bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.
 
Vous me pardonnerez ce monologue à bâtons rompus, après tout c’est encore les vacances, on a bien le droit de se lâcher un peu.
 
Cela fait déjà longtemps que j’avais envie de vous parler du cubisme et de l’importance qu’il a eue sur la peinture d’aujourd’hui (et sur la mienne en particulier). Mais ce sujet est beaucoup trop important pour que j’en reste à de vagues propos. J’y reviendrai plus longuement dans un prochain article (de même pour Les Demoiselles d’Avignon).
On peut dire que le cubisme est né en 1907 avec Les demoiselles d’Avignon de Picasso (ce célèbre tableau aura 100 ans cette année). Pour la petite histoire et pour ceux qui ne le sauraient pas encore, je précise que les demoiselles en question n’étaient pas, comme on aurait tendance à le croire, quelques jeunes filles de bonne famille échappées du Palais des Papes qui se seraient égarées dans l’atelier de Picasso. Plus simplement, c’était les pensionnaires d’une maison close de la rue d’Avignon à Barcelone Picasso semblait avoir ses habitudes.

Le célèbre tableau de Picasso ne peut en aucun cas être assimilé à une œuvre cubiste à 100%. Pourtant le tintouin qu’il fit à l’époque a permis la remise en question de la peinture.
C’est d’ailleurs l’année suivant sa réalisation que le critique et collectionneur Louis Vauxelles parlera de cubes à propos d’une exposition de Georges Braque.

À la suite de cet article, on ne parlera plus que de cubisme.

C’est amusant de constater que c’est souvent des critiques médisants qui par leurs écrits ont donné leurs noms aux écoles de peinture.

Louis Leroy après avoir vu le tableau de Claude Monet “Impression soleil levant” écrit dans Le Charivari : “L’exposition des impressionnistes”. Croyant faire un bon mot il va ainsi donner son nom à cette école.
Bmc,art,peinture,art-maniac,bmc,,culture,le peintre bmc,
Claude Monet - Impression Soleil Levant
 
Lors du Salon d’Automne de 1905, on peut voir un ensemble d’œuvres aux couleurs criardes, elles sont réunies dans une même salle. Signées : Matisse, Derain, Vlaminck, Braque, Dufy, Van Dongen, etc. La critique stupéfaite par ces “bariolages” va parler à propos de cette salle  de la cage aux fauves.”   Même si ce mouvement n’allait durer (dieu merci) que deux ans il s’appellerait dorénavant “Le Fauvisme”.
Mais, si vous le voulez bien revenons à nos chers cubistes. Ils ne font que mettre en pratique les théories de Cézanne : “Traiter la nature à l’aide du cube, du cône, et de la sphère, le tout mis en perspective”.

Les créateurs du cubisme vont être trois. Picasso, Braque et Juan Gris. Comme les mousquetaires, il y a un quatrième larron qu’on ne peut exclure de cette aventure, bien qu’il ne soit pas peintre. C’est Daniel-Henry Kahnweiler, sans lui le cubisme n’aurait sans doute pas existé, et surtout n’aurait pas résisté à toutes les attaques qui furent engagées pour le détruire.
Souvenez-vous la célèbre vente de peintres cubistes organisée à l’hôtel Drouot par Léonce Rosenberg. Cette vente aurait eu pour effet de discréditer la peinture cubiste et faire monter les prix de ses autres peintres. Léonce Rosenberg n’ayant pas les scrupules d’un Kahnweiler avait ajouté à ses Picasso, Braque et Gris, des cubistes de “seconde zone”, Metzinger, Herbin, des peintres qui n’avaient rien à voir avec le cubisme, Ozenfant, Séverini, etc.

Le jour de l’exposition, certains tableaux sont présentés à l’envers, sur certaines toiles, on distingue très nettement des empreintes de chaussures. Un dessin attribué à Braque est signé Picasso.
Léonce Rosenberg entame son laïus de présentation. Georges Braque qui est un excellent boxeur monte sur l’estrade transformée en ring, et casse proprement la gueule à ce pauvre Léonce incapable de se défendre. La légende raconte que par la suite Rosenberg aurait pris des cours de boxe…

Au début du cubisme Braque et Picasso vont se voir pratiquement tous les jours, comparer leur travail sans pour autant se copier. Un néophyte ne verra sans doute pas la différence entre leurs œuvres de l’époque, d’autant qu’elles étaient le plus souvent signées au dos. Mais l’œil exercé d’un véritable amateur verra immédiatement la différence, le côté spontané, dynamique d’un Picasso ne peut être confondu avec la “sérénité” d’un Braque.
 
Juan Gris, qui pourtant habite “Le Bateau Lavoir”, va être, si l’on peut dire, tenu “hors du coup”. Braques refusera systématiquement d’exposer ses tableaux à côté des siens. Quant à Picasso, il a bien trop peur de la concurrence de son compatriote dont il imagine toute la puissance en devenir. À la mort prématurée de Gris, Picasso pleurera des larmes de crocodile, mais sans doute sera-t-il bien content d’être “débarrassé” d’un confrère qui, s’il  avait eu la possibilité de continuer son œuvre, lui aurait sans doute fait de l’ombre. Et ça “Le Maître” ne supportait pas.
Gris n’a jamais pu réaliser de grands tableaux. À ce moment-là, les grands tableaux se négocient très mal. Kahnweiler a une toute petite galerie, très peu de place pour stoker les œuvres. Les petites toiles se vendent moins cher, donc mieux, et comme les peintres cubistes sont le plus souvent la risée du public et la pâture préférée des dessinateurs humoristiques, en dehors de Picasso, ils se vendent très mal.
 
Il faut toute la force de conviction d’un Kahnweiler pour imposer une peinture aussi difficile d’accès (nous sommes dans les années 1900 ).
 
Je vous ai dit tout à l’heure que le cubisme commençait à apparaître dans “Les demoiselles d’Avignon” ; c’est sans doute le premier tableau où l’on voit un nez de profil dans un visage vue de face. C’est ainsi que va naître le cubisme analytique. Un visage sera “plus vrai” s’il est représenté de face, un œil également, un nez sera “plus vrai” si il est représenté de profil. Tout peintre sait qu’il arrive souvent qu’un signe, un symbole sera plus représentatif que l’image “photographique de l’objet lui-même” (pour ceux qui ont lu mon article “Ça peint vert”, j’ai déjà donné quelques explications). Le cubisme analytique n’est ni une peinture géométrique, ni une peinture décorative. Parler de peinture décorative est sans doute la pire insulte que l’on puisse faire à un peintre digne de ce nom. Dans une peinture cubiste l’espace prend une autre dimension, les notions de perspectives disparaissent. Le peintre cubiste ne va plus peindre ce qu’il voit mais plutôt ce qu’il connaît. C’est probablement cette recherche qui va amener l’artiste à coller l’objet directement sur la toile : journaux, allumettes, papier peint etc. La couleur elle-même disparaît. Ce n’est pas pour rien que  José Victoriano Carmelo Carlos González-Pérez a décider de s’appeler Juan Gris. Avec le temps, sa peinture “prendra de la couleur” bien que le gris soit toujours resté sa couleur préférée.
 
Vous l’aurez sans doute compris le cubisme analytique nécessite une grande rigueur ; très vite les peintres vont s’en libérer progressivement  pour passer à ce que par la suite on appellera le “cubisme synthétique”.
 
Sans oublier les leçons des premiers tableaux, on va “se laisser aller”. Les recherches purement picturales y auront leur place. Les Maîtres (Picasso, Gris, Braque auquel on peut ajouter, “à la rigueur” Fernand Léger) arrivent très vite à une quintessence de leur art, c’est probablement de cette époque que datent les plus beaux tableaux cubistes.


Beaucoup de peintres on été abusivement rattachés au cubisme, je vais sans doute me faire des ennemis en citant des noms (je crois que je vais aller prendre des cours de boxe pour pouvoir me défendre).

Georges Braque, toujours lui disait : “Ceux qui vont de l’avant tournent le dos aux suiveurs”.

Non je n’associerai jamais au cubisme :

Metzinguer, Albert Gleize, Auguste herbin (qui fut par la suite un bien meilleur peintre abstrait), Roger de la Fresnay, Marcousis (qui fit de beaux tableaux, mais trop tard) , Survage, Larionov. Certains citeront Vlaminck, ou  Derain.  Et ne parlons pas de ceux qui ont sur les cendres du cubisme voulu recréer une nouvelle école, “Orphisme”, ou autres.
 
 
Je sais bien qu’aujourd’hui il est de bon ton de ne dire du mal de personne. Des fois qu’on passe à côté du génie méconnu, chez les critiques, les collectionneurs et les conservateurs, c’est la loi du silence.

Au début de la peinture dite “moderne” certains sont passés sans voir les grands artistes de leur temps.


Aujourd’hui la peur est si grande de passer “à côté” qu’on finit par accepter TOUT et n’importe quoi (les Musées d’art contemporain auront bientôt de quoi remplir leurs caves).

Autrefois n’entrait au musée qu’un artiste qui avait au moins cinquante ans d’expérience derrière lui. Ce n’est plus le cas de nos jours. Je suis sans doute un des rares à le regretter.

Pardonnez-moi d’invoquer un fait personnel. Lorsque j’étais encore un jeune peintre (c’était il y a fort longtemps), si je montrais mes peintures, on me répondait quelque chose du genre : “C’est très prometteur, ( les gens sont généralement polis), mais aujourd’hui, poursuivaient-ils, un peintre n’est crédible que s’il a derrière lui quelques dizaines d’annéesd’expérience”. Et moi bêtement je les ai crus. J’ai attendu, et lorsque je suis venu les revoir, quelques dizaines d’années plus tard, il m’a été répondu : “Aujourd’hui les vieux peintres n’intéressent plus personne, la mode est aux jeunes”.

Alors dans le silence de mon atelier, au fin fond de ma campagne, j’ai continué à peindre accumulant mes “œuvres” jusque dans la cave, n’ayant plus de place ailleurs.
Aujourd’hui où l’on retrouve le moindre criminel à des milliers de kilomètres à la ronde, comment se fait-il que l’on ne retrouve pas un peintre, qui, s’il n’est peut-être pas le grand peintre de demain, a le mérite d’être un peintre sincère qui a consacré toute sa vie à perfectionner ce qu’il pensait être son œuvre.
 
 
BMC - Les Hommaginaires - D.H. Kahnweiler
 
Richard, si tu nous lis souviens-toi de ce que tu m’avais prédit : “ †oi, ta peinture tu en vivras quand tu seras mort”.

Même ça, ce ne serait peut-être pas si mal….
 
 
☣☣☣☣☣☣☣☣☣


 

 

Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.
sortie hors du corps,décorporation,sortie en astral,bilocation,obe,out of body experience,sortie consciente hors du corps,nde,near death,experience,emi,experience de mort imminente,
 
BMC - Toro mort et son double
 
         Sortie hors du corps
     Décorporation
     Sortie en astral
     Bilocation
     OBE (Out of Body Experience)
     Sortie consciente et volontaire hors du corps
     Sortie involontaire
     NDE (Near Death Experience)
     EMI (Expériences de Mort imminentes)
                
 
« Où mettre la limite du corps et du monde ? »

                             Maurice Merleau-Ponty


 
Si ces titres ne suffisent pas à vous décourager, c’est peut-être que vous faites partie des personnes qui ont vécu ce genre d’expérience. On dit, selon différents sondages, qu’il y a entre 10 et 30% d’individus ayant connu une expérience de sortie hors du corps, la plupart du temps involontaire, le plus souvent due à un choc émotionnel.

Peut-être avez-vous lu ce merveilleux livre “JonathanLivingston le goéland” . Sans doute ignorez-vous que son auteur, Richard Bach, raconte dans un autre livre ses sorties hors du corps, ce qui pour un aviateur émérite comme lui était certainement une belle expérience. (Un pont sur l’infini).

Je n’aborde ici que les cas le plus souvent appelés “sortie en astral”, qui, très probablement, sont le premier stade des NDE ; c’est-à-dire des expériences proches de la mort.

Maintenant que nos chers amis RBB (vous vous souvenez : “Rationalistes bêtes et bornés“) nous ont très certainement quittés, nous allons pouvoir aborder sérieusement le sujet.

Depuis la plus haute antiquité, on raconte beaucoup d’histoires de ce genre (voir Platon dans la République). Dans toutes les traditions, l’on trouve des exemples. La sortie consciente hors du corps est un des prémices de la sorcellerie africaine, de la sorcellerie en général et, bien entendu, du chamanisme. Le bouddhisme tibétain enseigne le yoga du rêve (yoga de Naropa). Dans l’église catholique, les cas de bilocations sont assez courants, même à une époque récente. Je pense en particulier à Padre Pio (1887-1968), mais aussi à sœur Yvonne-Aimée (1901-1951), à Marthe Robin (1902-1981). puisqu’elle permet de se trouver à deux endroits en même temps et d’y apparaître physiquement. Elle est, si j’ose dire, réservée aux “champions“ de la SHC.
 

Bien entendu la bilocation est une “variante“ du voyage astral. Si ça vous intéresse, je consacrerai un article complet à la bilocation.

Ça y est, ce coup-ci ya plus de RBB    !!!!!

En quelques mots voici ce qui pourrait vous arriver, ou que vous avez peut-être déjà vécu.

Ce genre d’expérience comme je l’ai écrit plus haut peut survenir de façon tout à fait fortuite, en particulier suite à un choc, une anesthésie, un accident. Cela peut aussi arriver le plus simplement du monde dans votre lit durant votre sommeil. Bien que les circonstances diffèrent voici le cas le plus courant.

Au milieu de la nuit, vous vous réveillez, vous flottez au-dessus de votre corps, vous êtes contre le plafond, souvent dans un angle de la pièce. Votre chambre baigne dans un éclairage bleuté, la lumière émane de chaque objet, comme si ceux-ci étaient générateurs de lumière. Bien que l’expérience ne soit pas franchement banale, vous n’avez pas peur, vous ressentez une très grande lucidité d’esprit, une impression de déjà-vu. Une chose est absolument certaine : VOUS NE RÊVEZ PAS.
Ceux qui ont vécu cette expérience disent éprouver une impression de paix, de joie profondes. Pour autant que je sache ces sentiments ne sont pas liés à une quelconque croyance religieuse ou mystique. Cela peut arriver à tout le monde sans exception. Il n’est pas non plus nécessaire de fumer, un ou plusieurs joints, encore que ça peut, peut-être, aider… À voir !
À ce moment, le moindre bruit, le moindre choc vous fera rentrer brutalement dans votre corps. Si vous poursuivez l’expérience, vous allez très vite vous apercevoir que vous pouvez, tel le passe muraille de Marcel Aimé, traverser sans difficulté murs et plafonds.
Ce qui est extrêmement rassurant c’est de savoir (vous pourrez le constater de visu) que votre corps “astral“ est en permanence relié au corps physique par, ce que la tradition nomme : “la corde d’argent”, ce mince fil argenté qui peut s’étirer indéfiniment, garantie incassable, à vie (si vous ne la voyez pas, ne cherchez plus : vous êtes mort)  lol.

Se voir dormir et savoir que la personne couchée en dessous de moi, c’est moi. C’est plutôt rigolo, non ?

Je précise que ce genre d’expérience, tout le monde peut la faire. Il n’est pas nécessaire d’avoir un grain ou même de faire de la peinture.

Si vous sortez de votre corps, ne vous attendez pas pour autant à rencontrer  Napoléon au premier coin de rue, encore moins les  Aliens dont La Muse nous a fait une aussi charmante description. Sans doute l’espace-temps est-il différent. Vous pourrez à la vitesse de la pensée vous retrouver à l’autre bout du monde. Attention si vous habitez au 7e étage, réfléchissez avant de traverser le mur. Le vertige, ça existe même en dehors de notre véhicule terrestre. Le monde astral est le monde de l’émotion.

Sortis de votre corps physique vous n’aurez plus de pouvoir sur lui, il dort. Impossible de parler ou même de faire un mouvement, ce qui aurait pour effet de vous réveiller instantanément. Probablement l’oubli de votre sortie serait instantané.

Sans doute sortons-nous de notre corps toutes les nuits. Souvenez-vous lorsque vous vous endormez, et brutalement vous vous sentez tomber, et cette chute n’a pas de fin tant que vous n’êtes pas réveillé. Et pourquoi tous ces rêves si fréquents de vols ?

Comment sortir consciemment de son enveloppe terrestre ?

Il serait bien trop long de détailler les différentes méthodes. Il existe des exercices de contraction et de décontraction des muscles au moment de l’endormissement. La respiration a aussi une très grande importance. Au moment du “départ“ (provisoire, celui-là) le corps devient lourd comme du plomb. Parfois vous entendrez des bruits “zarbi“, grincements, ronflement, sifflement ; pour ceux qui connaissent les acouphènes ce ne sera pas un problème, pour les autres n’y attachez pas trop d’importance.  Visualiser votre sortie par la tête, la sortie par les pieds étant réservée aux sorciers et à ceux qui pratiquent la magie noire. Je sais bien que ces explications sont du domaine de l’occultisme et sans doute en feront réagir plus d’un. Je ne cherche à convaincre qui que se soit, mon but n’est pas de faire du prosélytisme. Je raconte ; c’est tout. Vous pouvez maintenant faire vos expériences par vous-même. Les personnes hypersensibles devront apprendre à maîtriser la peur, en particulier celle de ne pas revenir. Ce domaine est réservé à ceux qui ont les nerfs solides, comme je l’ai dit plus haut c’est le monde de l’émotion.

Le rêve n’a apparemment rien à voir avec la sortie en astral, en revanche il arrive souvent que le souvenir de la sortie se “mélange“ avec le rêve et laisse des images extrêmement confuses au niveau du subconscient. On se méfiera donc des souvenirs.

Comme je crois vous l’avoir dit cela peut arriver à tout le monde. Souvent à la suite d’un arrêt cardiaque ou d’une anesthésie, ce sont les cas les plus courants. Mais il existe des cas étranges : je connais une personne  qui raconte avoir vécu un dédoublement alors qu’il conduisait sa voiture sans que cela pose de problème. Mais plus étrange encore il a vécu la même expérience, au même endroit bien des jours plus tard ??? Et comme c’est souvent le cas en a gardé un très bon souvenir.

En occident, la pensée est toujours liée au corps, il est donc très difficile d’imaginer un esprit hors du corps physique. Chez nous on localise la pensée au niveau du cerveau, en orient le plus souvent c’est au niveau du cœur qu’elle se situe. Pourquoi la pensée serait-elle liée aux organes ? On peut se poser la question.

Les principales traditions ésotériques enseignent que le corps physique “contient“ 7 corps imbriqués les uns dans les autres, chacun d’entre eux ayant un niveau de vibrations différent.

On peut vivre le voyage astral à plusieurs niveaux, sans doute en fonction du corps de référence, le premier ressemble au monde que nous connaissons. À d’autres degrés, certains prétendent y avoir rencontrer leur maître spirituel. À découvrir par vous-même. Il n’y a peut-être pas que dans le domaine géographique ou spatial  que l’on peut encore faire de grandes découvertes.

J’espère vous en avoir dit suffisamment pour titiller votre curiosité et vous donner envie d’aller jeter un œil de l’autre côté du miroir.

J’aurais pu joindre à cet article des quantités considérables de témoignages de personnes connues ou inconnues, de savants plus ou moins célèbres, relater toutes les recherches faites par des scientifiques tout à fait dignes de foi. Mon but n’est pas de chercher à convaincre qui que ce soit. Vous vous souvenez de ce que disait Jacques Bergier : “Je suis le scribe des miracles“, j’aimerais pouvoir en dire autant.

Si vous avez des difficultés techniques, demandez à votre chat, lui il n’a pas de problème.

Bon voyage, et même si vous êtes bien “là-haut“ revenez-nous vite, on a encore besoin de vous sur le plancher des vaches.

Satprem à qui l’on demandait : “Est-il vrai que l’on peut sortir de son corps ? “ Aurait répondu : “ Oui, et alors…“


Lien sur ce blog
 
 
    
 
 
 
✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯✯
 
 
  
 
 
Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.

art,peinture,art-maniac,bmc,,culture,le peintre bmc,
 
Le Greco - autoportrait
 
Domenikos Theotokopoulos, plus connu sous le nom d’El Greco (le Grec), ou si vous préférez Le Greco n’était pas, comme on le pense généralement, un peintre espagnol. La confusion vient du fait qu’il a vécu la plus grande partie de son existence à Tolède. Il était né en Crète le 1er octobre 1541 dans un petit village nommé Candie, proche d’Héraklion.
 
art,peinture,art-maniac,bmc,,culture,le peintre bmc,
 
De ses premières années, nous ne savons pas grand-chose. Il est fort probable que bien qu’issu d’une famille chrétienne il fut pendant un certain temps peintre d’icônes. Certains prétendent qu’il aurait même eu une certaine renommée dans ce domaine. En tout cas je n’ai trouvé aucun témoignage crédible à ce sujet…Certains ont voulu voir une influence byzantine dans ses œuvres postérieures, ce qui ne me paraît pas du tout évident.
 

art,peinture,art-maniac,bmc,,culture,le peintre bmc,
 
Garçon allumant une chandelle
 
À l’âge de 26 ans, Domenikos  part pour Venise dont La Crète est un protectorat.
Jusqu’en 1570, il fera son apprentissage à l’atelier du Titien. C’est à Venise qu’il va découvrir Le Tintoret dont l’influence va être présente particulièrement dans ses premières œuvres.

À partir de 1570 et durant 6 ans, il va séjourner à Rome, c’est là qu’il va découvrir le maniérisme italien.
 

art,peinture,art-maniac,bmc,,culture,le peintre bmc,
 
Marie-Madeleine
 
Je pense utile de préciser ici ce que l’on entend par “maniérisme“ : c’est la période qui correspond à la fin de la renaissance de 1520 à environ 1580. Il s’agit d’une peinture qui, comme son nom l’indique, est particulièrement sophistiquée.
 art,peinture,art-maniac,bmc,,culture,le peintre bmc, 
Adoration des bergers
 
 
La découverte du maniérisme va l’inciter à beaucoup plus de liberté dans son art, élongation exagérée des personnages et couleurs aussi inattendues qu’insolites.
 
 Art-maniac,art maniac,bmc,BMC,le peintre bmc,peinture, peintures,art, art moderne,art contemporain, art ancien,impressionnisme, ,photo,photos,dessin,art brut,musée,culture, 
L'annonciation
 
 
En 1577, le peintre quitte Rome pour Tolède. Il obtient assez rapidement quelques commandes de portraits. Mais Tolède est, ne l’oublions pas,  la capitale religieuse de l’Espagne, nous sommes en pleine inquisition, l’église veut réagir contre le protestantisme qui interdit toute représentation de scène religieuse. Le peintre obtient quelques commandes. Mais très vite sa peinture va choquer. Ces déformations, ces couleurs violentes, ces personnages que l’on dirait faits de pâte à modeler sur fond de ciel d’orage, le côté irréel, plus proche du rêve que de la réalité. Tout ça n’est pas fait pour séduire le clergé.
 
 

Art-maniac,art maniac,bmc,BMC,le peintre bmc,peinture, peintures,art, art moderne,art contemporain, art ancien,impressionnisme, ,photo,photos,dessin,art brut,musée,culture,

La vierge de la charité
 
En 1582 Philippe II d’Espagne lui passe quelques commandes pour le palais de l’Escorial, pour la cathédrale de Tolède.
Le Greco avait la fâcheuse habitude de demander des prix beaucoup trop élevés, comme de plus ses commanditaires étaient très souvent déçus par une œuvre très différente de ce à quoi ils s’attendaient, ils cherchaient à faire baisser les prix. Le peintre va se retrouver avec plusieurs procès auxquels il devra faire face.


Art-maniac,art maniac,bmc,BMC,le peintre bmc,peinture, peintures,art, art moderne,art contemporain, art ancien,impressionnisme, ,photo,photos,dessin,art brut,musée,culture,
  Le grand inquisiteur
 
 
En 1586, il peint “L’enterrement du comte d’Orgaz“ cette œuvre contribue beaucoup à sa notoriété et lui permet d’obtenir d’autres commandes.

Art-maniac,art maniac,bmc,BMC,le peintre bmc,peinture, peintures,art, art moderne,art contemporain, art ancien,impressionnisme, ,photo,photos,dessin,art brut,musée,culture,
 
 
L'enterrement du comte d'Orgasz
 
C’est une œuvre majeure empreinte d’une très forte spiritualité, elle représente le passage du défunt d’un plan matériel au plan purement spirituel. C’est à mes yeux, avec “La mort du Laocoon“, tableau qu’il réalisera à la fin de sa vie (un des seuls tableaux, en dehors des portraits, qui ne soit pas consacré à un thème religieux) les deux œuvres les plus importantes du Gréco.
 

art,peinture,art-maniac,bmc,,culture,le peintre bmc,
 
La mort de Laocoon
 
 
Le seul paysage qu’il peint, une vue de Tolède, semble l’œuvre d’un fou, une lumière blafarde éclaire la ville, un ciel d’orage fait office de toile de fond. La peinture ressemble plus à une ébauche qu’à une œuvre finie. Imaginez à cette époque les réactions que cela pouvait engendrer !
 

art,peinture,art-maniac,bmc,,culture,le peintre bmc,
 
Vue de Tolède
 
Bien que très connu comme peintre Le Greco à également travaillé en temps que sculpteur et qu’architecte.

À la fin de sa vie, ses sujets se simplifient de plus en plus, la représentation devient  presque abstraite, on perçoit une maîtrise acquise au fil des ans, il est fort probable que les spectateurs de l’époque n’ont pas vu tout cela.

 
Art-maniac,art maniac,bmc,BMC,le peintre bmc,peinture, peintures,art, art moderne,art contemporain, art ancien,impressionnisme, ,photo,photos,dessin,art brut,musée,culture,
 
La  Sainte Famille
 
Le Greco vécut comme un grand seigneur, entouré de nombreux domestiques ainsi que de musiciens chargés de le distraire durant ses repas. Il est mort à Tolède le 7 avril 1614, et a laissé près de 200 peintures inachevées, ainsi que de nombreuses dettes.

Art-maniac,art maniac,bmc,BMC,le peintre bmc,peinture, peintures,art, art moderne,art contemporain, art ancien,impressionnisme, ,photo,photos,dessin,art brut,musée,culture,
 
Saint Jean
 
 
Très critiqué de son vivant, Le Greco fut très vite oublié. Il fallut attendre le début du XXe siècle pour qu’il refasse surface grâce à quelques critiques et amateurs éclairés.
On a dit qu’il y avait chez lui une certaine démence. On a dit qu’il avait des troubles visuels. Mais comme dirait l’amie Stouf : “on » est un con !..
 

Art-maniac,art maniac,bmc,BMC,le peintre bmc,peinture, peintures,art, art moderne,art contemporain, art ancien,impressionnisme, ,photo,photos,dessin,art brut,musée,culture,
 
Saint François en prière
 

Art-maniac,art maniac,bmc,BMC,le peintre bmc,peinture, peintures,art, art moderne,art contemporain, art ancien,impressionnisme, ,photo,photos,dessin,art brut,musée,culture,
 
Pieta
 

le greco,peintre espagnol,peintre grec,tolède,crète,héraklion,icône,venise,titien,tintoret,rome,manièrisme,maniérisme italien,inquisition,escorial,comte d'orgaz,mort de laocoon,vue de tolède,la sainte famille,peinture abstraite,saint jean,saint françois,pieta,saint jean baptiste,saint luc,le greco en saint luc, le greco
 
Saint Jean-Baptiste
 

art,peinture,art-maniac,bmc,,culture,le peintre bmc,
 
Saint André et Saint François

 
le greco,peintre espagnol,peintre grec,tolède,crète,héraklion,icône,venise,titien,tintoret,rome,manièrisme,maniérisme italien,inquisition,escorial,comte d'orgaz,mort de laocoon,vue de tolède,la sainte famille,peinture abstraite,saint jean,saint françois,pieta,saint jean baptiste,saint luc,le greco en saint luc, le greco
 
Le Greco en Saint Luc
 

Bmc,art,peinture,art-maniac,bmc,,culture,le peintre bmc,
 
L'immaculée conception
 
✜✜✜✜✜✜✜✜✜✜
 
 
 

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog