bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.
  

J'ai toujours eu une très grande admiration pour ceux que l'on appelait autrefois "les marchands d'art", qui avaient l'amour de leur métier, qui le faisaient souvent plus par passion que par  goût de l'argent. Bien entendu il y a un nom qui vient immédiatement à l'esprit, j'ai nommé Aimé Maeght.

La famille Maeght est originaire de la région de Lille.  Le père d'Aimé est tué durant la première guerre mondiale.
Sa mère se réfugie dans le midi, plus exactement dans le Gard, à Lassalle. C'est donc à Nîmes que le jeune Aimé va faire ses études à l'école des Arts et Métiers, qui deviendra plus tard l'école des Beaux Arts. C'est dans cette école qu'il apprendra la gravure et la lithographie.

 En 1926 Aimé va trouver un emploi de graveur lithographe à Cannes. Il est passionné de jazz et joue dans un petit orchestre. C,'est aussi à Cannes qu'il va rencontrer Marguerite, qu'il épousera en 1928. Marguerite sera la compagne de sa vie.
Aimé est un fameux bricoleur, aussi pour gagner sa vie il va réparer des postes de T.S.F. Comme Marguerite appartient à une famille de commerçants cannois, ils n'ont pas trop de mal à trouver un local en centre-ville. Aimé vend et répare des postes de radio, Marguerite, qui ne veut pas être en reste, va mettre à la vente tout d'abord quelques meubles. Très logiquement suivront des tableaux.

Il n'y a pas de hasard, en 1936, Aimé qui continue toujours à pratiquer la lithographie rencontre Pierre Bonnard qui lui demande de réaliser pour lui une gravure. Le petit magasin de "radio" est maintenant devenu la Galerie Arte. À Cannes vivent de riches collectionneurs, la galerie prospère rapidement.

Il faudra attendre l'après-guerre pour que les choses prennent vraiment  leur essor. En 1942 Pierre Bonnard perd sa femme. Aimé et Marguerite vont l'aider dans son épreuve. Ils lui fourniront du matériel pour peindre, l'aideront dans sa vie quotidienne. Ils s'occuperont de la vente de ses tableaux. Pierre Bonnard leur présente Matisse, qui à son tour deviendra un ami.

Bonnard a décidé de s'installer à Paris; "les Maeght" le suivent. La galerie sera installée rue de Téhéran.

À partir de maintenant la machine est en marche, Aimé Maeght va vendre les œuvres de Pierre Bonnard. Les bénéfices de ses ventes vont lui permettre de faire vivre d'autres peintres comme Braque, Miro. Lorsqu'il vendra Miro, cela lui permettra de faire vivre Tapiès etc…

Aimé Maeght n'a jamais oublié son métier de lithographe. Parallèlement  à la vente des tableaux, il éditera de très nombreuses gravures, parmi les plus belles réalisées à ce moment-là. Avec chaque nouvelle exposition est éditée la célèbre revue "Derrière le miroir" (pour ceux qui fréquente eBay, vous avez peut-être vu mentionné à côté d'une gravure DLM, cela veut dire que la gravure était issue de la revue en question).

La suite vous la connaissez : Aimé Maeght va exposer les plus grands peintres de son époque, suivra la création de la fondation à Saint-Paul-de-Vence. Mais ça, ça mérite une autre petite histoire de l'art.

Marguerite est décédée en 1977, Aimé l'a suivie en 1981.

Aujourd'hui la Galerie Lelong a pris le relais, elle se trouve toujours rue de Téhéran. Mais il existe toujours une galerie Maeght (Adrien Maeght) rue du Bac à Paris.

✥✥✥✥✥✥✥✥✥✥✥✥✥✥✥

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog