bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par la Muse
Publié dans : #La Muse

 

 


Les Milles (Bouches du Rhône), une commune située non loin d'Aix-en-Provence,  accueillit en 1939 un camp d'internement, sis dans une tuilerie en faillite.

D'abord créé au moment de la déclaration de la guerre pour héberger des ressortissants allemands (aussi bien des nazis que des Juifs), nombre d'artistes y furent incarcérés. Il se trouve que bon nombre d'entre eux étaient des militants antinazis, réfugiés en France pour échapper à Hitler, qui s'étaient installés dans le sud de la France.

La plupart  aura la chance d'être relâchée en juin 40... mais ce ne sera pas pour autant la fin du camp... car dans un deuxième temps, le gouvernement de Vichy y internera des Juifs qu'il se fera un devoir de livrer aux nazis, dont des enfants déportés en août 42. Bien que situés en "zone libre", ces derniers furent transférés en zone occupée pour partir sur Auschwitz...

 

 

Durant la première période (septembre 1939/juin 1940), des artistes furent donc détenus dans ce camp. Si la détention était mal vécue, les conditions restaient encore relativement acceptables, les gardiens les laissant exprimer leur art. (Voir à ce sujet l'article sur l'exposition "l'art dégénéré" organisée en juin 37 en Allemagne, où les toiles avaient été brûlées en public).

En France, ce n'est pas leur art qui pose problème mais... le fait qu'ils n'avaient pas de papiers en règle ! En effet, beaucoup d'entre eux, Juifs allemands, avaient été déchus de leur nationalité sans pour autant en avoir obtenu une autre; ils étaient apatrides...

 

Considérés comme Allemands, il leur fallait prouver leur hostilité au régime nazi et obtenir le fameux papier, le fameux tampon, l'appui de quelqu'un d'important ou une mission de "prestataire" dépendant d'une quelconque administration.

Les artistes du camp des Milles :
 

 


Lion Feuchtwanger (1884-1958) d'origine juive, antimilitariste et résistant antinazi, réfugié à Sanary-sur-mer (Var), après avoir été déclaré "ennemi du peuple allemand" par Goebbels et déchu de sa nationalité puis dépouillé de tous ses biens, fonda avec Brecht et Bredel le plus important journal antifasciste des écrivains émigrés allemands.
 
Il fut interné en mai 40 aux Milles, dont il parvint à s'échapper assez rapidement pour s'installer définitivement aux Etats-Unis où il mourut en 1958.
Aux U.S.A, il publia "Le diable en France", récit autobiographique où il raconta son internement et les diverses humiliations infligées aux Autrichiens et aux Allemands antinazis qui avaient choisi la France comme terre d'asile...


 

 


Max Ernst !1881-1976) fonda avec Baargeld et Arp le mouvement Dada à Cologne puis s'installa en France où il devint l'un des membres du Groupe Surréaliste. Il quitta Paris en 1938 pour s'installer à Saint-Martin d'Ardèche.
 
 


Interné à deux reprises au camp des Milles en 39/40, il réussit cependant à émigrer aux Etats-Unis en juillet 41, jusqu'à son retour en France en 1953, où il finit par être naturalisé français en 1958. Il vécut dans le sud de la France jusqu'à son décès en 1976.

 

 


Durant son internement, il travailla beaucoup avec Hans Bellmer, certains dessins étant même faits à deux. Il dessina alors de curieuses créatures (cf "Les Apatrides") faites de limes..

 

Hans Bellmer (1902-1975), proche des Surréalistes, réfugié en France en 1938, fut incarcéré en 1940 au camp des Milles. Obsédé par les murs de briques du camp, il produisit durant cette période des œuvres dont la brique est l'élément de base.

Robert Liebknecht (1903-1994), fils et petit-fils de militants révolutionnaires allemands - le grand-père ami de Marx et le père proche de Rosa Luxembourg -  était un spécialiste des scènes de la vie ouvrière.
Il fut arrêté en 1939 à Saint-Tropez où il était de passage et fit deux séjours aux Milles entre 1939 et 1940.
 

 

Il se tournera vers des croquis du camp (cf "Bâtiment principal du camp") et des croquis de prisonniers.


Ferdinand Springer, (né en 1907) peintre et graveur, arrêté en 1938 à Grasse, fut exilé dans les caves où il exerça la fonction d'infirmier. Il y peint un écorché debout devant un mur de pierres.
 
 

 

 

Alfred Otto Wolfgang Schuize - dit Wols (1913-1951) s'intéressa très tôt à la photo (formation au Bauhaus). Il fit la connaissance en 1932 de Max Ernst, Tristan Tzara, Miro, Calder et fréquenta le milieu surréaliste. Tout en peignant des aquarelles, il devint photographe de métier.
Interné au camp des Milles en septembre 1939, jusqu'en octobre 40, il souffrit particulièrement de son enfermement et tout particulièrement du manque d'hygiène, qui lui inspira certaines œuvres ("La puce", etc..)
 

 

Toute ressemblance avec une situation actuelle serait évidemment fortuite ...


  Liens :

Wikipedia

Camp des Milles

Perso.orange.natanson

Lettres du camp des Milles

Mémorial du camp des Milles

 

 
 

 

 

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog