bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.
Ceci n'est pas une photo

Jean-Olivier Hucleux travaille d’après des photos, très souvent elles  sont dues à de très célèbres  photographes. Dans cet article, chaque fois que je l’ai pu, j’ai mentionné le nom du photographe. Ceux pour qui je ne l’ai pas fait voudront bien m’excuser, c’est simplement parce que je n’ai pas réussi à trouver les références.

Cela fait très longtemps que je souhaitais vous parler de
la  photo comparée à la peinture. Pour moi ce sont deux choses qui ne doivent en aucun cas être confondues. Trop de galeristes entretiennent la confusion en exposant simultanément photos et peintures côte à côte.

Comprenez-moi bien, je n’ai rien contre la photo, ne comptez pas sur moi pour vous dire qu’elle est un art mineur.
Comparer la photo et la peinture comme on le fait beaucoup trop souvent est une erreur.


Il y a des photographes qui sont de grands artistes, mais essayez de mettre l’un à côté de l’autre une très belle  photo et un tableau de Rembrandt, si vous ne voyez pas de différence c’est probablement que vous manquez totalement de sensibilité artistique  (ce n’est certainement pas le cas des visiteurs de  ce blog).


Il y a sans doute autant de différences entre la photo et la peinture qu’il peut y en avoir  entre le cinéma et le théâtre ou la danse. On ne doit pas regarder une peinture de la même façon que l’on regarde une photo.

Si vous avez la chance de voir les dessins et peintures d’Olivier Hucleux vous comprendrez très bien ce que je veux dire. Seulement voilà, il y a un hic ! La reproduction de ses œuvres ne fait pas du tout passer l’émotion comme le font les originaux. Ses tableaux sont souvent très grands, beaucoup plus grand que le sujet, la matière est très différente, le graphite, la mine de plomb, la peinture donnent une impression très différente du “grain photo”.


Sur une reproduction, la “magie” ne passe pas. Dans ses œuvres, il s’agit bien de “magie”. Le mot est lâché… Et je ne vois pas très bien comment dire autrement.


Jean-Olivier Hucleux a été convoqué devant le Tribunal d’Instance de Paris, on l’accusait de contrefaçon de photographie. Plusieurs célébrités sont intervenues pour défendre la cause du peintre, y compris le président François Mitterrand dont il avait fait deux portraits. L’artiste expliqua qu’il était impossible pour lui de déranger, pour poser, toutes les personnalités dont il avait fait le portrait (d’autant qu’un grand nombre n’était plus de ce monde). Pour lui c’était à la foi rendre hommage autant à la personne représentée qu’au photographe. D’autant que sa démarche  est, comme j’ai essayé de vous l’expliquer, une démarche picturale qui n’a rien à voir avec la photo.


Jean-Olivier Hucleux est né en 1923.

Après avoir fait quelques essais de peintures d’après photos en 1945, il abandonne la peinture pour s’y remettre sérieusement à partir de 1968. En dehors de ses portraits c’est surtout sa série sur les cimetières que l’on connaît le plus.


J’ai parlé tout à l’heure de magie, il faut bien reconnaître que la peinture hyperréaliste a quelque chose de particulièrement dérangeant, c’est aussi ce qui crée tout son charme. Souvenez-vous de Ron Mueck, et si vous ne connaissez pas ce fabuleux artiste voir mon article  “Ron Mueck. La vérité toute nue”. J’aurais l’occasion de revenir sur cette école de peinture qui est bigrement intéressante.






✲✲✲✲✲✲✲



tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog