bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.
 
 
Pablo Picasso - Le rêve (Marie-Thérèse Walter)  1932
 
 
Picasso a peint ce tableau en 1932, il s'agit du portrait de Marie-Thérèse Walter qui fut la maîtresse de Picasso, et aussi une de ses victimes (suicidée, pendue dans son garage).
Les tableaux de cette époque sont très recherchés pour la bonne raison qu'il y en a très peu sur le marché.
En 1997, un milliardaire américain du nom de Steve Wynn a acheté ce tableau pour moins de 50 millions de dollars.
Steve est ravi le jour où le très célèbre collectionneur d'art Steven Cohen lui fait savoir qu'il est prêt à racheter son tableau pour la somme record de 139 millions de dollars. Sachant que le tableau vendu le plus cher à ce jour est le portrait d'Adèle Bloch-Bauer peint par Gustav Klimt (tous les goûts sont dans la nature…), prix d'achat 135 millions de dollars.
Et maintenant on va faire des mathématiques (à ma façon, on va au plus simple, parce qu'après je me paume).

Achat du tableau 50 millions
Vente du tableau 139 millions
Bénéfice : 139 moins 50 égal : 89 millions de dollars. (Heureusement que ce n'est pas une histoire de baignoire qui se vide, et de trains qui se croisent, parce que là je ne m'en sortais pas).
Avant que la vente ne se fasse Steve décide d'organiser une petite fête pour que ses amis puissent une dernière fois contempler le sublime tableau. Rendez-vous est pris dans un des meilleurs  restaurants. Inutile de dire que le repas est copieusement arrosé. Au dessert, les invités sont conviés dans un bureau de l'un des casinos de Steve Winn afin d'admirer le chef-d'œuvre une dernière fois.
Devant le tableau Steve raconte son histoire, celle du "rêve" bien sûr. Il gesticule, un flot de paroles sort de sa bouche, une vapeur d'alcool embue son cerveau, et voilà notre homme qui donne un énorme coup de coude sur la pauvre Marie-Thérèse, qui n'avait rien fait pour mériter ça. D'après les témoins, le bruit fut impressionnant. Et Steve de s'écrier :"Oh merde regardez ce que j'ai fait". La déchirure mesure environ 5 centimètres de long. Bien entendu le futur acheteur s'est rétracté. Quant à Steve, il a dit deux choses : "Heureusement que c'est moi qui l'ai fait", et aussi "Je vois là un signe du destin, je dois garder ce tableau".
On se console comme on peut.



 
*
 
Cette histoire m'en rappelle une autre. Du vivant de Picasso, le célèbre photographe David Douglas Duncan, résidait à La Californie (la maison de Cannes), il devait y passer quelques jours pour photographier les œuvres du maître. Un matin Picasso dormait, David se rend dans l'atelier et commence son travail. Ce n'est un secret pour personne, chez Picasso la poussière, si j'ose dire, fait bon ménage avec l'atelier, aussi doit-il chaque fois qu'il veut photographier un tableau l'essuyer avec un chiffon propre. Il photographie plusieurs œuvres sans rencontrer de problème, et voilà qu'en passant son chiffon sur une nouvelle toile, il s'aperçoit qu'au fur et à mesure qu'il l'essuie le dessin s'efface. Stupeur et tremblement, comme aurait dit Amélie, tout le monde est pétrifié.(le dessin au fusain n'avait pas été fixé).  Que va dire le maître ? On  s'attend au pire, les colères de Picasso sont bien connues. Mais ce jour-là Picasso était de bonne humeur et tout s'est finalement bien passé, et David Douglas Duncan pourra toujours dire qu'il a fait œuvre commune avec Picasso.
 
Lien images
 






 
*


 

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog