bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.

miro,joan miro,bmc;art,peinture,

  Joan Miro i Ferrà est né à Barcelone le 20 avril 1893

Joan Miro est mort à Palma de Majorque le jour de noël, le 25 décembre 1983 à l’âge de 90 ans.

 

 

“Ce qui compte, ce n'est pas une oeuvre, c'est la trajectoire de l'esprit durant la totalité de la vie.”

                                                                                                            Joan Miro.

 

 

À l’âge de huit ans, le petit Joan découvre la peinture et “exécute” ses premières œuvres.

 

À Barcelone se trouve une galerie d’Art Moderne, la Galerie Dalmau (le terme “art Contemporain” n’avait pas encore été inventé), son nom mérite d’être cité car, à cette époque, les galeries qui s’intéressaient à la peinture moderne ne couraient pas les rues. Les marchands d’art non plus (le terme galeriste n’existait pas davantage). C’est là que Miro va découvrir les fauves, les cubistes et toutes les nouvelles écoles de peinture qui sévissent à ce moment-là, particulièrement en France.

 

Son père joaillier espère faire de son fils un commerçant, aussi, contre son gré, il va commencer des études de commerce, c’est Mozart qu’on assassine dirait St. Ex. Mais la détermination du jeune  Joan  a raison de la décision paternelle. Joan s’inscrit à l’Ecole des Beaux-Arts de la Lonja  à Barcelone.

 

Malgré les réticences de son père, Miro décide qu’il sera peintre. De 1911 jusqu’à 1915 Miro va fréquenter plusieurs écoles d’art de Barcelone, ce qui va lui permettre de découvrir différentes techniques et surtout de s’initier à l’Art Moderne.

 

À ses débuts, Miro “se cherche”, ses peintures sont tour à tour impressionnistes, fauves, expressionnistes, parfois même naïves, on sent encore les influences de Van Gogh ou de Cézanne. Tout ça est bien normal compte tenu de la jeunesse du peintre.

 

En 1915 Miro déménage dans un atelier qu’il partage avec un dénommé Ricart. Cette année-là il rencontrera Picabia. C’est aussi de cette époque que date son amitié avec Artigas.

 

Début 1920 Miro s’installe à Paris, qui comme chacun le sait est à ce moment-là la capitale des arts. Il réside provisoirement dans un hôtel 45 rue Blomet. C’est à ce moment qu’il  fera la connaissance de nombreux peintres et écrivains : André Masson, Antonin Artaud, Michel Leiris, Armand Salacrou. Non loin de là, rue du Château réside Marcel Duhamel qui abrite chez lui Yves Tanguy et Jacques Prévert. C’est chez Marcel Duhamel que vont se tenir les premières réunions des Surréalistes, d’où l’adhésion de Miro au groupe surréaliste, avec lequel il n’avait, à mon avis, pas grand-chose à voir, si ce n’est son côté “littéraire et onirique”.

Voici, ce que plus tard il écrira :“La rue Blomet, c'est un lieu, un moment décisif pour moi. J'y ai découvert tout ce que je suis, tout ce que je deviendrai. C'était le trait d'union entre le Montmartre des surréalistes et “les attardés”  de la rive gauche”  (sic)…

 

Miro est très attiré par la poésie, comme on a pu le voir plus haut il fréquente autant les poètes que les peintres.

Miro retourne en Espagne durant les périodes estivales, c’est là qu’il rencontrera Picasso, les deux hommes sont très différents et ne seront jamais très proches, malgré leur origine commune. C’est à ce moment-là que Miro va découvrir Dada, il se lie d’amitié avec, encore une fois des poètes, des écrivains : Max Jacob, Tristan Tzara et aussi Reverdy.

 

Sa peinture va avec le temps devenir de plus en plus poétique. Ses tableaux vont petit à petit se transformer en sorte d’idéogrammes, pour celui qui sait déchiffrer l’œuvre chaque forme est assimilable  à un caractère, au spectateur d’inventer sa poésie. Il y a aussi chez Miro le caractère enfantin et ludique, en cela il se démarque de ses contemporains.

 

1921/22 va être une année importante, Miro peint un tableau intitulé “La Ferme”. Déjà se manifeste dans cette œuvre sa volonté de s’éloigner des méthodes traditionnelles de la peinture. (Voir lien image en fin d’article).

 

“La Ferme” a une petite histoire : Pour des raisons économiques que l’on peut comprendre, Miro décide de vendre ce tableau. Léonce Rosenberg qui est à ce moment-là le marchand de Picasso accepte de le prendre en dépôt. Comme le tableau ne semble pas intéresser grand monde, Léonce Rosenberg propose à Miro de découper son tableau en plusieurs morceaux pour le vendre plus facilement. Inutile de vous faire un dessin, Miro furieux reprend sa toile. Il la vendra plus tard par l’intermédiaire de la galerie Pierre à Ernest Hemingway qui la négociera pour 5000 Frs. de l’époque.

 

1924 est une année importante pour Miro, il fréquente le groupe surréaliste auquel il adhère. Ses amitiés vont toujours aux poètes, particulièrement : André Breton, Philippe Soupault et Paul Eluard.

 

André Breton affirmera que “Miro est le plus surréaliste d’entre nous” ; permettez-moi de ne pas être tout à fait d’accord avec le Pape du surréalisme, avec le recul, on se rend bien compte que Miro se dirigeait vers une peinture “semi-abstraite” qui n’avait vraiment rien à voir avec le surréalisme (voir les dernières toiles de Miro). Dans l’œuvre de Miro il y a un côté onirique, l’inconscient est plus que présent, il y a un côté littéraire et bien sûr ludique. Tout ça ne pouvait que séduire les surréalistes, mais n’en fait pas pour autant un peintre surréaliste.

 

Au mois de juin 1925 a lieu une exposition à la Galerie Pierre (Loeb). Miro présente 16 peintures et 15 dessins.

Tous les membres du groupe surréaliste sont présents, le catalogue est préfacé par Benjamin Perret. En dehors des œuvres de Miro, font également partie de l’expo quelques peintures de Klee, peintures qui impressionnent Joan Miro (on peut comprendre). Miro vend plusieurs toiles et dessins. La critique semble enfin découvrir son travail.

 

En 1926, Serge de Diaghilev demande à Miro et à Max Ernst de créer les décors et les costumes de son spectacle Roméo et Juliette. Grand branle-bas parmi le groupe surréaliste qui accuse Miro et Ernst d’être des traîtres au service du bourgeois Diaghilev. Ils auraient paraît-il trahi l’esprit du surréalisme et des communistes. André Breton et Louis Aragon signent  un manifeste, l’affaire s’arrêtera là.

 

À compter de maintenant Miro est exposé en permanence à la Galerie Surréaliste.

 miro,surréalisme,joan miro,bmc,art,

 

Affiche pour l’inauguration en 1926 de la Galerie Surréaliste.

 

 En 1927 Miro voyage en Belgique et en hollande. Très marqué par Vermeer, il peindra à son retour la toile connue sous le nom  de “Intérieur hollandais”.

 

En 1929 Miro épouse Pilar Juncosa, la cérémonie a lieu à Palma de Majorque où plus tard résidera le peintre. En 1930 le couple donne naissance à une fille.

 

Miro va maintenant s’éloigner de plus en plus du groupe surréaliste, il ne participe pratiquement plus aux réunions. André Breton politise le débat, il a maintenant sa carte du parti (communiste) et souhaite que tous les surréalistes clarifient leurs positions à ce sujet.Ç’en est trop pour Miro qui quitte le groupe des Surréalistes.

 

Miro va réaliser la célèbre affiche “Aidez l’Espagne” (voir lien en fin d’article).

L’Exposition Internationale de 1937 va présenter dans le pavillon espagnol, bien entendu, le Guernica dePicasso mais aussi, ce qu’on a un peu tendance à oublier, une toile monumentale de Miro et “La Source de Mercure” du sculpteur Julio Gonzalez.

 

1939 : Rencontre avec Braque, Calder et Raymond Queneau.

 

Dès le début de l’occupation allemande, Miro quitte la France pour l’Espagne, il résidera d’abord à Mont-Roig puis à Barcelone et enfin à Palma de Majorque.

 

En 1941 le Musée d’Art Moderne de New York lui consacre une rétrospective.

 

Durant quatre ans, Miro ne produit plus rien, il vit dans une sorte de solitude, allant fréquemment à l’église pour y écouter de la musique. Il faut dire que contrairement à ce que l’on pourrait penser en regardant sa peinture, Miro a un caractère  très pessimiste et une tendance à la déprime, le climat de l’époque ne devait rien arranger.

 

En 1943 la Galerie Joan Prats de Barcelone lui demande de réaliser une série de gravures, la gravure sera pour Miro une véritable découverte. Sa première série intitulée Barcelona comportera 50 gravures en noir et blanc.

 

Miro devient Miro.

 

Il recommence à peindre. Son travail gagne en liberté, en spontanéité, comme si la libération de la France l’avait en même temps libéré. Il est maintenant mondialement connu et reconnu.

 

Miro va maintenant s’intéresser à différentes techniques, comme on l’a vu plus haut à la gravure, mais aussi la sculpture, il intègre des objets du quotidien à ses sculptures, ses modèles sont agrandis, coulés dans le bronze, parfois peints de couleurs vives. Avec Artigas, il découvre la céramique. Tel Picasso, Miro devient un génial touche-à-tout.

 

En 1947 Miro se rend à New York, il y restera huit mois, c’est là qu’il va découvrir toutes les techniques de la gravure et travaillera quelque temps dans l’atelier de celui qui était reconnu comme le plus grand spécialiste dans ce domaine, le britannique Stanley Hayter.

Au Etats Unis Miro exécute plusieurs peintures murales.

 

À partir de 1947 la Galerie Maeght va le prendre sous son aile et jusqu’à sa mort lui consacrera de nombreuses expositions. En 1954 Miro reçoit le prix de gravure de la Biennale de Venise.

 

En 1956 Miro déménage à Palma de Majorque où il se fait construire un très grand atelier, il y résidera jusqu’au bout. La même année, il reçoit une commande pour deux murs, pour le palais de l’UNESCO.

 

 En 1966 Miro réalise avec la collaboration de son vieil ami Artigas “La Vénus de la Mer”, sculpture monumentale qui sera immergée dans une grotte sous-marine à Juan-les-Pins, et visible des seuls plongeurs.

 

Maintenant Miro va consacrer beaucoup de temps à la céramique. Ses peintures deviennent de plus en plus minimalistes, quelques rares signes se détachent sur un fond presque uni. Les coulures sont de plus en plus utilisées. Miro expose régulièrement au Salon de Mai en compagnie de Picasso, Chagall et tant d’autres grands noms de l’époque. Nous sommes maintenant très loin du Miro de l’époque surréaliste, le côté informel semble particulièrement bien adapté à son travail.

 

Le 10 juin 1975 est inaugurée à Barcelone la Fondation Miro, il y a environ 5000 pièces (don de l’artiste) exposées.

 

 

 

LIENS

 

 

Joan Miro - La Ferme

 

Aidez l'Espagne

 

Images Miro Google

 

 

 

 

 

✳☾✳☾✳☾✳☽✳☽✳☽✳

 

 

Publié le par BMC
Publié dans : #Guest Stars

Photo richard kriegel,

 

Photo Richard Kriegel

  (Manifestation du 2 octobre 2010 à Chartres)

 

 

Le photographe Richard Kriegel fait partie de ces artistes sans doute trop modestes pour être connus du grand public, c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de lui consacrer cet article. Richard qui, comme il est coutume de le dire, est un ami de plus de trente ans est un excellent photographe. J’ai connu ses débuts dans ce domaine, j’ai vu la formidable évolution (et ce n’est certainement pas fini) de son travail. Moi qui aurais aimé faire de la photo, j’ai renoncé du jour où j’ai vu que  Richard faisait exactement les photos dont je rêvais. Après tout chacun son métier !

 

Regardez ces quelques images, et pour en savoir davantage allez sur son blog (lien en fin d’article), vous y verrez plus de 2000 photos parmi lesquelles il m’a été bien difficile de faire un choix, vous pourrez aussi y mettre des commentaires, bonne visite.

 

Maintenant ouvrez grand vos petits yeux !

 

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo richard Kriegel

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

Photo richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo Richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo Richard kriegel

 

Photo Richard Kriegel  

 

 

 

Photo Richard Kriegel  

  Photo Richard Kriegel

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

Photo Richard Kriegel

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

 

Photo Richard Kriegel

 

 

 

 

LIEN

 

 

 

  A   R   T   E   F   A   C   T   S 

 

 

 

 

 

 

 

✯✯✯✯✯✯✯✯

 

 

 

 

 

 

 

 

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog