bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par Complik Clé
Publié dans : #Guest Stars


 

 

 

David Beckham
www.feromono.com

 
 
On trouve souvent, via le net, une liste des « perles » du bac renouvelée chaque année, où l’on peut admirer à loisir les bourdes, les boulettes que certains élèves commettent à leurs épreuves écrites.
Je ne sais pas si ça vous rassurera, mais, aux épreuves orales de français, on a droit aussi à des perles exceptionnelles, face à face avec l’élève, en direct-live comme dirait l’autre… Et je dois dire que j’ai failli m’arracher les cheveux mercredi dernier, en faisant passer sept élèves de première STG.
J’ai des premières STG toute l’année, j’ai donc bien pu me rendre à l’évidence que le français n’est pas leur matière favorite (ils ne sont pas en section littéraire non plus, c’est donc normal), ils ont de gros coefficients en gestion, informatique, communication, etc. Alors, le français, c’est un peu leur dernière préoccupation… Mais quand même… Quand même… J’ai quand même l’impression, ou la folle illusion, que mes élèves ne s’en sortaient pas trop mal. Mais mercredi… Mercredi j’ai eu devant les yeux un joyeux défilé de clones de David Beckam de dix-huit ans (cheveux en crête et nuque longue, un diamant ou, mieux encore, le sigle « chanel » en strass, à chaque oreille, des bijoux, des t-shirts siglés Dolce-Gabanna ou Diesel…), c’était le festival des coqs.
Mais bon, on ne les note pas sur leur look, et j’ai eu, moi aussi, un certain mauvais goût vestimentaire pendant l’adolescence. Ca m’a quand même fait un peu flipper tous ces David Beckam, j’avais l’impression de faire un mauvais rêve.
Mais bon, on peut avoir l’apparence d’un coq et s’en sortir pas trop mal, certains étaient assez intéressants (les deux qui n’étaient, comme par hasard, pas lookés comme David B.)
J’ai interrogé un de ces coqs sur un passage de Zadig, de Voltaire, dans lequel les personnages débattent à propos de la religion, un passage plein d’ironie (pour Voltaire c’est original).
Chez Voltaire il y a du second degré qui n’est pas forcément accessible à tous, ok.
Ce coquelet me lit nonchalamment le texte, et je remarque, surprise, qu’il lit « … vous ne savez pas que le [kaoss] (pour chaos) est le père de tout… ». Le coq fait un petit commentaire plus ou moins nul (première partie de l’oral), puis je l’interroge (seconde partie de l’oral), en me disant, bien naïve que je suis, que le stress l’a fait mal lire. Je lui demande donc de relire la fameuse phrase où le chaos est le père de tout. Et là, rebelote, il lit « kaoss » (je précise à tout hasard que le coq en question n’est pas d’origine étrangère, ça aurait pu l’excuser)
-    « Etes vous sûr que ce mot se lit [kaoss] ???
-    Euh… peut-être pas… on dit [chao] ??? »

Silence médusé de ma part…

-    « Ben, non, on dit [kao], le –ch- se prononce [k], le chaos se dit [kao]…

Regard surpris de David Beckam…
Je choisis de creuser un peu, maso que je suis…

-    « Que signifie, d’après vous, le mot chaos ???
-     … euh, ben, je sais pas trop… c’est un monstre ???

Et là, j’ai senti que c’était le kaoss dans ma tête…
Je veux bien que la notion de chaos soit difficile à définir, mais j’estime que chacun sait plus ou moins vaguement, à dix-huit ans, que le chaos peut être assimilé à une destruction, au big-bang, ou même au bordel, je sais pas… C’est quand même un terme relativement commun… Et ce pauvre coquelet était incapable de m’expliquer le chaos. Il n’avait pas besoin, remarque, il était en train de l’illustrer sans le savoir…
Ce n’est pas grave, c’est plutôt drôle après coup, mais sur le moment j’ai ressenti une angoisse… Il a avoué qu’il se moquait éperdument du français, qu’ils n’avaient pas bien travaillé ce texte avec le prof, etc. Bref, il se cherchait des excuses, alors que la seule vraie raison de cette ignorance (excusez-moi mais je ne vois pas d’autre mot) était le manque de curiosité intellectuelle.
Lui, il s’en fout de ne pas savoir ce qu’est le chaos, ça ne le gênait pas du tout. Il a du se dire que j’étais une conne d’intello, lui il a bien mieux à faire que de comprendre tous les mots, c’est pas ça qui l’intéresse, non. Ce qui l’intéresse, c’est de ressembler à David Beckam, d’avoir un jour autant d’argent que lui, ah ça, l’argent, ça avait l’air de le faire rêver, c’est bien plus important que Voltaire.
Tout ça parce qu’on (souvent « on » est un con) les persuade que leur bonheur tiendra à l’argent et à la célébrité, à la parade, y a que ça de vrai. Avoir de beaux diamants dans les oreilles, passer à la télé, avoir une mega voiture, c’est sûr, le mot bonheur, il aurait pu me le définir à sa façon…

C’est une perle parmi d’autres, mais ça fait réfléchir… Si certains jeunes ne savent pas définir le chaos, comment feront-ils pour le reconnaître, pour l’empêcher ???
Je suis une jeune adulte, peut-être un peu vieille dans ma tête, et je me fais du souci pour demain… Heureusement, je regarde les nuages…



 


David Beckham
www.feromono.com



*

 

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog