bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par Complik Clé
Publié dans : #Guest Stars

 

complik-cle.jpg



 
Baudelaire doit se retourner dans sa tombe… J’espère pour lui qu’il n’a pas la télé là où il est, du moins j’espère qu’il ne l’a pas regardée vendredi soir.
Le titre de cet article vous paraît obscur, ne vous inquiétez pas, c’est normal, j’ai moi-même du mal à apposer deux noms qui n’ont (d’après moi) rien à faire sur une même ligne…
Charles et Pascal donc… Le poète maudit et le chanteur sans mots…
Je sais, c’est mal de juger, il faut d’abord comprendre… Sauf que, comprendre quelque chose aux paroles d’Obispo, j’suis désolée, j’ne suis pas fabriquée avec cette option.
On ne comprend pas forcément tout quand on lit, par exemple, Les Illuminations de Rimbaud, mais, même sans comprendre, on ressent l’émotion, le mal-être, la magie de tous ces mots qui font la ronde.
Je suis désolée, mais chez Obispo je cherche, et je ne trouve pas cette magie (altérée peut-être par son chant si… faux ?), ce n’est pas pour autant que je vais lui cracher dessus, il en faut pour tous les goûts…
Mais quand même, y a un moment où il va falloir arrêter, parce que, donner comme titre à son dernier album LES FLEURS DU BIEN (non, vous ne rêvez pas), ça veut vraiment dire que ce pauvre Obispo n’a

1)    … rien compris à Baudelaire, puisque tout l’intérêt d’un titre comme les FLEURS DU MAL est d’associer deux notions habituellement opposées (ces oppositions entre le beau et le laid, le bien et le mal ont fait d’ailleurs partie des grands thèmes du Romantisme, dis, Pascal, tu connais le romantisme ???). A la rigueur, il aurait appelé son album les Fleurs du pire, je me serais moins énervée…
2)     … pas beaucoup de personnalité. Je n’ai rien contre les gens qui reprennent un titre ou un texte et le parodient avec habileté, mais j’ai comme l’impression que ce n’est pas le cas ici. Pascalou était juste en panne d’inspiration, dans ce cas-là il faut se mettre à autre chose, le macramé, la peinture sur soie, n’importe quoi, mais pas CA, pitié. J’ai un profond respect pour les auteurs, en particulier les Romantiques (Gautier, Nerval, Lautréamont, même, qui était romantique à sa façon…)
3)    … aucune honte à remanier un titre pour lui ôter son essence…

Bref, personnellement je trouve cette idée assez nase. Le pire (le mal ?), c’est que deux grandes chaînes nous aient proposé, le même soir (remarquez l’intelligence des programmateurs…) une émission spéciale dédiée à ce poète du vingt et unième siècle…

Voilà, c’était le coup de gueule du jour, y en aura d’autres…

 
*

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog