bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par Calaube
Publié dans : #Guest Stars
(Par Calaube)

 
Je supporte difficilement les réveils brutaux, le matin. Ce que j’aime c’est quand elle vient doucement près de moi et que je sens son souffle tiède sur ma nuque. C’est un jeu, elle le sait. Je joue aussi, et même si ses pas se font légers sur le parquet, je l’entends arriver, mais, je garde les yeux fermés et surtout, même si mon cœur s’emballe un peu, je maîtrise ma respiration pour qu’elle ne me trahisse pas. C’est un moment merveilleux d’amour et de tendresse qui nourrit chacun de mes débuts de journée. Ce matin là, le chat en s’étirant, avança l’heure de mon éveil, mais, hors de question de me lever et de commencer ma journée sans mon plaisir quotidien. Je restais donc sans trop bouger, goûtant les minutes qui me séparaient de mon ravissement. Le chat lové contre moi ronronnait, chacun son plaisir. Le ciel progressivement s’éclaircissait. Bientôt, l’été ! J’adore l’été, l’océan, faire du vélo sur les chemins. Je pense aussi au bassin, quand on se promène ensemble, main dans la main. Et que de temps en temps, elle s’arrête, elle se tourne vers moi, me regarde, et me dit : « tu sais quoi ? » là, encore je joue, alors bien sûr, je réponds : « non ». Et, avec un sourire immense, elle : « hé bien, je t’aime !! ». Allez ! Sans exagérer, elle a du me poser cette question au moins un millier de fois. Mais même si parfois, je réponds : « je sais, je sais », je reçois son amour en plein cœur. Je l’aime aussi. Donc ce matin là, j’attendais sa venue. La maison encore silencieuse, elle dans son lit, moi dans le mien, je n’ai jamais obtenu d’elle, qu’elle m’accepte dans son nid à demeure. De temps en temps quand vraiment, vraiment ma solitude nocturne me pèse trop, elle ouvre ses bras et ses draps. Et je peux me lover contre elle et m’enivrer de sa douceur. L’attente de ces moments intenses augmente le bonheur que j’ai à la retrouver.
Même le chat s’est arrêté de ronronner, dans la quiétude matinale, le moindre son prend de l’ampleur. Les volets en s’ouvrant habillent le silence. La journée commence ! Ses pas furtifs se rapprochent. Fermer les yeux, respirer calmement et régulièrement, et, surtout positionner ma nuque, adroitement mais, négligemment découverte. La porte doucement s’entrouvre, sa chaleur la précède. Elle entre précautionneusement, son plaisir étant de me surprendre… je ne frémis pas. Elle retient ses cheveux pour ne pas qu’ils la devancent. Elle se penche, son odeur exquise me fait frissonner. Son souffle, enfin s’égare dans les cheveux fins de ma nuque. « Bonjour… mon ange » je soupire de ravissement. «As-tu bien dormi… mon trésor » je vibre de contentement. « Huuummm ! Oh oui, maman ! ». « Il est l’heure ma chatte, l’heure du petit déjeuner… tu me retrouves dans la cuisine ? ». La petite fille que je suis, jubile, encore une fois. J’ai pu savourer de ce moment magique. Mais avant de la rejoindre en me délectant des effluves de chocolat échappés de la cuisine, je glisse une main derrière mon oreille et je la referme délicatement autour de l’un des baisers déposé par ma mère. Puis je le dépose délicatement dans ma boite à bonheurs. Je fais des provisions.
La journée commence et, c’est en chantant que je me précipite vers la source chocolatée





 
*


 

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog