ne m'occupe pas de vous !! merci qui?..) :  

 

 

 

 Les planètes sur le front humain.

Les planètes sur le front humain

 

 
 
 
 
 
Rides sur le front d'un homme querelleur et porté au meurtre.
 
 
Rides sur le front d'un homme exalté avec prédilection pour la prêtrise.
  
 
Rides sur le front d'un homme irrésolu.
 
 
 
Rides sur le front d'un homme destiné à être noyé.
 
 
 
Rides sur le front d'un homme instable.
 

 

Rides sur le front d'un homme heureux en guerre.
 
 
 
Rides sur le front d'un empoisonneur.
 
 
 
Rides sur le front d'une femme heureuse et fortunée.
 
 
 
Rides sur le front d'un homme aimant.
 
 
 
Rides sur le front d'un homme intègre et intelligent.


 
 
Rides sur le front d'une femme vicieuse.
 
 
 
Rides sur le front d'un homme immodéré et malade.
 
 
 
Rides sur le front d'un homme inintelligent.





Rides sur le front d'un homme imbécile et doué de longévité.





Rides sur le front d'un poète et musicien.


ºººººººººº

.
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.
 
 
Pablo Picasso - Le rêve (Marie-Thérèse Walter)  1932
 
 
Picasso a peint ce tableau en 1932, il s'agit du portrait de Marie-Thérèse Walter qui fut la maîtresse de Picasso, et aussi une de ses victimes (suicidée, pendue dans son garage).
Les tableaux de cette époque sont très recherchés pour la bonne raison qu'il y en a très peu sur le marché.
En 1997, un milliardaire américain du nom de Steve Wynn a acheté ce tableau pour moins de 50 millions de dollars.
Steve est ravi le jour où le très célèbre collectionneur d'art Steven Cohen lui fait savoir qu'il est prêt à racheter son tableau pour la somme record de 139 millions de dollars. Sachant que le tableau vendu le plus cher à ce jour est le portrait d'Adèle Bloch-Bauer peint par Gustav Klimt (tous les goûts sont dans la nature…), prix d'achat 135 millions de dollars.
Et maintenant on va faire des mathématiques (à ma façon, on va au plus simple, parce qu'après je me paume).

Achat du tableau 50 millions
Vente du tableau 139 millions
Bénéfice : 139 moins 50 égal : 89 millions de dollars. (Heureusement que ce n'est pas une histoire de baignoire qui se vide, et de trains qui se croisent, parce que là je ne m'en sortais pas).
Avant que la vente ne se fasse Steve décide d'organiser une petite fête pour que ses amis puissent une dernière fois contempler le sublime tableau. Rendez-vous est pris dans un des meilleurs  restaurants. Inutile de dire que le repas est copieusement arrosé. Au dessert, les invités sont conviés dans un bureau de l'un des casinos de Steve Winn afin d'admirer le chef-d'œuvre une dernière fois.
Devant le tableau Steve raconte son histoire, celle du "rêve" bien sûr. Il gesticule, un flot de paroles sort de sa bouche, une vapeur d'alcool embue son cerveau, et voilà notre homme qui donne un énorme coup de coude sur la pauvre Marie-Thérèse, qui n'avait rien fait pour mériter ça. D'après les témoins, le bruit fut impressionnant. Et Steve de s'écrier :"Oh merde regardez ce que j'ai fait". La déchirure mesure environ 5 centimètres de long. Bien entendu le futur acheteur s'est rétracté. Quant à Steve, il a dit deux choses : "Heureusement que c'est moi qui l'ai fait", et aussi "Je vois là un signe du destin, je dois garder ce tableau".
On se console comme on peut.



 
*
 
Cette histoire m'en rappelle une autre. Du vivant de Picasso, le célèbre photographe David Douglas Duncan, résidait à La Californie (la maison de Cannes), il devait y passer quelques jours pour photographier les œuvres du maître. Un matin Picasso dormait, David se rend dans l'atelier et commence son travail. Ce n'est un secret pour personne, chez Picasso la poussière, si j'ose dire, fait bon ménage avec l'atelier, aussi doit-il chaque fois qu'il veut photographier un tableau l'essuyer avec un chiffon propre. Il photographie plusieurs œuvres sans rencontrer de problème, et voilà qu'en passant son chiffon sur une nouvelle toile, il s'aperçoit qu'au fur et à mesure qu'il l'essuie le dessin s'efface. Stupeur et tremblement, comme aurait dit Amélie, tout le monde est pétrifié.(le dessin au fusain n'avait pas été fixé).  Que va dire le maître ? On  s'attend au pire, les colères de Picasso sont bien connues. Mais ce jour-là Picasso était de bonne humeur et tout s'est finalement bien passé, et David Douglas Duncan pourra toujours dire qu'il a fait œuvre commune avec Picasso.
 
Lien images
 






 
*


 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.
 

Antoni Tàpies

 
 
"Même dans une casserole, on peut trouver Dieu".
                                                      Thérèse d'Avila

 
Son père était avocat, sa mère issue d'une famille d'éditeurs, d'où lui vient probablement son goût pour les beaux livres. Il est né le 13 décembre 1923 à Barcelone, ville dans laquelle il va faire des études de droit et de commerce.
1942,(+ 5 après Guernica).  Ce n'est plus la guerre en Espagne, mais elle n'est pas bien loin. De quoi marquer l'esprit d'un jeune homme de 19 ans. C'est à ce moment-là qu'Antoni Tàpies qui a toujours eu une santé chancelante tombe malade, affection pulmonaire, et accident cardiaque. Il passera deux années en sana. C'est principalement là qu'il va découvrir la peinture et la musique. Il commence à s'intéresser également à la philosophie et à la calligraphie orientale.
En 1948 il fait la connaissance de Miro, et probablement sous son influence, les premières peintures qu'il réalise seront surréalistes.
Il n'y a pas grand-chose à dire de ces toiles, qui à première vue ne laissent paraître aucun talent particulier. Il faut toujours se méfier des premières œuvres en peinture, elles sont parfois trompeuses.(Ne jamais décourager un jeune peintre, merci).
Je ne sais pas si vous le savez, en Catalogne le très célèbre mystique Raymond Lulle (1232/1315), l'homme aux multiples visages, celui qui connaissait toutes les sciences, est là-bas considéré comme un saint, (promis je vous en parlerai un jour, ça vaut le détour). Tàpies est particulièrement intéressé par les écrits du Docteur Illuminatis, il en possède plusieurs exemplaires datant du XV° et XVI°siècle, avec les enluminures d'époque.
Toujours en 1948, Tàpies est co-fondateur du mouvement "Dau al set" ce qui signifie en catalan:" La septième face du dé". Ce mouvement issu de l'esprit du Dadaïsme ne durera guère.
En 1950 première expo à Barcelone.
1953, expo aux U.S.A. Voyage à New YorK.
1962, rétrospective à la fondation Guggenheim à New York.
1966, séjour en prison pour avoir soutenu une réunion d'étudiants anti-franquistes.
1970, Tàpies fait plusieurs sculptures (superbes).
1990, inauguration de la fondation Tàpies à Barcelone.
2001, donation de l'artiste à la Bibliothèque Nationale de France.
Tàpies travaille sur la matière. Il intègre à ses fonds, toutes sortes d'ingrédients; en voici quelques-uns : terre, sable, cendres, ficelles, colle, vernis. La liste serait bien trop longue pour tous les citer. Parfois c'est l'objet lui-même qui devient support : baignoire, armoire etc.
Sur ce champ de poussière (son champ de bataille), Tàpies va construire son œuvre… Maintenant que le fond est prêt, il va lacérer, griffer, inciser, laisser des empreintes d'outils, de mains, de pieds, taguer. Son œuvre tout entière consiste à détruire pour reconstruire.
Si vous regardez de près le travail de Tàpies, vous allez vite vous rendre compte qu'au-delà d'une apparente pauvreté à la fois des couleurs, neutres, et des matières brutes, son art est beaucoup plus profond qu'il n'y paraît. Cette peinture ne peut être issue que d'une profonde méditation. Et si aujourd'hui on parle trop de Zen, souvent à n'importe quel propos, et sans bien savoir ce que cela signifie, pour une fois on peut utiliser ce qualificatif qui est particulièrement bien adapté.
Tàpies qui a toujours attaché beaucoup d'importance à la gravure va développer de nouvelles techniques, entre autres pour donner du relief au papier, gaufrage, impression en creux, gravure au carborundum, collage. Si vous avez l'occasion de voir ses estampes autrement qu'en reproduction vous comprendrez très bien  ce que je veux dire.
Et maintenant je laisse la parole à Antoni Tàpies :
"Quand les formes ne sont pas capables d'agresser la société qui les reçoit, de la déranger, de l'inciter à la réflexion, de lui dévoiler son propre retard, quand elles ne sont pas en rupture, il n'y a pas d'art authentique. Devant une véritable œuvre d'art, le spectateur doit ressentir la nécessité d'un examen de conscience, d'une révision de son domaine conceptuel. L'artiste doit lui faire toucher du doigt les limites de son univers, et lui ouvrir des perspectives nouvelles. Il s'agit là d'une entreprise véritablement humaniste. Lorsque le grand public se trouve en parfait accord avec certaines formes artistiques, c'est que ces formes, trop satisfaisantes, ont perdu toute virulence. Sans choc, il ne peut y avoir d'art. Si une forme esthétique n'est pas capable de dérouter le spectateur, et ne bouleverse pas sa façon de penser, ce n'est pas une forme artistique pour aujourd'hui. "
 
Et aussi :
 
". Nous devons êtres fidèles à nos impulsions profondes. Semble-il parfois que notre recherche n'est qu'extravagance et fantaisie ? Quelle importance ? Il faut faire confiance à l'instinct. Aujourd'hui les hommes se perdent dans une floraison d'artifices et de conventions. C'est grave. Nous devons lutter de toutes nos forces afin de retrouver l'homme dans toute sa pureté."
 
Textes extraits de :" La pratique de l'art". Auteur : Antoni Tàpies 
Edition Folio
 
Quelques chers internautes, me demandent parfois: Où est-il possible de voir les tableaux dont tu parles ?

En ce qui concerne Tàpies, c'est évidemment la fondation Tàpies de Barcelone qui s'impose.

Il a des œuvres dans pratiquement tous les grands musées d'art moderne du monde.

Pour les Parisiens, je précise que la FIAC a lieu au Grand Palais du 26 au 31 octobre. La galerie où vous avez le plus de chance de voir des Tàpies est certainement la galerie Lelong.

 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.

 
Serge Poliakoff
 
IL est né à Moscou le 8 janvier 1900 sous le signe du capricorne.
Son père avait une écurie de course, et vendait des chevaux à l'armée.

Serge est l'avant-dernier d'une famille de quatorze enfants.
À dix-huit ans, il décide de quitter Moscou pour Constantinople. À compter de maintenant, il va gagner sa vie en jouant de la guitare, et de la balalaïka dans les cabarets russes.
Passant par Sofia, Belgrade, Vienne et Berlin, il arrive enfin à Paris en 1923.
Comme il n'a pas d'autre moyen de survie, il continue de gratter ses instruments dans les différents cabarets russes de la capitale.
Petit, il avait été très frappé par les icônes, ce qui probablement lui donna le goût de la peinture. Les couleurs assourdies qu'il utilisera plus tard viennent probablement de là.
En 1929, il s'inscrit à l'Académie de la Grande Chaumière. Les œuvres de cette époque sont très académiques, et il faut bien le dire pas très intéressantes.
En 1936, il va rencontrer Kandinsky, les Delaunay (Sonia et Robert), et aussi Otto Freundlich.

En 1947, il sera entraîné à Gordes par Jean Deyrolle; il va y trouver, Schneider, Vasarely, Dewasne. À rencontrer tous ces peintres non-figuratifs (abstraits), on comprend qu'il se soit dirigé vers cette recherche.
En 1950, il ne gagne toujours pas sa vie avec sa peinture et il continue de gratter sa guitare.
Il lui faudra attendre les années soixante, et par conséquent la soixantaine, pour que l'on veuille bien s'intéresser à sa peinture.
Parfois, en peinture, la réussite est "foudroyante". Dès 1962, une salle entière est réservée à ses peintures à la Biennale de Venise; la même année Poliakoff est enfin naturalisé français.
Il ne profitera pas bien longtemps de sa réussite, il meurt en 1969.
Poliakoff a eu plusieurs périodes, je ne parle pas de ses peintures figuratives. Au début il fait une recherche presque géométrique, peignant par aplat. Par la suite il continuera dans le même esprit mais avec des recherches de matière beaucoup plus intéressantes, à mon sens.
Ces tableaux ne sont pas très grands, parfois ils les juxtaposent pour en faire des triptyques, ce qui crée un effet particulièrement heureux.
Ce n'est pas très originale de dire que la peinture de Poliakoff est assimilable à la musique. Pour en parler, il est question de rythmes, de sons, de couleurs assourdies, on a l'impression qu'il peint avec une sourdine. C'est vrai qu'avant d'être peintre, il était avant tout musicien.
Si vous n'êtes pas sensible à cette peinture, c'est impossible de la décrire avec des mots (ou alors il faudrait s'appeler Malraux).
Comme pour beaucoup de peintres, il est nécessaire d'en voir un grand nombre avant de pouvoir émettre une opinion. Plusieurs œuvres vues ensembles donnent une compréhension plus claire de sa recherche.

Poliakoff, on aime beaucoup, c'est mon cas, ou on n'aime pas, y a rien à dire.
 


B.M.C. - Les Hommaginaires
 Serge Poliakoff
 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.


 
René Magritte
 
 
« Dans mon enfance, j'aimais jouer avec une petite fille, dans le vieux cimetière désaffecté d'une petite ville de province. Nous visitions les caveaux souterrains dont nous pouvions soulever les lourdes portes de fer et nous remontions à la lumière, où un artiste peintre, venu de la capitale, peignait dans une allée du cimetière, très pittoresque avec ses colonnes de pierres brisées jonchant les feuilles mortes. L'art de peindre me paraissait alors vaguement magique et le peintre doué de pouvoirs supérieurs. »

(Conférence, 1938, Magritte)
 
Né en Belgique à Lessines, (Wallonie) le 21 novembre 1898.

Il gardera de sa prime enfance, trois souvenirs :

 
Une caisse près de son berceau.
Un peintre dans un cimetière.
Un ballon de navigation échoué sur le toit de la maison.
Son père est tailleur. Sa mère est encore là, c'est une modeste modiste. Leurs affaires ne marchent pas. Ils déménagent, d'abord Gilly, puis Charleroi (où, bien des années plus tard habitera le peintre B.M.C.).
Alors qu'il est encore adolescent sa mère s'enfuit une nuit et va se jeter dans la Sambre. On la retrouvera douze jours plus tard, nue sa "robe de nuit" recouvrant sa tête. Ce dernier détail est très important. Si vous connaissez la peinture de Magritte vous aurez déjà compris.
Durant quelque temps, il vivra chez sa grand-mère.
 
En 1916, Magritte s'inscrit à l'Académie Royale de Beaux-Arts de Bruxelles. Il rencontre Georgette à une fête foraine à Charleroi, elle a treize ans, et habite Marcinelle où ses parents sont boucher. Georgette sera sa Muse, elle ne le quittera plus jamais.
Magritte apprend la peinture en particulier avec un certain Constant Montald, un plutôt mauvais peintre (point de vue purement personnel, qui n'engage que moi). Heureusement Magritte va rencontrer Marcel Lecomte, celui-ci va l'initier au surréalisme, il lui fait découvrir la peinture métaphysique de Giorgio de Chirico (qui a cette époque peignait encore bien).
En 1926, Magritte peint une soixantaine de tableaux qu'il expose à la galerie "Le Centaure."

René Magritte se rend en France, il va se lier d'amitié avec les surréalistes, en particulier André Breton, Paul Eluard, Max Ernst et même Salvador Dali.
En 1930, de retour en Belgique, Magritte s'installe à Bruxelles; il vit dans une maison modeste, qu'il ne quittera plus jusqu'à sa mort.
La maison de Bruxelles
 
La plupart de ses voisins ne savent même pas qu'il est peintre; on le prend généralement pour un retraité. Bien qu'il aie un atelier au fond de son jardin, il ne s'en sert généralement que de débarras et peint dans sa salle à manger.
 
1948 Epoque dite "vache", c'est probablement une réaction, anti-fauves. Pas grand-chose à dire sur cette période.
 
Le style de Magritte est très classique, tout à fait dans la lignée de la peinture belge; sa vision est toujours décalée par rapport à la réalité. C'est tout l'intérêt de son œuvre : elle nous oblige à nous remettre en question. Dans sa peinture le point de vue anecdotique est plus important que le style.
Lorsque Magritte peint une pipe, il écrit en dessous "Ceci n'est pas une pipe". Il a raison, la pipe peinte n'est pas une pipe, comme il le dit lui-même: "pouvez-vous la bourrer ma pipe?". Cela veut dire que sa pipe est bien la représentation d'une pipe "donc, si j'avais écrit sous mon tableau, ceci est une pipe, j'aurais menti!"
Comme toute peinture surréaliste, celle de Magritte est l'expression de l'inconscient, du rêve. Souvenez-vous, le suicide de sa mère que l'on a retrouvée sa chemise de nuit autour de la tête. Dans bon nombre de tableaux, Magritte peindra des personnages avec la tête recouverte. Voir à ce sujet "les amants".
L'histoire du ballon échoué sur le toit de la maison, là encore, on verra très souvent des grelots posés sur le toit, on peut facilement établir un rapport. Et les rochers qui volent avec un château, posé dessus, on est bien obligé, là aussi, de faire le rapprochement.
La caisse dont il parle figurera aussi sous forme de cercueils, que l'on retrouve fréquemment, " le balcon, d'après Manet", "La Récamier" etc.
Comme chacun sait, la lune est l'image de la mère, on va la trouver un peu partout dans ses peintures, quelquefois en plusieurs exemplaires sur le même tableau.
Dans le monde de Magritte, la pesanteur n'existe pas, les rochers volent. Il n'y a plus, non plus, de rapport de proportions. Bien que les objets aient très souvent une apparence réelle, ils se trouvent dans un contexte qui nous oblige à tout remettre en question.
On est en permanence déstabilisé, c'est la grande force de Magritte. La sirène n'a plus une queue de poisson, mais une tête de poisson et des jambes "humaines".
L'humour, souvent noir, est presque toujours présent chez Magritte, voir les tableaux-cercueils, le peintre qui regarde un œuf et peint un oiseau, les chaussures-pieds, il y a bien d'autres exemples.
René Magritte est un des plus caractéristiques représentants de la peinture belge, avec sans doute Paul Delvaux, et, bien entendu, James Ensor.
Magritte a généralement peint des petits tableaux (dans sa salle à manger). Toutefois il a réalisé une très grande fresque pour le casino de Knokke-le-Zoute intitulée " Le Domaine enchanté" . Il s'agit d'une fresque circulaire de 70 mètres. Il y a aussi quelques grandes fresques au Palais des Beaux-Arts de Charleroi.
René Magritte est décédé le 15 août 1967.
 
*
Publié le par la Muse
Publié dans : #La Muse
la-muse.png,a-muse.png,muse,Muse, la muse, La Muse,musée,musées, BMC, bmc, B.M.C., b.m.c.,le blog de bmc et la muse,musée du louvre, musée d'art moderne, musée beaubourg, musée georges pompidou,peinture moderne, peintures modernes,peinture contemporaine, peintures contemporaines, La Muse peinture,art maniac, art-maniac,art maniac bmc, art-maniac bmc.
"Ils" ont commencé par les appeler "armes non létales".. maintenant, de par l'expérience, certains d'entre eux parlent "d'armes moins létales"ou "moins que létales"...

C'est  la fin de la guerre froide qui a mis en exergue la nécessité de créer des armes plus adaptées aux questions de sécurité nationale ou aux interventions extérieures ponctuelles plutôt qu'au classique affrontement entre états.

D'où l'apparition de nouvelles armes  censées faire moins de morts que les bombes  mais dont le principal défaut est de faire éclater la frontière  entre le militaire et le policier, l'état de guerre et la répression des problèmes sociaux et politiques.
Il faut savoir que le budget militaire américain a explosé sous Clinton pour atteindre le double de l'ensemble des budgets des "adversaires potentiels" des USA... et ça en fait du monde !..

Les nouvelles armes ne sont plus faites pour tuer mais pour mutiler, paralyser, immobiliser, manipuler.. D'abord, c'est visuellement plus acceptable devant les caméras de CNN et autres et ensuite, ça permet de les utiliser sans état d'âme... Ah ! la guerre propre ! Et aux fabricants d'armes de vendre tous azimuths et ouvertement - et pas seulement aux démocraties, dont on pourrait peut-être espérer qu'elles ne seront pas tentées un jour de les utiliser contre leur propre population...


Petit florilège de ces joyeusetés :


- Bon, déjà, vous connaissez le "taser", une sorte d'appareil sans fil à électrochoc qui a pour but d'électrocuter à distance les individus suspects. A moins d'être cardiaque, a priori, on nous affirme que la personne devrait s'en sortir avec quelques douleurs et spasmes...
Sauf que, d'après Le Monde du 3 septembre 2006, le taser aurait été à l'origine du décès de 152 personnes aux Etats-Unis... On ne va pas s'arrêter pour si peu, on l'adopte chez nous.

- Les armes à micro-ondes, conçues au départ pour détruire l'équipement électronique de l'ennemi (Quid des gens qui se trouvent à proximité desdits équipements ?) Il en existe une version, montée sur un camion, qui a pour but de disperser les foules en infligeant une brève et très intense sensation de brûlure. Maintenant, si on la règle plus fort, rien ne dit que la foule ne se retrouvera pas cuite comme dans un four à micro-ondes...

- L'arme à impulsion électromagnétique perturbe la mémoire à court-terme et provoque la perte des fonctions corporelles involontaires.

- Un appareil photo, conçu pour l'espace, détecte un type de radiations appelé "ondes millimétriques" ou "Rayon T". Ultra-sensible, il perce le brouillard, la fumée... et même les murs et les vêtements !

Bien sûr, on peut penser à des applications de surveillance dans les aéroports (fouille à distance) - voire même, en médecine, pour regarder sous la peau et rechercher des tumeurs..



- En 2001, à New-York, une caméra d'imagerie thermale est utilisée par la "Brigade des Personnes en Transit" pour détecter les sans-domicile-fixe qui logent dans les tunnels sousterrains, grâce à leur chaleur corporelle.

- Le dispositif Tempest électronique permet de capter les émissions électromagnétiques générées par un appareil électrique. Vous pouvez capter à distance les émissions d'un écran d'ordinateur et les restituer sous la forme d'une image. En d'autres termes, espionner un ordinateur.. Il semblerait que c'est assez facile à fabriquer et indétectable..

- Le système de surveillance de type radar portable, de la taille d'un attaché-case, peut localiser et suivre un individu de l'autre côté d'un mur de brique ou de béton. Il mesure et affiche la distance qui sépare l'opérateur de l'individu en question.


- En 2002, on annonçait l'existence d'un prototype de téléphone capable de lire sur les lèvres. Pratique pour les gens qui ont perdu la voix ou pour téléphoner dans le brouhaha, mais...

- Le téléphone dentaire ne devrait plus tarder... Un implant qui fonctionne comme un téléphone mobile composé d'un mini-vibrateur et récepteur d'ondes radio.
Le son, qui atteint la dent sous forme de signal radio-numérique, est transféré à l'oreille interne par résonnance osseuse. Les infos peuvent ainsi circuler sans que qui ce soit - autre que le détenteur de l'implant - puisse y avoir accès.

- Les balles sonores émettent des balles dites "acoustiques" le long d'un étroit faisceau, d'une très forte intensité (jusqu'à 145 décibles, soit 50 fois le seuil de douleur chez l'humain). Cette arme "occasionnera l'équivalent d'une migraine soudaine même si la personne se bouche les oreilles et mettra d'autres personnes à genoux", d'après le fabricant.
Tout ce qu'il y a de pratique pour la police pour maîtriser les suspects ou réprimer les émeutes. Inutile de dire que l'armée n'est pas en reste.

Des variantes prévues pour des applications pacifiques existent. L'Hypersonic Sound System, par exemple. On tourne le haut-parleur dans votre direction et on sussure lorsque vous passez à proximité du distributeur de sodas que vous avez très, très soif..

On peut imaginer des applications telles que chasser les oiseaux nuisibles, écouter sa télé sans déranger la personne assise à côté de vous.

Un jeune chercheur américain commercialise l'audio-projecteur, de son invention, un boîtier relié à une sorte de galette de matériau composite noir qui permet de braquer le son comme un laser. L'audio-projecteur convertit un rayon d'ultra-sons en un faisceau étroit de son, en utilisant les capacités de résonance de l'air. Résultat : on entend le son lorsqu'on traverse le faisceau. Le reste de la pièce est silencieux. L'appareil peut projeter un son de 80 à 90 décibels jusqu'à 200 mètres.
http://www.holosonics.com/

- Les cyborgs. Dès 2002, Kevin Warwick a démontré la possibilité de contrôler par la pensée un fauteuil pour handicapé ou une main robotisée. Puis il a pratiqué l'implantation dans le nerf méridien d'un bras de son épouse d'un système relié au sien. Si l'un d'entre eux bougeait ses doigts, l'autre - sans intervention de sa volonté propre - voyait ses doigts bouger.
L'expérience suivante consistera à faire passer une émotion ou une sensation d'un cerveau à l'autre. Egalement à transmettre les effets d'un médicament ou d'un vaccin à distance sans contact avec la substance, mais en mettant en relation une personne vaccinée avec une non-vaccinée.

Il travaille aussi sur la télépathie. On peut concevoir à terme de voir arriver des robots dont la connection à des humains - via des implants cérébraux ou autres technologies - produira à terme une "post-humanité". C'est pas pour tout de suite mais il semblerait que c'est bien parti...


 
  à suivre demain... ou pas !
                                                                                   
On n'arrête pas le progrès (suite) 

 
//////

 
Publié le par la Muse
Publié dans : #La Muse
la-muse.png,bmc,BMC,bmc peinture, peinture, peintures,artiste,artistes, artiste peintre, artistes peintres,galerie peinture, galeries peinturess,art moderne,art contemporain,tauromachie,picasso, magritte,a-muse.png,muse,Muse, la muse, La Muse,musée,musées, BMC, bmc, B.M.C., b.m.c.,le blog de bmc et la muse,musée du louvre, musée d'art moderne, musée beaubourg, musée georges pompidou,peinture moderne, peintures modernes,peinture contemporaine, peintures contemporaines, La Muse peinture,art maniac, art-maniac,art maniac bmc, art-maniac bmc.
 
Le contrôle de la pensée.

Le Ministère de la Défense américain finance un programme de recherche appelé Cerveau/machine (Brain Machine Interfaces) consacré au développement de technologies qui permettront de lire directement les pensées émises à partir d'un cerveau vivant, et même d'y instiller des pensées. Les recherches seraient "bien avancées".

Un psychiatre spécialisé dans les troubles de la personnalité multiple (DID), le docteur Colin Ross, s'est intéressé à la CIA et au contrôle mental militaire quand certains de ses patients ont commencé à décrire leur participation involontaire à la recherche sur le contrôle mental lors d'une hospitalisation sur des bases militaires.

Ses recherches l'ont amené à découvrir que, durant la deuxième guerre mondiale, l'hypnose aurait été utilisée pour induire un DID dans le cadre d'infiltration de personnel militaire car l'amnésie induite créait une zone de sécurité en cas d'interrogatoire. Des phrases codes servaient en temps utile à faire surgir la personnalité alternante qui détenait l'information classifiée, dont la personnalité principale n'avait pas connaissance.

Des documents déclassifiés décrivent un vaste programme de recherche sur le contrôle de l'esprit mené par la CIA et les militaires entre 1951 et 1973, incluant des expériences menées sur des enfants de onze ans.. (programme MKULTRA).


Manipulation des émotions et des états de conscience.


- Les "sons silencieux".

Les Iraquiens utilisaient de petites stations radio FM commerciales situées le long de la frontière du Koweït pour transmettre des ordres codés à leurs troupes sur 100.00 Mhz. Les Américains ont alors installé un émetteur FM portatif + un générateur + un dispositif avec lecteur de K7 pour diffuser en boucle sur cette même fréquence afin de couvrir les émissions de la radio iraquienne, divulgant des morceaux de musique patriotique et religieux et des ordres militaires confus et contradictoires à destination des soldats ennemis et, bien que complètement inaudibles à l'oreille humaine, des encouragements à la reddition et des informations exagérant le nombre des soldats américains et de leurs alliés.

Ces messages à caractère négatif enregistrés sur des cassettes par des psychologues et diffusés en même temps que la programmation audible ont été clairement perçus par le subconscient des soldats iraquiens devenus peu à peu démoralisés, craintifs et désespérés. Ceci a abouti à une attaque quasiment suicidaire des soldats iraquiens à l'encontre de la station américaine.

Dépêche de la chaîne d'information britannique ITV News du 23/03/91
 
*****

- Les hologrammes

Extrait d'un article du Guardian (05/02/2000)

Destinées à leurrer un adversaire "peu sophistiqué" (et méprisants, en plus...), ces armes, qualifiées d' "utiles pour des objectifs de déception stratégiques" ont été sérieusement envisagées par les U.S.A dans la guerre contre l'Irak.

Faire apparaître un immense visage dans le ciel de Bagdad faisant entendre la voix d'Allah ordonnant aux Iraquiens de renverser "le diabolique et déloyal Saddam Hussein" !.. Techniquement, il faudrait dans l'espace un miroir de plusieurs kilomètres de large - ou fabriquer un "miroir" à base d'air chaud/froid et créer un mirage artificiel en chauffant l'atmosphère avec des ondes radio ou des micro-ondes. Pour ce qui est de la voix, il aurait fallu bombarder les spectateurs de micro-ondes mais techniquement c'était pas simple et le résultat risquait de ne pas être terrible..
 
*****

- Recherches sur la modification du comportement

Extrait d'une analyse présentée lors du Symposium du Coité International de la Croix-Rouge

- des moteurs d'automobile pouvaient être arrêtés par des ondes précisément réglées, dès 1943

- des études faites sur "des organismes vivants" (souris et marmottes) ont révélé que des ondes de 2 à 60 cm de longueur provoquaient des hémorragies des poumons, tandis que celles inférieures à 2 cm détruisaient les cellules nerveuses

- dès 1953, aidés par des scientifiques (ex-)nazis, les Américains ont conduit des programmes de narco-hypnose sur des victimes non-consentantes (prisonniers, patients psychiatriques, étrangers, minorités ethniques, "déviants sexuels"...) sous le terme générique de MK (pour Mind Kontrol).

Le principal objectif étant le développement  d'un assassin "programmable" fiable et le deuxième objectif une méthode de contrôle des citoyens.

Il fut démontré que la stimulation électronique peut exciter d'intenses émotions et sensations (rage - désir - fatigue - exaltation - concentration - hallucinations).

Dès 1974, un fournisseur de l'armée américaine "développa un système informatique capable de lire les pensées d'une personne".

- des études financées par la CIA furent orientées vers la possibilité d'effacer la mémoire et d'imposer de nouvelles personnalités à des patients choisis

- une autre étude (Pandora) eut lieu entre 1965 et 1970 pour décrire comment provoquer des crises cardiaques, créer des petites ouvertures  dans la barrière hématoméningée et produire des hallucinations auditives.


A partir de Reagan et de Busch-père furent mis en place des dispositifs pour rendre l'accès à l'information extrêmement difficile.

 
*****


Le numéro d'avril 94 du Scientific American contenait un article intitulé "Bang, you're Alive" (Pan! Vous êtes en vie) qui décrivait brièvement une partie de l'arsenal connu des armes "moins que létales" alors disponibles. Entre autres, carabines lasers et générateurs d'infrasons provoquant des nausées et des diarrhées.

- en juillet 96, on apprit qu'un budget de "moins de 50 millions de dollars" (?) a été débloqué pour financer le développement de "générateurs électromagnétiques d'une grande puissance qui interfèrent avec l'activité cérébrale humaine". Un professeur de physique de Harvard a déclaré à propos de ce générateur "Ces matraques électriques sont conçues pour envahir l'esprit et court-circuiter les synapses. Elles pourraient être utilisées pour désorienter des foules entières ou pour manipuler des individus à adopter un comportement auto-destructeur".

- des armes non-létales acoustiques (sons de forte intensité/atténués), infrasons (très basse fréquence) et Polyson (fort volumes gênants) ainsi que des micro-ondes de forte puissance et d'autres armes classifiées sont aux mains depuis 1995 des Services Nationaux de la Police dans l'application de la "lutte Anti-drogue". Certains observateurs craignent que l'industrie narcotique florissante ne soit une "couverture" idéale par laquelle faire transiter les technologies non-létales pour servir des objectifs de politique intérieure.

 
*****


Cette liste n'est qu'une partie de la partie visible de l'iceberg.. manquent, entre autres, la puce RFID, les satellites-espions, les armes influant sur le climat, les pandémies programmées... 
Et quand je vous dirai qu'il est techniquement possible de bidouiller un four à micro-ondes et vous en servir d'arme contre les voisins (des plaintes ont déjà été déposées)... vous vous sentez comment, là, d'un coup ?...

bibliographie 
CAPT
le site de JP PETIT

On n'arrête pas le progrès (première partie)

 
    FIN



///////




 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.
 

Yves Klein


Vous n'y verrez que du bleu.


Yves Klein est né à Nice le 28 avril 1928.

Son papa est le peintre Fred Klein, sa maman est  également peintre  sous son nom de jeune fille, Marie Raymond, "abstrait"  (informel)

Jusqu'en 1947, pas grand-chose à dire sur l'enfance d'Yves. Il fait des études à L'Ecole Nationale de la Marine Marchande, et à l'Ecole Nationale des Langues Orientales.

Vous allez voir, comme je le pense (vous n'êtes pas obligé de me croire), le hasard n'existe pas. En effet, Yves Klein, qui déjà s'intéresse à l'ésotérisme, et à la spiritualité orientale, décide d'apprendre le judo. À cette époque, le judo n'était pas considéré comme un sport, mais comme une technique, permettant au pratiquant la réalisation de son être spirituel.

Et voici Yves qui s'inscrit au club de judo de Nice. Devinez qui il va trouver là : Claude Pascal et Armand Fernandez (le futur Arman). Deux personnes qui vont beaucoup compter dans sa vie.
Les trois complices sont maintenant inséparables.
Ne décident-t-ils pas tout simplement de se partager le monde: pour Armand (son nom s'écrit encore avec un d*), la Terre et ses richesses, à Claude revient l'Air, et pour Yves le Ciel et son infini.

En 1948, Yves déclare tout de go à ses amis. Ça y est, j'ai trouvé, et il brandit un livre que vous connaissez peut-être," La Cosmogonie des Rose-Croix" de Max Heindel. Comme le livre leur parait plutôt absconds, ils vont trouver un occultiste niçois du nom de Louis Cadeaux afin de se faire "expliquer" le fameux livre.
Je précise que le livre de Max Heindel est écrit dans un langage très simple, mais on peut comprendre que des jeunes gens qui avaient à peine vingt ans aient été un peu perdus dans les méandres de la dialectique ésotérique. Pendant environ quatre ans Yves Klein et Claude Pascal vont étudier la doctrine rosicrucienne. Ils adhèrent à la société de Rose-Croix d'Oceanside en Californie.

Après son service militaire en Allemagne, Yves va s'installer pour quelque temps à Londres, en compagnie de son inséparable ami Claude Pascal. Ils avaient prévu de faire un tour du monde initiatique, malheureusement la santé de Claude ne le permettra pas. Yves trouve un emploi chez un encadreur qui avait travaillé pour son père; ils continuent plus que jamais de pratiquer le judo.

C'est vers 1946 qu'Yves va créer ses premiers monochromes, il s'agit de gouaches et de pastels.

Yves Klein va se rendre en Espagne où il devient moniteur de judo.

Yves rêve depuis déjà longtemps d'importer en Europe la technique des Katas japonais. Aidé financièrement par sa tante, il part pour Yokoama où il arrive le 23 septembre 1952. Il s'installe ensuite à Tokyo et s'inscrit à la plus célèbre école de judo japonaise, l'institut Kôdôkan. Pour vivre, il donne des cours de français, et commence à écrire un livre sur le judo. Il obtiendra le quatrième dan de judo, ce  qui à l'époque était le plus haut niveau pour un européen.

De retour à Paris en 1954, il publie son livre "Fondements du judo" (Edition Grasset)

img120/3110/5pr3.jpg,judo bleu klein, ikb,,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
Yves Klein – Les fondements du judo.

Yves Klein se rend en Espagne où il fera éditer deux recueils de gravures de ses monochromes, la préface est, si l'on peut dire, signée par Claude Pascal. J'ai bien dit "signé si l'on peut dire" pour la bonne raison que cette préface est composée de simples lignes noires, comme si le texte avait été rayé.

De retour à Paris, Yves Klein présente un monochrome orange au Salon des réalités Nouvelles (salon réservé aux peintres non-figuratifs). Son tableau est refusé. Le jury croit bon de s'excuser auprès de Marie Raymond: "Vous comprenez, ce n'est pas vraiment suffisant tout de même; alors si Yves acceptait au moins d'ajouter une petite ligne, ou un point, ou même simplement une tache d'une autre couleur, nous pourrions l'accrocher, mais une seule couleur unie, non, non, vraiment ce n'est pas assez, c'est impossible!
    (Yves Klein, L'Aventure monochrome).
Yves Klein va ouvrir une école de judo à Paris, 104 Boulevard de Clichy. Il en profite pour faire une exposition de ses monochromes dans le dojo.

En 1956 Yves Klein expose quelques œuvres à la  galerie Colette Allendy, rue de l'Assomption à Paris.

Yves Klein est adoubé Chevalier de l'Ordre des Archers de Saint Sébastien en l'église Saint Nicolas des Champs à Paris. Sa devise est "Pour la couleur! Contre la ligne et le dessin!"

Première rencontre d'Yves Klein avec Iris Clert, qui a une toute  petite galerie de vingt mètres carré, rue des Beaux-Arts; ce sera le début de leur collaboration. Iris clert à la bonne idée, compte tenu de la dimension de sa galerie d'organiser un mini salon, où ne seront exposés que des tableaux de très petits formats, Yves Klein y participe.
En 1957, Yves Klein expose à Milan onze tableaux de même format (78 x 56 cm.), Uniformément peint en bleu outremer,( ce n'est pas encore le bleu Klein) suspendus dans l'espace par un système d'équerres à 20 cm. du mur. Lucio Fontana en a acheté un (si vous connaissez la peinture de Fontana ce n'est pas très étonnant).

De retour à Paris, Yves exposera parallèlement chez Colette Allendy et Iris Clert. À l'occasion de l'expo chez Iris Clert aura lieu un lâcher de  1001 ballons bleus. Il s'agit pour Yves Klein d'une "sculpture aérostatique".

En 1957, la notoriété de Klein gagne l'étranger. Il expose à Londres. La même année, il rencontre Rotraut Uecker qui devient son assistant. En 1962. Yves Klein obtient une commande importante pour l'Opéra de Gelsenkirchen, à cette occasion il rencontrera Jean Tinguely.

Avril 1958 : Premier pèlerinage au monastère de Sainte-Rita à Cascia en Italie. Pour ceux qui ne le sauraient pas, Sainte Rita est l'avocate des cas désespérés. Un ami peintre qui a connu Yves Klein m'a dit qu'il aurait fait ce voyage pour demander à la Sainte de le rendre célèbre. Perso j'ai du mal à le croire, mais si ça marche je vais finir par y aller, pas pour devenir célèbre, ça je m'en fiche complètement. Mais pour que ma peinture se vende un peu plus cher, ça je ne m'en fiche pas, ça m'arrangerait bigrement, (Je rigole).
Klein demande l'autorisation, pour le vernissage de son expo chez Iris Clert, d'illuminer l'obélisque en bleu, l'autorisation sera refusée, (Bertrand Delanoé n'était pas encore maire de Paris).

Exposition "Le Vide", Galerie Iris Clert. La galerie est complètement vide, les personnes présentes au vernissage sont quelque peu gênées.

Yves Klein à pour ami un certain Robert Godet, occultiste, philosophe, et professeur de judo, ex-disciple de Gürdjieff. C'est chez lui, dans son appart de l'Ile Saint Louis qu'il va réaliser ses premières expériences avec "des pinceaux vivants". Expériences baptisées "Anthropométries". L'expérience consiste à enduire de peinture bleue,(le bleu Klein, dénommé IKB pour internatinal Klein blue, couleur déposée) le corps d'une femme et ensuite de lui demander de se "rouler" sur une feuille blanche pour y laisser son empreinte.

En 1959, Yves Klein fait une conférence à la Sorbonne " L'évolution de l'art en immatérialité". C'est à la même période qu'il va créer ses "reliefs" à partir d'éponges peintes en bleu.

1961,Yves Klein se rend une deuxième fois en pèlerinage à Cascia. Dieu seul sait ce qui s'est dit entre Yves et Rita ?

Yves klein fait don au monastère d'un triptyque en forme d'ex-voto. Il s'agit d'une boîte en altuglas qui contient des pigments bleus, des pigments roses, quelques feuilles d'or, et de minuscules lingots d'or. À cela est joint une prière écrite de la main de l'artiste.
On peut voir l'ex-voto en question au centre Pompidou, expo Yves Klein, jusqu'au 5 février 2007.

Lorsque l'artiste vendait une œuvre "immatérielle", l'acheteur était tenu de jeter une certaine quantité d'or dans la Seine, Yves Klein faisait un reçu qui aussitôt fait était brûlé sur place. (Pour les "avides" plongeurs, je précise, la scène se passait au pont de l'Alma).

 Yves Klein travaille aussi à partir du feu, il brûle des cartons humides.

En 1960, Yves Klein fit des moulages d'Arman et de Martial Raysse, qui devaient être peints en "IKB"; seul le moulage d'Arman verra le jour.
Certaines toiles seront volontairement transportées de Paris à Nice sur le toit d'une automobile, afin que la pluie et le vent fassent leur travail d'érosion.

Bien que la carrière d'Yves Klein ait été très courte de 1954 à 1962, 8 ans), il a réalisé  un grand nombre d'œuvres, sans compter les immatérielles…Il a aussi beaucoup écrit.

1962, C'est l'année du mariage d'Yves Klein avec Rotraut Uecker. Yves fait, coup sur coup, deux crises cardiaques (n'y voyez aucun rapport avec son mariage).

Yves Klein décède d'une troisième crise cardiaque le 6 juin 1962. Son fils Yves naîtra en août de la même année.

*Iris clert, qui était aussi le marchand d'Arman lors de sa première expo, lui demanda s'il avait un nom d'artiste, celui-ci répondit oui Armand, tout simplement, alors Iris fit faire des affiches "Exposition Arman, galerie Iris clert" . Et comme il n'était pas question de les refaire Armand devint définitivement Arman.


///////

 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.
 
Mona Lisa, qui était-elle? D'où venait-elle? On a dit tant de choses sur son compte; certains prétendent que ce serait un homme, connaissant les goûts de l'illustre savant c'est possible. Mais comme ça risque de faire l'objet d'un autre article, je vais vous parler, non pas du modèle, mais de la "reproduction" en deux dimensions sur panneau en peuplier de 77 x 53 cm.

Elle est conçue en 1503, son accouchement "définitif" aura lieu en 1507. À compter de ce moment, elle va vivre une jeunesse dorée auprès de son papa, qui ne voudra jamais s'en défaire, même à la demande expresse de François (pas le Président, le Roi).

À la mort de Léonard, François Ier. l'installe au château de Fontainebleau.
 Louis XIV la fait transporter à Versailles, où elle entend tout ce qui  peut se dire dans le cabinet du Roy.
 Napoléon (au fait c'était quoi son prénom à Napoléon ?) l'installe dans la chambre de Joséphine où elle entend d'autres discours…
Sans doute lassée des soupirs, elle se retrouve enfin au Louvre en 1804.

Alors là c'est le bonheur total. Mettez-vous à sa place, vous êtes collé à un mur, et du matin au soir, des centaines, peut-être des milliers de gens viennent s'extasier, parlent de votre beauté, que sais-je encore… Avouez qu'il y a de quoi sourire. Jusqu'au 21 août 1911, jour, où un certain Vincenzo Perugia, vitrier de son état, par une ruse à sa façon, va vous entraîner de force; et comme vous n'êtes qu'un malheureux petit panneau de peuplier, difficile de résister.

 Durant deux ans, vous allez être collé au mur de sa modeste chambre parisienne; là plus d'admirateurs, deux ans de cellule, c'est dur. Pour le principe vous souriez toujours, mais le cœur n'y est plus, comme personne ne vous voit, on ne peut pas savoir, peut-être à ce moment-là le fameux sourire est-il devenu rictus ?


 

 
Photo d'époque (Musée du Louvre)

Grand branle-bas dans Paris, ce cri n'a fait qu'un tour: "On a volé la Joconde" . On promet moult récompenses. D'abord la Société des Amis du Louvre 25.000 Fr. Peu de temps après la somme est doublée, la célèbre revue "L'illustration" propose 50.000 Fr. à celui qui rapportera le tableau à la réception du journal. Rien n'y fait.

On va accuser Apollinaire et Picasso d'avoir fait le coup (souvenez-vous l'affaire des statues, mais c'est une autre petite histoire…).
 
Comme vous vous en doutez, le voleur en question, qui était sans doute plus un illuminé qu'un escroc, offrit à Mona Lisa un petit voyage en Italie. T'as voulu voir Florence et on a vu Florence… (Dutronc n'était pas encore là, Brel non plus). Arrivé dans la ville des merveilles, en faisant bien attention à ne pas attraper le syndrome (vous avez entendu parler du syndrome de Florence ?), Vincenzo présente Mona Lisa à un certain  antiquaire, qui l'ayant reconnue prévient, comme on dit "les autorités".

Notre homme prétendit qu'il voulait rendre le tableau a l'Italie. Dans son pays, il devint un héros national.

Mona Lisa eut droit à un retour gratuit payé par l'état. Depuis ce temps, elle n'a plus quitté son cher Louvre que deux fois. Une première fois pour aller aux U.S.A., une autre fois pour aller au Japon.


Bien entendu il y aura toujours quelqu'un pour dire que la Joconde du Louvre n'est qu'une vulgaire copie….

 
ooooo


 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.

 

kiefer,art-maniac,le blog de bmc,

elm Kiefer
«Pour se connaître soi, il faut connaître son peuple, son histoire... j'ai donc plongé dans l'Histoire, réveillé la mémoire, non pour changer la politique, mais pour me changer moi, et puisé dans les mythes pour exprimer mon émotion. C'était une réalité trop lourde pour être réelle, il fallait passer par le mythe pour la restituer.»

 

              
elm

 

En principe tous les peintres dont je vous parle, j'ai vu leurs œuvres, souvent de très nombreuses fois. Je veux dire, je les ai vues, comme disent les enfants, pour de vrai. Celui dont je vais vous parler vit et travaille à quelques kilomètres de chez moi, et pourtant je n'ai vu ses œuvres qu'en reproductions. Il faut vous dire qu'Anselm Kiefer, n'a pas beaucoup exposé en France. Il est à mon humble avis trop, beaucoup trop méconnu, des amateurs d'art français.

Personnellement, je considère que parmi les peintres contemporains vivants, Kiefer est certainement le plus important.

 

kiefer,art-maniac,le blog de bmc,

 

 

Anselm Kiefer est né en Allemagne à Donaueschingen, le 8 mars 1945.

Avant de découvrir sa véritable vocation, Kiefer étudie le droit, et la littérature. Par la suite il va s'inscrire à l'école des Beaux-Arts de Düsseldorf. À cette époque, il se considère comme un disciple de Joseph Beuys.

 

 

kiefer,art-maniac,le blog de bmc,


 
Anselm Kiefer
(Sculpture)

 

Anselm Kiefer vit et travaille dans le sud de la France depuis 1991.

 C'est très certainement un des peintres qui figurent le mieux notre époque. Ses premières œuvres représentent le plus souvent des greniers, les dominantes sont couleur bois, le symbole est déjà évident, on à presque l'impression d'être à l'intérieur de son cercueil.

 

 

kiefer,art-maniac,le blog de bmc,

 

Par la suite Kiefer va faire une série de peintures, qui ne seront ni plus, ni moins qu'une douloureuse méditation sur les conséquences du nazisme.

 

 

r

 

 

 

D'immenses paysages désertés par l'homme; parfois apparaît une baignoire, peut-être, là encore, s'agit-il d'un cercueil. Parfois des rails de chemin de fer s'arrêtent au milieu du "paysage", rails qui ne mènent nulle part, (souvenez-vous du dernier tableau de Van Gogh, ce chemin tronqué survolé par des corbeaux), rails qui menaient jadis à quelque camp d'extermination.
 

 

 

 

 

 

Ses toiles sont monumentales ( 5-6 mètres de haut), les matériaux utilisés sont des matières à l'état brut, du sable, de la terre, de la cendre, du plomb, les couleurs sont neutres, éteintes, tout suggère la destruction, la mort.

Souvent il va peindre des murs de briques, ou de terre, cela se passe de commentaire.
 

 

 

 

Dans l'œuvre de Kiefer apparaît en filigrane une démarche spirituelle. Recherche de la Connaissance. Les livres apparaissent partout dans son œuvre, très souvent en plomb.

 

 

nselm Kiefer
(Sculpture)


 
C'est l'autre face du personnage, comme si le désastre qu'il nous décrit ne pouvait être compensé que par une réalisation dans le domaine de la spiritualité. Réalisation, probablement bien au-delà de toute philosophie matérialiste, ou d'une quelconque religion.
 

 


 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.
 
Vous ne connaissez peut-être pas Chaval, c'est un dessinateur qui a eu son heure de gloire dans les années cinquante.
On pourrait dire qu'il était le Raymond Devos du dessin humoristique. Alliant souvent l'humour noir à la poésie, il pratiquait "La logique de l'absurde".
Voici quelques dessins, et aussi quelques citations extraites de ses textes. On ne le sait pas toujours, mais chaval a beaucoup écrit.

 
 


 
le médecin à qui vous tirez la langue vous le fera payer cher.
 
 


 
 Paris n'a pas été bâti en un jour et n'est même pas encore terminé.



 
Pourquoi les morts ne vivraient-ils pas? Les vivants meurent bien!


 
Quand le pain est mouillé, il faut le boire.
 
 
 
Qui vole un boeuf est vachement musclé!


 
 
 
C'est très pénible de peigner la girafe. Surtout sans échelle.

 

 
 
chaval;le peintre bmc,

 

 

 

chaval;le peintre bmc,

 

 

 

chaval;le peintre bmc,
 
 
 
chaval;le peintre bmc,
 
 
 
chaval;le peintre bmc,
 
 
 
chaval;le peintre bmc,
 
 
 
chaval;le peintre bmc,
 
 
 
chaval;le peintre bmc,
 
 
 
chaval;le peintre bmc,
 
 
 
chaval;le peintre bmc,
 
 
 
 
 
chaval;le peintre bmc,
 
 
 
chaval;le peintre bmc,
 
 
 
chaval;le peintre bmc,
 
 
 
chaval;le peintre bmc,
 
 
 
chaval;le peintre bmc,
 
 
 
chaval;le peintre bmc,
 
 
 
chaval;le peintrechaval;le peintre bmc, bmc,
 
 
Ouille ! Pas la tête ! Intervention musclée d'un internaute sympa qui me reproche, à juste titre, d'avoir été trop bref dans la biographie de Chaval...
En même temps, c'est dimanche et je me payais une grosse flegme !..

Chaval était le pseudo (en hommage au facteur cheval) d'Yvan Le Louarn, né à Bordeaux le 10 fév 1915. Il étudie aux Beaux Arts, et monte à Paris pour être graveur.Il exercera plusieurs petits boulots avant de placer ses desssins humoristiques à Paris Match, Le Rire, Le Hérisson, Le Figaro, etc,  et dans "Bizarre" quand personne ne voulait les publier. Il était le plus grand dessinateur humoristique des années 50-60, avant l'arrivée de "Hara-Kiri"(Il publiait  même dans "Punch").
Son dessin animé de 3mn "les oiseaux sont des cons" est une merveille d'humour décalé, anachiste et misanthrope.
Plusieurs receuils de ses dessins sont réédités: "L'Homme", "les gros chiens", "l'animalier",...
Chaval se suicide le 22 janvier 1968 à Paris.

Yves


 
 
♞♞♞♞♞♞♞♞


 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.

 

 

L'Alchimie
 
L'origine de l'alchimie n'a jamais été clairement définie. Pour la connaître il faudrait remonter à la plus lointaine antiquité.
On a prétendu qu'alchimie venait du mot arabe Al Kémia (ou Al Kimia) qui voudrait dire "la quantité" "la dose". Pour certains, cela signifierait "le pays noir", sous-entendu l'Egypte. Bien sûr la Chine aussi a été considérée comme un de ses possibles berceaux. On a, bien entendu, parlé de l'Atlantide.  En fait personne à ce jour n'a émis d'hypothèse vraiment recevable.
 


 
Parler d'alchimie aujourd'hui peut paraître quelque peu désuet, pourtant quitte à vous étonner l'alchimiste contemporain n'a rien à voir avec l'image que l'on s'en fait généralement. Ce n'est pas une sorte de mage vêtu d'une robe bleue avec des étoiles, un chapeau pointu sur la tête, une baguette magique à la main. L'alchimiste "moderne" est généralement un homme discret, très discret; il lit les traités de physique nucléaire; la mécanique quantique n'a plus beaucoup de secrets pour lui. Son ordinateur est certainement plus, et mieux "rempli" que le vôtre et le mien réunis.
 

 
Le Lion Vert
 
L'erreur généralement commise est de croire que les alchimistes sont des chimistes, qui travaillant d'une manière empirique ont créé la chimie moderne. Cela a été en partie vrai au Moyen Age. Souvenez-vous de Basile Valentin qui, découvrant un certain métalloïde qui n'avait pas encore de nom, l'administra à plusieurs moines; c'était sensé être un médicament-miracle. Les moines moururent. Depuis ce temps, le métalloïde en question a un nom:" l'antimoine".

(Peu de gens savent que le bain marie a été inventé par Marie l'alchimiste).

 
le laboratoire du souffleur
 
Il ne faut pas confondre, les alchimistes avec les "souffleurs". Les souffleurs sont des individus, sans doute avides d'argent, qui ne pensent qu'à fabriquer par des méthodes tout à fait empiriques de l'or. Inutile de dire qu'à ce jour aucun d'entre eux n'a réalisé son rêve.
 
 
La rosée des philosophes
Notez la position des luminaires, le Soleil à gauche, la Lune à droite
 
L'alchimiste fait référence à trois grandes sciences que sont : l'Alchimie proprement dite (qui englobe la presque totalité des sciences modernes), la Mystique et l'Astrologie. Concernant l'astrologie, là aussi prière de ne pas confondre avec l'astrologie de Madame Irma dans sa baraque à la foire du Trône. ( Je n'ai rien contre les astrologues de foire, rien contre Madame Irma, et rien non plus contre la foire du Trône, ne pas confondre, c'est tout).
 
Là encore, je voudrais effacer cette idée généralement admise: l'alchimie a pour but d'arriver  à fabriquer de l'or de façon artificielle. Si, au cours de l'Œuvre, il lui arrive d'en fabriquer, (voir l'histoire de Jacques Cœur) c'est, si l'on peut dire  "par accident". ( C'est une façon de le prévenir qu'il est sur la bonne voie) Le véritable but de l'alchimie n'est pas la transmutation des métaux bruts en or ou en argent, c'est la transmutation de la Prima materia en pierre philosophale (la Chrysopée). En découvrant la Chrysopée l'alchimiste est lui-même transformé.
 
 
 
 
La Tétractys alchimique de Fulcanelli
Telle qu'elle fut transmise à Jules Boucher
 
Là aussi je vais sans doute vous étonner : pour un alchimiste, l'évolution de l'Œuvre ne peut se faire que si l'évolution spirituelle de l'alchimiste va de pair. Cela peut très bien s'expliquer par le fait qu'en accomplissant son travail sur la matière, le pratiquant va être soumis à différents "champs de forces" qui agiront directement sur son être physique. Sans doute les scientifiques, ou pseudo scientifiques de tous poils m'attendent au tournant, et vont prétendre que cela n'est pas possible. Dites leur , je vous prie, de ma part, que je m'en fiche étant donné que je fais partie de" l'Association des Objecteurs de Science Con".
 
 
 
Le Dragon
(Ouroboros)
 
Concernant l'Alchimie, il existe différentes techniques. La voie sèche, la voie humide et la Spagirie.

 Le" spagiriste " va réaliser l'œuvre uniquement à partir de plantes. Le plus célèbre des spagiristes est Paracelse, qui fut un des précurseurs de la médecine moderne, et en particulier de l'homéopathie.

La voie sèche est probablement la plus rapide, mais aussi la plus dangereuse.

La voie humide est certainement la plus utilisée, mais aussi la plus longue. Il serait sans doute pénible pour le lecteur d'entrer plus en détail sur les  manipulations que peut faire l'homme de l'Art, passant par les trois états de l'œuvre. Sachez seulement qu'un alchimiste va faire, refaire, sempiternellement les mêmes expériences, jusqu'au moment où pour une raison x, il va se "passer quelque chose". Là où les scientifiques partent du principe qu'une expérience faite dans les mêmes conditions va TOUJOURS donner le même résultat, l'alchimiste - tenant compte d'autres données, en particulier la position des planètes, le rayonnement cosmique, la lumière directe ou polarisée - refera l'expérience, aussi souvent qu'il le jugera nécessaire.
 

 
Le rayonnement cosmique et la lumière polarisée
 
Le temps n'a pas d'importance pour lui. Souvent les travaux commencés, seront continués par celui qu'il juge digne de poursuivre l'œuvre. Fulcanelli lui-même, qui bien qu'ayant apparemment trouvé la Pierre Philosophale, a transmis son savoir à Eugène Canceliet, lui-même ayant transmis ses connaissances à B.H.
 
 

 
L'Etoile

 

La transmission du savoir.


 
 

 
 
L'Alchimie - Portail central N.D. De Paris
Notez le livre ouvert ( exotérisme) et le livre fermé (ésotérisme)
Le savoir alchimique se transmet oralement. Mais il est bien connu que ce que l'on appelle "les demeures philosophales" sont de véritables livres de pierre, et contrairement à ce que l'on croit généralement il n'y a pas que les cathédrales, ou les édifices religieux, de nombreux palais sont très bavards dans ce domaine. (voir à Bourges, le palais Jacques Cœur, l'hôtel Lallemand, bien entendu, la cathédrale). Certaines peintures sont chargées de symbolisme alchimique, (Durer) voir aussi la tapisserie de "La Dame à la Licorne." (lire: "Le Mystère des Cathédrales  et les Demeures Philosophales de Fulcanelli).

Il existe aussi  un livre régulièrement réédité, le Mutus Liber  le (Livre Muet). Dans ce livre tout est dit.
 
 

 
Mutus Liber (le Livre Muet)

 

 
Comme je ne peux aborder ici tous les sujets qui me tiennent à cœur dans ce domaine, si vous le voulez bien, je consacrerai d'autres articles, et entre autres :


Aux pouvoirs merveilleux lié à la pierre philosophale.
À l'homuncule.
À la liqueur des philosophes.
Et aussi à quelques biographies d'alchimistes qui sont bigrement intéressantes.

 
 
À suivre si vous le voulez bien.
 
 

§§§§§§§


 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.

 

 



Nicolas Flamel
 
 
img145/1445/1nicolasflamelqo8.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
 
 
 

Art-maniac,art maniac,bmc,BMC,le peintre bmc,peinture, peintures,art, art moderne,art contemporain, art ancien,impressionnisme, ,photo,photos,cinéma,dessin,art brut,musée,culture,
 
B.M.C. les Hommaginaires- Nicolas Flamel et Perenelle
 
C'est sans doute le plus célèbre des Alchimistes.
Il est né à Pontoise en 1330.
Il est sensé être mort en 1417.
Pour l'époque, mourir à 87 ans c'était déjà un exploit.

Nicolas apprend le latin, et le français, chez les Bénédictins.

 Après ses études, il devient écrivain public chez Maître Gobert.

Enfin il s'installe dans une échoppe, à l'emblème de la Fleur de Lys, à côté de l'église Saint-Jacques-la-Boucherie, dont il ne reste aujourd'hui que la Tour Saint Jacques, bien connue des Parisiens. C'est là qu'il va vivre avec son épouse Perenelle, et exercer son métier d'écrivain public.
 
img145/9840/2saintjacques2ml3.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
Eglise Saint-Jacques-la-Boucherie
 
Pour la petite histoire, et pour les parisiens, la rue Nicolas Flamel se trouve juste en face de la tour, de l'autre côté de la rue de Rivoli, et la rue Perenelle forme avec elle une croix parfaite.
 
img182/4844/3bx7.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
La Tour Saint-Jacques
 
Une nuit, un Ange lui apparaît en songe, il lui présente  un manuscrit, et lui explique qu'un jour, il va trouver ce livre et en percera les mystères. Nicolas raconte son rêve à Perenelle (c'était sa Muse à lui). Le temps passe, jusqu'au jour où comme vous vous en doutez (je précise, ce n'est pas un conte, c'est une histoire vraie) se présente un mystérieux personnage portant un manuscrit sous son bras. Nicolas reconnaît immédiatement le livre de l'Ange, bien sûr il l'achète pour la somme de deux florins, le livre est relié avec une couverture en cuivre, il comporte vingt-deux feuillets. Nicolas se plonge dans sa lecture. Et là, perplexité totale, le livre est rédigé en langage ésotérique, complètement incompréhensible. Le titre en est : "Le livre d'Abraham le Juif", il est précisé qu'il n'en existe qu'un exemplaire.
Sur la première page figure une inscription tracée en lettres d'or "Abraham le Juif, Prince Lévite  , Astrologue et Philosophe, au peuple Juif dispersé en France par la Colère de dieu, Souhait de prospérité" Suit une mise en garde concernant quiconque ouvrirait ce livre sans être prêtre ou scribe.
Pendant vingt ans Nicolas et Perenelle vont chercher la clef du mystère sans résultats.
 
 
alchimie
 
Saint Jacques de Compostelle
 
Nicolas Flamel fait un pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, là,  il rencontre un certain médecin juif converti au catholicisme, Maître Canches; celui-ci, semble connaître le livre, et il est transporté de joie à l'idée qu'il existe encore. Il  va lui livrer certaines clefs d'interprétation concernant le fameux manuscrit. Sur la route du retour le Docteur Canches meurt à Orléans.
Utilisant les quelques renseignements que lui avait donnés le médecin, Nicolas va enfin obtenir un premier résultat. Le 17 janvier 1382, il parvient à transmuter du mercure en argent.
Le 25 avril 1382, il parvient à transmuter du mercure en or. Voici ce qu'il raconte : "je fis la projection avec de la pierre rouge sur semblable quantité de mercure (...) que je transmuay véritablement en quasi autant de pur or, meilleur certainement que l'or commun plus doux et plus ployable".
 
À partir de maintenant la fortune de Nicolas et Perenelle va augmenter de façon exponentielle. Il va faire construire quatorze hôpitaux, trois chapelles et sept églises. Rien que ça, pour un écrivain public, je trouve que ce n'est pas mal.
               
img182/249/5flamelqi5.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
 
De très nombreux témoins, disent avoir vu Nicolas Flamel des années après sa mort,. En  1712 Paul Lucas aurait rencontré en Asie Mineure un derviche qui lui parla d'alchimie et lui confia que Nicolas Flamel et Pérenelle seraient bien vivants et qu'ils demeureraient en Inde.
Il y a eu encore bien d'autres témoignages…On prétend qu'il vivrait toujours aujourd'hui…….
 
img128/4774/7fz8.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
 
Si vous allez à Paris, la demeure de Nicolas Flamel se dresse encore au,51 rue  de Montmorency dans le marais, construite en 1407, elle est à ce jour la plus ancienne demeure de Paris. Elle abrite aujourd'hui un restaurant proposant des plats d'inspiration médiévale.
 
img128/2524/8wg5.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,





     
⌛⌛⌛⌛⌛
 
 

 

Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.


L'Art Royal
 
img98/9342/1bf9.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
La Table d'Emeraude
 
Enfin, quand le succès aura consacré tant d'années laborieuses, quand tes désirs seront accomplis, le Sage, méprisant les vanités du monde, se rapprochera des humbles, des déshérités, de tout ce qui travaille, souffre, lutte, désespère et pleure ici-bas. Disciple anonyme et muet de la Nature éternelle, apôtre de l'éternel Charité, il restera fidèle à son vœu de silence. Dans la Science, dans le bien, l'Adepte doit à jamais SE TAIRE.
 
Fulcanelli – " Le Mystère des Cathédrales."        
 
L'alchimie est un art tellement complexe qu'il est très difficile de parler d'un sujet sans en évoquer plusieurs autres. Comme dans la plupart des sciences, tout dépend de tout. Aussi je vous demande de bien vouloir m'excuser pour ces propos à bâtons rompus, qui je l'espère, vous conduiront  à avoir une idée un peu plus précise de cette science des merveilles.
 
img66/5186/2xp5.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
L'athanor des sages
 
Je vous ai dit que les choses ne sont pas simples, l'alchimie est la science d'Hermès. Ne jamais oublier qu'hermétique trouve son origine dans Hermès.

 La Table d'Emeraude, chère aux alchimistes, a bien été écrite par Hermès Toth (pour ceux que cela pourrait intéresser, j'en donne en fin d'article le texte intégral d'après une traduction faite par Fulcanelli)

Ne jamais oublier que l'alchimiste vérifie par des expériences matérielles, la réalité de ses expériences mystiques. Il établira toujours un lien entre le visible et l'invisible, pour lui le principe vital existe à tous les niveaux; c'est ce principe qui va établir un lien entre eux.
L'alchimiste doit avoir une solide connaissance de la plupart des sciences, pour la bonne raison que la Chrysopée, ou Pierre Philosophale agit sur les trois règnes, animal, végétal et minéral.
Comme cela a souvent été dit dans le domaine de la connaissance ésotérique, ce qui compte ce n'est pas le but à atteindre, mais le chemin parcouru. Souvenez-vous: "Les étoiles de Compostelle" d'Henri Vincenot.
 
img183/9103/4pt7.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
L'alchimiste mène parallèlement une recherche spirituelle avec une recherche scientifique, c'est la conjonction de ces deux éléments qui va lui donner une vision réelle de notre monde, qui, comme chacun devrait le savoir, n'est pas celui que nous appréhendons avec nos cinq (petits) sens; ce serait beaucoup trop simple.
Puisque la mode est en ce moment à la nanotechnologie, parlons-en car ses rapports avec l'alchimie sont très importants.
Avec la nanotechnologie moléculaire, la science va, par la force des choses, découvrir de nouvelles données connues jusqu'alors par les  seuls alchimistes.
Pour ceux qui n'en auraient pas encore entendu parler, la nanotechnologie est la science de l'infiniment petit. Pour vous en  donner une idée 1 nanomètre est égal à un millionième de millimètre. Un globule rouge mesure 800 nanomètres.
Savez-vous que grâce à la nanotechnologie, dans le domaine de l'électronique, le nombre de transistors intégrés sur une puce double tous les 18 mois, nous en sommes à 5,5 millions sur le Pentium Pro….
Grâce à cette nouvelle science, on peut fabriquer de l'or artificiellement, comme il est possible en réorganisant des molécules de carbone de créer un diamant artificiel. Est-il besoin de dire que cela coûte beaucoup plus cher que l'or ou le diamant "naturels".

Depuis longtemps, j'étais tenté de dire depuis toujours, les alchimistes savent beaucoup de choses que les savants ne savent pas, ou pas encore.
 
img66/589/3quelanaturesoittonguidpc9.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
Que la nature soit ton guide
 
Si comme beaucoup vous avez lu "Le Matin des Magiciens", vous vous  souvenez très certainement de ce passage où Jacques Bergier rencontre un alchimiste qu'il soupçonne fort d'être  Fulcanelli (son nom signifie :"Le Forgeron du Soleil") L'homme en question fait une déclaration à Jacques Bergier (rappelons que  Bergier était l'adjoint de l'illustre savant André Helbronner) Dans cette déclaration il va, par l'intermédiaire de Bergier mettre en garde André Helbronner contre les dangers de sa recherche:" … En outre,des  explosifs atomiques peuvent être fabriqués à partir de quelques grammes de métal, et raser des villes. Je vous le dis tout net : Les alchimistes le savent depuis longtemps"
Cette déclaration eut lieu en 1937, il est important de le préciser.
Le mystérieux personnage décrivit succinctement ce qui bien avant qu'elle n'existe, n'était ni plus, ni moins, que la description d'une pile atomique. La première pile atomique (Zoé) à été réalisée le 15 décembre 1948.
Comme j'ai essayé de vous l'explique dans mon premier article, l'alchimie est un "pot-pourri", si je puis m'exprimer ainsi, où l'on retrouve La mystique, la physique et la chimie.
Dans le langage ésotérique, on entend par Adepte: Celui qui a adopté, si vous préférez celui qui a trouvé. En alchimie, on nomme adepte celui qui a réalisé l'Œuvre, qui a découvert la Chrysopée.

Selon Aristote, toute chose tend à la perfection; partant de ce principe, l'alchimiste pense tout améliorer…N'importe quel métal peut devenir or. De la même façon, tout homme peut devenir Adepte.
 
 
 
La Chrysopée

La Pierre des Philosophes est toujours décrite de la même façon: Elle est rouge, très lourde.

Réduite en poudre, c'est alors ce que l'on appelle la poudre de projection. Parfois la poudre de projection est qualifiée de couleur soufre.

Afin de vous donner le ton concernant les textes alchimiques, voici ce que Bernard Comte de la Marche Trévisane, dit Bernard le Trévisan, écrit à propos de la Pierre:" Soit donc la pierre rouge abreuvée de l'eau rouge, à fin que finalement tant par longue décoction ou cuisson, que par longues imbibitions, ou continuel abreuvement, elle soit faite rouge comme sang, hyacinthe, escarlatte, ou ruby; et luisante comme un charbon embrasé mis en lieu obscur; et finalement que notre pierre soit ornée d'un diadème rouge. (...)
        Je vous commande que vous ne mettiez pas toute l'eau ensemble, mais petit à petit, et cuisez doucement tant que l'oeuvre soit accomplie. Ainsi la pierre demeure rouge de vraye rougeur lumineuse, claire et vive, fondant comme cire (...)"
 
img426/230/10hecatehermetique15502ie8.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
Hécate hermétique
 
Si par bonheur vous vous trouviez en possession d'une infime partie de cette miraculeuse pierre avant de la "précipiter" dans un creuset de plomb fondu (plutôt que du plomb utilisez de préférence du mercure), n'oubliez surtout pas de la protéger en l'entourant d'une "croûte" de cire vierge, sinon le plomb va se transmuer en quelque chose qui ressemblera plus à du verre qu'à de l'or. C'est arrivé plus d'une fois aux apprentis alchimistes, imaginez la déception…
 
 
img183/1281/5cylianigp8.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
Au XIX° siécle, un célèbre alchimiste du nom de Cyliani raconte comment il fit une transmutation, à froid: " Je pris un verre de montre et mis dedans une petite quantité de mercure courant du commerce qui avait été distillé, qui était pur et que je venais d'acheter. Je mis dessus, non de mon soufre transmutatoire à l'état de poudre, mais à l'état d'huile, dans la proportion d'une partie sur cent, et remuai mon verre de manière à donner à l'huile un mouvement circulaire. Nous vîmes avec joie le mercure offrir un phénomène bien curieux et se coaguler avec la couleur du plus bel or ; je n'avais plus qu'à le fondre dans un creuset et le couler ; je fis ainsi la transmutation à froid au grand étonnement de ma femme.
    (Cyliani: Hermès dévoilé- 1832)

Au Moyen Age, la pierre semblait donner à son possesseur des pouvoirs presque sans limites. Ayant à partir de la pierre obtenu un liquide appelé sérum de longue vie, Panacée Universelle, Liqueur des sages, et encore bien d'autres noms, en ingérant ce liquide, l'Adepte avait de multiples pouvoirs: vivre éternellement, ou du moins très longtemps, se rendre invisible, se déplacer dans l'espace, commander aux forces célestes. Les alchimistes modernes sont beaucoup plus discrets à ce sujet.

Mais comme les alchimistes ne sont pas très bavards…..
 
img183/9999/6hermessf0.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
Basile Valentin
 
Comme promis voici le texte intégral de la table d'émeraude selon la traduction de Fulcanelli.

Il est vrai, sans mensonge, certain et très véritable : Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ; par ces choses se font les miracles d'une seule chose. Et comme toutes les choses sont et proviennent d'un, par la méditation d'un, ainsi toutes les choses sont nées de cette chose unique par adaptation. Le Soleil en est le père, et la Lune la mère. Le vent l'a porté dans son ventre. La terre est sa nourrice et son réceptacle. Le Père de tout, le Thélème du monde universel est ici. Sa force ou puissance est entière si elle est convertie en terre. Tu sépareras la terre du feu, le subtil de l'épais, doucement avec grande industrie. Il monte de la terre et descend du ciel, et reçoit la force des choses supérieures et des choses inférieures. Tu auras par ce moyen la gloire du monde, et toute obscurité s'enfuira de toi. C'est la force, forte de toute force, car elle vaincra toute chose subtile et pénétrera toute choses solide. Ainsi, le monde a été créé. De cela sortiront d'admirables adaptations, desquelles le moyen est ici donné. C'est pourquoi j'ai été appelé Hermès Trismégiste, ayant les trois parties de la philosophie universelle. Ce que j'ai dit de l’oeuvre solaire est complet.
Hermes Trismegiste    

   
 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.



 
Algérie Galerie Française Peintures de BMC.
 


Algérie,galerie,guerre d'algérie,algérie française,

 
B.M.C. Algérie Galerie Française
 
Sans doute aurez-vous remarqué que dans ce titre se cache une anagramme, Algérie étant l'anagramme de galerie. Et comme je ne vous prends pas pour des débiles, j'imagine que vous avez compris que j'allais vous parler de cette guerre qui pendant longtemps n'a pas osé dire son nom.


Algérie,galerie,guerre d'algérie,algérie française,
 
B.M.C. Algérie Galerie Française
 
En Algérie, nous ne faisions pas la guerre, nous pacifiions le pays. C'était des opérations de maintien de l'ordre.


Algérie,galerie,guerre d'algérie,algérie française,
 
 
B.M.C. Algérie Galerie Française
 
Un pays qui cherche à reconquérir sa liberté est généralement prêt à tous les sacrifices pour ça.



Algérie,galerie,guerre d'algérie,algérie française,
BMC. Algérie Galerie Française
 
En Algérie, ni la torture, ni le napalm, ni les exécutions sommaires, ne sont venus à bout d'un peuple déterminé à retrouver son indépendance.
 

Algérie,galerie,guerre d'algérie,algérie française,
 
B.M.C. Algérie Galerie Française

 
Beaucoup de jeunes, qui à l'époque avaient à peine vingt ans, quand ils n'ont pas perdu la vie, ont perdu vingt-sept, ou vingt-huit mois de leur existence. Et ce n'est pas la ridicule pension qui leur est attribuée aujourd'hui qui pourrait être une quelconque compensation. Les "grands" de ce monde ont vite fait de se donner bonne conscience.


 

Algérie,galerie,guerre d'algérie,algérie française,
 
B.M.C. Algérie Galerie Française
 
Aujourd'hui les esprits ont évolué. Dans les années cinquante, un jeune incorporé issu de la France profonde, sans doute un peu naïf, était très facilement "manipulable". Sauter en parachute, c'était une expérience formidable, il ne restait plus qu'à un adjudant de carrière de lui raconter ses exploits durant la guerre d'Indochine (vous l'aviez oublié, celle-là!). Ensuite on lui mettait un béret rouge sur la tête (très important, le béret) , et une tenue camouflée.


Algérie,galerie,guerre d'algérie,algérie française,

 
B.M.C. Algérie Galerie Française
 
Qu'il me soit permis ici de rendre hommage aux objecteurs de conscience qui ont eu, dans des circonstances difficiles, le courage d'aller jusqu'au bout de leurs convictions.
 
Algérie,galerie,guerre d'algérie,algérie française,
 
B.M.C. Algérie Galerie Française
 
Je connais trop bien les arguments employés par ceux qui veulent à tout prix justifier cette guerre. Je vous vois venir avec vos gros sabots, "Et les prisonniers français, vous savez comment ils étaient traités ?". À ceux-là je répondrai que l'on ne justifie pas un crime par un autre, que la vengeance ne résout jamais un problème, qu'aucune guerre ne mérite d'être faite, fut-elle au nom d'un dieu, d'un pays ou d'un homme. 
 

Algérie,galerie,guerre d'algérie,algérie française,
 
 B.M.C. Algérie Galerie Française
 
À tous les ex-jeunes qui l'ont faite, voici ce que j'aimerais dire: Durant plus de deux ans vous avez été les otages de la France, elle seule est responsable de vos actes. Tant pis pour son Karma!!!



Algérie,galerie,guerre d'algérie,algérie française,

 
B.M.C. Algérie Galerie Française



 B.M.C. Algérie Galerie Française
 
B.M.C. Algérie Galerie Française



 B.M.C. Algérie Galerie Française
 
B.M.C. Algérie Galerie Française
 


 B.M.C. Algérie Galerie Française
 
B.M.C. Algérie Galerie Française

 
 B.M.C. Algérie Galerie Française
 
B.M.C. Algérie Galerie Française


 
 
Non, le 14 juillet je n'irai pas voir le défilé !
 
 




)))))))))))


 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.
 
 
 
Juan Gris


"Lorsqu'il caresse un chien c'est toujours de la main gauche, de façon que si par malheur il fût mordu la main droite puisse continuer à peindre".

 
José Victoriano Carmélo Carlos Gonzàlez-Pérez Dit :
 
 Juan Gris.


Juan Gris est le nom qu'il a choisi lui-même en rapport avec sa couleur préférée.

 
 
Juan Gris

Né à Madrid le 23 mars 1887.
Son père est un riche fabricant de papier.
Il est le treizième enfant d'une famille qui en comptera quatorze.
Il fera des études en vue de devenir ingénieur.
Il découvre la peinture et décide de réaliser une carrière artistique.


 
 
Juan Gris


À la mort de son père, il a dix-neuf ans. Il quitte Madrid pour Paris.
À peine arrivé à Montmartre, il s'installe au "Bateau Lavoir" où il retrouve, Picasso, Guillaume Apollinaire, Max Jacob, André Salmon, enfin toute "la bande à Picasso".

Il vit chichement d'expédients, faisant des dessins pour "l'Assiette au Beurre", ou d'autres revues satyriques comme " Le Charivari ".

Il va se lier d'amitié avec Henri Matisse, Georges Braque, Fernand Léger et Amédéo Modigliani qui, plus tard, (en 1915) fera son portrait.

 Gris commence sa carrière de peintre en 1910.


 
 
Juan Gris

Le cubisme a été inventé par Picasso et Braque. Après eux, le premier peintre à réaliser une peinture cubiste fut Juan Gris.

 
 
Juan Gris


Picasso (il faudra bien que je vous en parle un jour), qui, bien entendu, avait, comme on dit poliment, une "certaine idée de lui-même", ne se méfiait pas de Georges Braque dont il disait:  "Braque, c'est ma femme". Façon très "machiste" d'affirmer sa supériorité. Mais Picasso se méfiait beaucoup de Gris, en qui il voyait un "concurrent sérieux, susceptible de lui faire de l'ombre".
Bien que Gris considérât toujours Picasso comme son maître (il en fit un très beau portrait), il était une personne gênante. Voici ce qu'en dit Gertrude Stein: "Il était la seule personne que Picasso aurait volontairement éliminée de la carte."

 


 
Juan Gris


La période la plus productive de Juan Gris  se situe entre 1914 et 1918.
En 1911, Gris fait sa première expo. dans la petite ville de Cèret. Peintures fidèles à son nom, très grises.
Durant la guerre, il se réfugie à Collioure, en compagnie de Matisse.
À partir de 1915 (cela correspond avec son mariage), sa peinture devient beaucoup plus colorée. ( Vous vous souvenez sans doute de la pub  à la télé…)
En 1920, Juan Gris subit une violente attaque de pleurésie, dont il restera marqué à vie.
En 1925, il va réaliser une exposition à Dusseldorf, ce sera la seule hors de France.

Gris était considéré par ses amis peintres comme " l'intellectuel du cubisme". Il influença beaucoup d'artistes, et fut très lié avec de nombreux poètes, Apollinaire, bien sûr, mais aussi Pierre Reverdy, Raymond Radiguet.


Son marchand Daniel-Henry Kahnweiler considérera Gris comme un des plus grands, et surtout il ne cessera de le qualifier d'homme exceptionnel; ce seront des amis fidèles jusqu'à la mort précoce de Gris.
 
 

 

 
 
Juan Gris


Toute sa vie, Gris aura de gros problèmes financiers. Gertrude Stein lui allouera une petite pension, malheureusement insuffisante pour vivre.
Pourtant presque chaque fois qu'on veut lui acheter un tableau, il prétend qu'il n'est pas fini. Ou qu'il na pas besoin d'argent et qu'il préfère garder son œuvre.
Gris a beaucoup de scrupules, il a toujours peur de vendre un tableau "pas fini".
Comme disait un critique dont j'ai oublié le nom : "A un peintre il ne faut pas  dire, j'achète celui-ci. Mais : Si vous voulez bien vous séparer de ce tableau, je suis prêt à l'acheter".

Juan gris et la Franc-Maçonnerie

En 1922, Juan Gris sera initié apprenti franc-maçon à la Loge Voltaire dont a fait également partie le sculpteur Jacques Lipchitz. Il fréquentera assidûment la loge, et prendra une part active à ses travaux.

En 1924, le Docteur René Allendy (message personnel: "Colette si tu me vois…").qui était son frère en maçonnerie lui propose de faire une conférence à la Sorbonne.
La conférence s'intitule:"Des possibilités de la peinture". Cette conférence a eu un très grand succès, elle sera publiée dans la presse anglo-saxonne, espagnole et allemande. Kahnweiller l'intègrera au livre qu'il consacrera plus tard à Juan Gris.
 

 
Juan Gris


Bien que Gris ait vécu misérablement toute sa vie il est aujourd'hui considéré comme un des pionniers de l'art moderne.


Juan Gris nous a quitté le 11 mai 1927.

 
 
  **********

 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.
 
 

 
img152/8775/7nb4.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
La Demeure du Chaos

Dans un récent article, j'ai parlé de ma série  "Les Restes du Monde". Et comme depuis déjà longtemps je souhaitais vous parler de Thierry Ehrmann et de sa Demeure du Chaos, j'ai pensé que le moment était venu, la relation entre les deux étant, du moins pour moi, évidente.

 
img427/2051/255526747dfb16be465ev1.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
La Demeure du Chaos
 
Thierry Ehrmann, vous en avez très certainement entendu parler, soit à la télévision, soit dans votre journal habituel.
C'est un artiste complet, en ce sens qu'il va transformer son habitation en une gigantesque œuvre d'art, utilisant pour cela tous les moyens techniques modernes. On l'a parfois qualifié de Facteur Cheval du XXIe siècle, c'est peut être vrai, le côté naïf en moins.

 
 
Comme son nom l'indique, la Demeure du Chaos est tout à fait représentative de l'esprit du moment, je ne veux pas reprendre "l'argumentaire" que j'ai utilisé pour vous parler de mes  "Restes du Monde", mais à une époque où le crime fleurit à chaque coin de rue (j'exagère un peu, je n'y peux rien, c'est mon côté Gascon) je ne vois pas très bien comment un artiste pourrait s'exprimer en peignant des petites fleurs roses sur champ d'azur.
Oui, le monde est en feu, et l'artiste est là pour témoigner.


 
 
img101/4135/4lb7.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
La Demeure du Chaos

 
Thierry Ehrmann a été violemment attaqué par ses "voisins" qui ne comprennent pas que l'on puisse faire d'une maison bourgeoise un cimetière d'avion, d'hélicoptère, quelque chose qui pour eux ressemble plus au dépôt d'un ferrailleur, qu'à une œuvre d'art. Bien entendu pour la plupart de ces "braves gens" qui visiblement ne comprennent rien à la création, il n'est pas question de sortir des sentiers battus. Une maison, c'est comme ça et pas autrement,"de mon temps, on aurait jamais laissé faire ça!," "c'est du Picasso!" Etc…etc…


 
img98/8567/5jl3.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
La Demeure du Chaos

Faut-il rappeler à ces personnes que lorsque la tour Eiffel a été construite, ce fut un tollé général, il avait été prévu de la démolir dès la fin de l'exposition universelle. Heureusement pour Paris ce ne fut pas le cas. De même, plus récemment, lorsque fut construit le Centre Beaubourg, quels ne furent pas les cris et les grincements de dents. La "raffinerie" a bien tenu le coup, et si on devait la démolir ce serait probablement les mêmes qui crieraient au scandale.


 
img98/520/9kh5.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
La Demeure du Chaos
 

Faut-il que je vous raconte la triste histoire de l'oiseau dans l'espace de Constantin Brancusi. Un de ses fameux oiseaux avait été acheté par un Américain qui voulut l'introduire aux Etats-Unis. Comme, à cette époque, les œuvres d'art pouvaient être importées en franchise de frais de douane, cela ne devait pas poser de difficultés. Mais les douaniers refusèrent estimant qu'il ne s'agissait pas d'une œuvre d'art mais d'une pale d'hélice d'avion. Le propriétaire fit un procès qu'il gagna. Peut-être faudrait-il demander aux douaniers ce qu'ils pensent de la Demeure du Chaos ???? 

 
Laissez aux artistes le droit d'être en avance sur leur temps.
Regardez les images qui vous donneront sans doute une idée beaucoup plus complète de l'œuvre.




 
img98/6373/10ov9.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
La Demeure du Chaos
 

Si vous le désirez voici, en bas de page le lien qui vous amènera sur le site de La Demeure du Chaos. Vous pourrez y faire une visite virtuelle très complète et si vous le désirez, signer, ainsi que je l'ai fait,  la pétition pour que perdure l'œuvre commencée.
 
 




 
La Demeure du Chaos
 
Groupe Serveur

///////

 
Publié le par la Muse
Publié dans : #La Muse
la-muse.png
 
J'y avais pensé déjà il y a un moment mais je craignais que ce ne soit hyper-douloureux. Il semblerait que non. Donc, puisqu'un jour il faudra bien mourir, je retiens cette option : la combustion humaine spontanée (ou CHS).

D'abord, sachez que si ce n'est pas franchement courant, ça n'est pas si rare que celà. Car on comptabiliserait une cinquantaine de cas attestés par an, dont deux en France. Sans compter tous ceux qui passent à l'as…

L'un des premiers cas reconnus de combustion humaine spontanée ou auto-combustion humaine (les scientifiques préfèrent cette deuxième appellation) est celui d'une femme dont on retrouva au matin la tête et le bout des doigts, alors qu'elle s'était endormie sur une paillasse… le reste du corps n'était plus qu'un amas de cendres. Ca se passait en 1673 L'histoire a été rapportée par un certain Pierre-Aimé Lair, qui a publié la première étude sur le sujet en 1800.
 
img240/2514/sanstitre1zj8.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,
 
Le cas le plus célèbre est celui de la comtesse Cornelia  Bandi qui se produisit près de Vérone le 4 avril 1731.

Effectivement, dans ce milieu, "l'incident" pouvait difficilement passer inaperçu…

La veille au soir, la dame dîne avec un chanoine de ses relations puis rejoint sa chambre où elle discute quelques instants avec sa camériste. Puis elle s'endort.

Jusque là, tout va bien.

Mais le lendemain matin, quand, à l'heure habituelle, la domestique vient réveiller la comtesse… elle trouve sur le sol, à un mètre du lit, un tas de cendres, un demi-crâne et… deux jambes intactes recouvertes de bas de soie !

Ca, c'est le côté "classe" de la scène. Malheureusement, il y a aussi un aspect plus gore… des taches de graisse parsèment le plancher de la chambre et, comme le rapporte une gazette de l'époque, "un liquide jaunâtre, écœurant, coulant le long de la fenêtre, emplissant la pièce d'une odeur répugnante".

Donc, se rappeler d'avoir le bon goût de faire ça en extérieur…

On retrouve également des traces de suie sur les meubles… mais le lit est absolument intact (rappelez-vous qu'on a retrouvé le corps juste à côté, à un mètre…)

Non seulement le feu ne s'était pas propagé, ce qui est pour le moins curieux, mais il faut savoir que la graisse humaine fond à 250° C et qu'il faut une température d'au moins 1650° C pour pulvériser un os humain… D'ailleurs, dans les crématoires, après une incinération, les os – quasi-intacts – doivent être broyés.



 



Ca va ? ou j'apporte une bassine ? … en même temps, vous étiez prévenus, hein…

Dans la plupart des cas, la victime est retrouvée dans une position naturelle comme si elle n'avait pas eu le temps de réagir. Une chaleur intense est dégagée et cependant le feu ne s'étend pas.

Les quelques rares survivants ont été incapables de raconter quoi que ce soit sur ce qui leur était arrivé.

On a dit beaucoup de bêtises sur les victimes, à commencer qu'elles étaient toutes alcooliques. OK, il y en avait qui buvaient… et d'autres qui n'absorbaient que de l'eau.

En 1973, un bébé de sept mois et la poussette dans laquelle il était installé, au milieu du salon familial, s'enflamment. C'est un des rares rescapés de la CHS.

En 1939, un bébé de onze mois provoque un véritable embrasement dans la nursery… et c'est à peine si les meubles ont été touchés par le feu.

En 1904, en Angleterre, une servante balayait la cuisine lorsque son patron entre dans la pièce. Il voit le dos de sa robe en feu et elle, qui ne s'apercevait de rien… La cheminée abritait un tout petit feu de rien du tout et se trouvait à l'opposé de la pièce. Il semblerait, au vu de ses blessures, que la femme était en train de brûler depuis un bon bout de temps..



 
img240/526/cropsdedoszu6.jpg,Art-Maniac - le blog de B.M.C.,Art-Maniac – le blog de B.M.C.,art-maniac - le blog de bmc, art-maniac le blog de bmc, art-maniac,bmc, art, art bmc, bmc,art-maniac bmc,bmc art-maniac,peinture bmc, peintures bmc, le peintre bmc, art-manic peintures bmc,le blog de bmc,


Alors, l'alcool, bon… Et puis même… avant que l'alcool contenu dans un corps s'enflamme, servant de combustible, il en faudrait une concentration supérieure à 50%. Or, un corps humain ne peut supporter que 3 à 4 grammes d'alcool pur par litre de sang. Au-delà, c'est la mort éthylique assurée. Bon, alors, avant d'arriver aux 50% !

J'ai lu aussi que "la CHS est un phénomène post-mortem. Au moment où le phénomène commence, la victime est seule, dans un état où elle ne peut plus ressentir la douleur et incapable de réaction" (vous me direz… si elle est morte…) et que une source calorifique est toujours présente à proximité du corps. Sauf que…

En 1938, Mrs Mary Carpenter s'enflamme sous les yeux de son mari et de ses enfants lors d'une croisière au large de Norfolk. En quelques instants, elle était réduite à l'état de squelette carbonisé sans que personne d'autre ne soit blessé ni que le bateau subisse le moindre dégât.

En 1980, une jeune Anglaise brûle dans une discothèque à Darlington.

En 1960, dans le Kentucky, on retrouve cinq corps carbonisés dans une voiture "assis comme s'ils venaient d'entrer dans l'automobile" dira le médecin-légiste.

On a prétendu aussi que les victimes étaient en train de fumer (bien sûr, des bébés de quatre et onze mois, c'est on ne peut plus courant !)

On a parlé d'électricité statique emmagasinée par le corps. On a parlé de gaz intestinaux (Les auteurs de South Park s'en sont amusés dans un épisode où on suggère d'expulser régulièrement le méthane, à titre de précaution !..).

Et aussi de l'augmentation de la courbe magnétique de la terre ou d'attaques d'esprits frappeurs…

En effet, certains pensent que les cas de CHS augmentent avec la courbe géomagnétique, qui elle-même varie suivant l'activité solaire. On relate cependant un cas assez troublant: le 7 avril 1958 trois personnes "auto-combustionnent" dans la même journée. Le premier sur un cargo au large des côtes irlandaises, le deuxième dans un camion en Angleterre et le troisième  en Hollande.

On a dit que ces gens souffraient d'obésité morbide… ben non, il y en avait de carrément maigres… qu'ils étaient tous âgés, pour ne pas dire séniles = encore tout faux!

Il y a aussi l'hypothèse de la prise de certains médicaments qui auraient provoqué une sorte de "dissolution" physique… sauf que parmi les victimes, certaines ont été certifiées en excellente santé et ne suivant aucun traitement médical.

Je passerai sous silence la thèse de l'intervention divine qui a eu cours jusqu'au XIXè siècle, histoire de punir les méchants ivrognes…



 
 


En fait, même si la science explique très bien le processus "d'entretien du feu", elle ne convainc pas du tout quant à la "mise à feu".


Alors, la prochaine fois qu'un type me déclare sa flamme, dit qu'il se consume d'amour pour mes beaux yeux… il va se faire traiter de menteur, de vantard, de "petit-bras", de dégonflé! ... et toc !
 

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog