bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par La Muse
Publié dans : #La Muse



 
 
C’était en juin 1988. Nous habitions un appartement en centre-ville, au rez-de-chaussée, avec une véranda donnant sur un petit jardin privatif et totalement clos.
J’étais occupée à faire le ménage. Mon esprit n’était pas focalisé sur une idée particulière – en fait, je  devais ne penser à rien…
En traversant la véranda, je jette un vague regard oblique sur le jardin et m’arrête pile en voyant, à quelques mètres de moi, derrière la vitre,  un être qui semblait vaguement humain (mais que je ne ressentais pas comme tel), en plein millieu du massif, courbé en deux, totalement immobile, qui semblait regarder le sol.
Il était blond, les cheveux frisés me sembla-t-il (mais je ne suis pas tout-à-fait certaine), son buste raide, totalement à l’horizontale, était revêtu de quelque chose de bleu clair lumineux. Il portait un pantalon beige/marron clair.
Je suis restée totalement immobile à le regarder. Je n’étais absolument pas effrayée. Lui ne bougeait pas.
Quelque chose me disait que si je détournais le regard ne serait-ce qu’un instant, il disparaîtrait. Alors je suis restée, longuement.
Et puis, naturellement, il a fallu que je vérifie mon impression. Alors, sans bouger la tête, j’ai légèrement dévié mon regard. Et bien entendu, quand j’ai voulu le fixer de nouveau, il avait disparu…
Sur le moment, j’ai trouvé ça très drôle ! Pour une hallucination, ça semblait vraiment réel ! (en même temps, je vous rassure, j’en ai pas tous les jours, des hallucinations ! Des crises de delirium non plus !)
Quand BMC rentre quelques heures plus tard pour déjeuner, je commence à vouloir lui raconter la vision de cet “allié” mais il me coupe la parole.
“Ne dis rien, je le vois.”
Et de me le décrire à son tour. Très exactement au même endroit. Même position du corps. Buste bleu et jambes de bois pour lui. A part très vaguement l’endroit, je n’avais pas eu le temps de lui dire quoi que ce soit..
Il est intéressant de noter que, bien que positionnée au même endroit dans la véranda et juste aux côtés de BMC, je n’ai rien vu à cet instant.
Chacun de notre côté – sans nous concerter – nous avons griffonné un dessin et une vague description … étrangement semblables.


 
        

 
Le dessin de B.M.C.
 





Le dessin de La Muse

 

PS : “l’allié”, c’est encore en référence à Castaneda. Laissez tomber, on aurait aussi bien pu le surnommer le fantôme, le zombie ou l’intrus
****
 

 

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog