bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.
 

 

C’est la récréation.

Ne croyez pas que les artistes soient toujours des gens sérieux. Il leur arrive aussi de s’amuser. Il faut savoir qu’avant tout, le peintre est un sacré menteur pour la bonne et simple raison qu’il va être amené à représenter sur un panneau qui a deux dimensions des choses qui, elles, en ont trois. Il faudra utiliser des artifices. Jouer sur la perspective, les couleurs, etc…

Certains sont passés maîtres dans l’art de la tromperie. Je pense en particulier à ceux qui utilisent l’anamorphose. L’anamorphose est une image qui, après avoir été déformée, retrouve ses proportions vue sous un certain angle et seulement sous cet angle-là.

Par ce principe, il est possible de créer des dessins qui, à première vue, sont complètement distordus et illisibles mais qui retrouvent leur aspect véritable une fois reflétés dans un miroir qui peut être, selon le cas, concave, convexe, cylindrique, cônique. Par exemple, un miroir de sorcière.

Voici un exemple d’anamorphose. Il s’agit d’une célèbre peinture de Hans Holbein le Jeune (1497/1543).
A l’origine, cette œuvre était placée dans la salle de réception du château de Polisy (près de Fontainebleau). Les personnes qui arrivaient voyaient le tableau de face :
 

 
En quittant la pièce, ils devaient franchir une porte qui se trouvait sur le côté droit. S’il leur prenait alors l’envie de regarder une deuxième fois le tableau, vue sous cet angle l’anamorphose devenait visible – apparaissait alors un crâne – transformant le portrait des deux notables en une vanité
 
Art-maniac, art maniac, art maniac le blog de bmc, bmc, le peintre bmc, tauromachie, corrida,

Voici le crâne vu sous trois angles différents :
 
Art-maniac, art maniac, art maniac le blog de bmc, bmc, le peintre bmc, tauromachie, corrida,
 
 

   

 

Les peintres modernes et contemporains ont aussi pratiqué l’anamorphose (voir Labisse).
Aujourd’hui, l’un des meilleurs exemples est l’artiste anglais Julian Beever qui dessine à la craie à même le sol.
Voici quelques-unes de ses créations. Avouez que le résultat est assez saisissant :

 


Julian Beever
 
 

Julian Beever

 


Art-maniac, art maniac, art maniac le blog de bmc, bmc, le peintre bmc, tauromachie, corrida,
Julian Beever
 

La même image vue sous deux angles différents :
 


Julian Beever

Je vous recommande vivement d’aller voir le site de cet artiste, ça vaut le détour !

Par extension, on appelle souvent anamorphoses des images qui ont été transformées soit en longueur, soit en largeur, comme dans un miroir déformant.

Comme l’anamorphose, toutes les “déformations géométriques” ont été utilisées par les peintres particulièrement dans ce qu’on a appelé l’OP-ART (optical-art).
Le représentant le plus connu de cette école est bien entendu Victor Vasarely.


Il y a aussi les images à double lecture. Je pense en particulier à cette œuvre de Salvador Dali : le portrait de Voltaire
Il y a des images détournées : 


 


 
Le déjeuner sur l’herbe par Edouard Manet, Le déjeuner SOUS l’herbe par B.M.C.
 
Il y a aussi des images troublantes :
 
Si vous êtes allé au musée du Louvre, vous avez certainement vu ces portraits formés par une accumulation de légumes, fruits, fleurs, etc… peints par Giuseppe Archimboldo (1530/1593)
 


Giuseppe Arcimboldo
 

L'image “http://entrezlibres.free.fr/l-art-et-creation/19-Arcimboldo.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
 
Il y a aussi les plafonds peints qui nécessitent une très grande maîtrise de la perspective. Bien sûr, on pense à Michel-Ange et au plafond de la chapelle Sixtine.

Mais aussi au plafond de l’opéra Garnier par Eugène Lenepveu:

 
 

 
 
Eugène Lenepveu
 

Heureusement repeint par Marc Chagall
 
 
Pour ceux qui regrettent la première version, rassurez-vous, vous pourrez voir la maquette de Lenepveu au musée d’Orsay.

Pour terminer, j’aimerais vous parler d’un artiste que j’aime beaucoup et qui, de mon point de vue, n’est pas  assez connu : Maurits Cornelis Escher (1899/1972).

Voici un bon exemple de la façon de manier le “double langage” en peinture.

“Les escaliers qui montent c’est toujours pour moi” Jacques Brel
 
Comme vous l’avez sans doute compris, le but de la peinture est avant tout de déranger, afin d’amener le spectateur à se poser des questions. Comme vous avez pu le constater, pour celà tous les moyens sont bons, y compris parfois les plus insolites…


 
*

 
 

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog