bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.

 

TOUT CE QU'IL FAUT SAVOIR AVANT D'ACHETER UNE ESTAMPE
 
La dimension : On va vous donner une dimension qui peut être celle du papier comme celle de la partie imprimée. Une petite gravure peut figurer au centre d’une grande feuille ; il existe aussi des gravures sans marges. C’est pourquoi il faudra toujours se renseigner sur la dimension des marges.
 
Le papier : Il existe des quantités de papiers destinés à l’estampe de types et de qualités différents ; cela va du papier d’arches au japon en passant par le vélin. Chaque artiste a ses préférences, chaque éditeur aussi.
 
Le tirage : ou si vous préférez le numérotage. Sur chaque gravure, vous allez voir apparaître deux nombres séparés par une barre de fraction, le premier indique le numéro de votre épreuve, le deuxième le nombre de tirages. Par exemple une estampe numérotée 23/150, cela voudra dire qu’il s’agit du vingt-troisième tirage sur un total de 150. Il faut savoir qu’avant même de tirer les 150 planches, il sera imprimé ce que l’on appelle généralement des épreuves d’artiste (ou E.A.).   Elles représentent 10% du tirage numéroté. Dans notre exemple, il y aura donc 15 épreuves d’artiste, qui dans certains cas peuvent être marquées « hors commerce » (ou H.C.). Certains peintres particulièrement scrupuleux iront jusqu’à numéroter les épreuves d’artistes, généralement en chiffres  romains. Avant de décider de l’impression d’une gravure, il va être fait plusieurs épreuves d’essai, certains éditeurs et artistes n’hésitent pas à les commercialiser ; dans ce cas, elles seront marquées épreuve d’essai.
 
La signature : Les estampes sont signées au crayon de la main de l’artiste, il existe des gravures dont la signature a été imprimée en même temps que l’image. C’est ce que l’on appelle des gravures signées dans la planche. La différence est parfois difficile à faire pour un néophyte et certains marchands peu scrupuleux d’en profiter.

Où acheter une estampe ?  Pour être certain de ne pas se faire estamper le mieux est encore de l’acheter, lorsque cela est possible, directement à la galerie qui représente l’artiste. Une galerie qui a pignon sur rue ne prendra pas de risques. Si vous deviez acheter un Picasso, plutôt que d’aller dans une obscure salle de ventes, autant se rendre à la Galerie Louise Leiris qui a représenté Picasso durant toute sa vie et vous donnera avec la facture le certificat d’authenticité (si vous deviez un jour la revendre…) Vous ne la payerez pas plus cher.
 
Bien sûr, vous allez me dire « et le net ? ». Sur la toile, on trouve de tout et si vous n’êtes pas un spécialiste, on vous y attend comme au coin du bois. Un exemple : On peut trouver une reproduction d’une estampe de Dali (encore lui !) imprimée en offset, comme un vulgaire journal, prix de revient nul ; bien entendu, la signature est imprimée en même temps que l’image. Pour leur donner un vague air d’authenticité, elles sont numérotées au crayon et vendues 150,00 €. Vous trouverez aussi des gravures originales d’après Picasso, cela veut dire que certaines planches ont été faites en reproduisant une œuvre du maître. C’est ce que fait Marina Picasso, qui signe <<collection Marina Picasso», donc il n’y a pas d’arnaque. De plus le bénéfice de ses ventes va en grande partie à des œuvres humanitaires. Mais si on n’est pas prévenu on peut penser détenir un original de Picasso.

Autre inconvénient du net, il est impossible de voir si la signature est « dans la planche » ou de la main de l’artiste. Un bon conseil, n’achetez jamais une estampe sans la voir. Un bon moyen de reconnaître une fausse estampe : à l’odeur, une « bonne » litho sent très fort l’encre grasse.

Pour ceux qui auraient peur de se faire estamper :


Il existe un lieu où vous allez avoir le choix entre 13.000 estampes, c’est  la chalcothèque du musée du Louvre, située au premier étage au-dessus de la librairie. Vous y trouverez certainement votre bonheur. Les estampes sont tirées à la demande. Bien entendu, elles ne sont pas numérotées, mais portent (estampé en relief) le cachet de la réunion des musées nationaux. Les prix sont très raisonnables. Un exemple, vous pouvez acquérir une lithographie de Pierre Alechinsky (dimension de la feuille 63 x 90 cm.) pour 180,00 € (dans le commerce la même signée par l’artiste et numéroté vous coûterait sans doute près de 1.500,00 €.).  Souvenez-vous de la reproduction de Dali pour 150,00 €… Vous pourrez aussi acquérir une gravure d'après Rembrandt, ou une très belle carte ancienne etc.
 
Les prix : Il y en a à tous les prix. Une gravure originale de Rembrandt s’est vendue 800.000,00 € .Une de Picasso datée de 1937 pour 1.000.000.00 €.  La grande odalisque de Matisse 666.000,00 €. Une « Marilyne » d’Andy Warhol 347.000,00 €.
Vous pouvez acheter de très belles estampes entre 300,00 et 1000,00 €. et ainsi commencer votre carrière de collectionneur.



 
 
Liens sur ce blog
 
 
 
L'art de ne pas se faire estamper (3)
 
 
 
Si vous voulez en savoir un peu plus sur les différentes techniques de gravure, voici quelques liens utiles.
 

 

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog