bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.
 
Mona Lisa, qui était-elle? D'où venait-elle? On a dit tant de choses sur son compte; certains prétendent que ce serait un homme, connaissant les goûts de l'illustre savant c'est possible. Mais comme ça risque de faire l'objet d'un autre article, je vais vous parler, non pas du modèle, mais de la "reproduction" en deux dimensions sur panneau en peuplier de 77 x 53 cm.

Elle est conçue en 1503, son accouchement "définitif" aura lieu en 1507. À compter de ce moment, elle va vivre une jeunesse dorée auprès de son papa, qui ne voudra jamais s'en défaire, même à la demande expresse de François (pas le Président, le Roi).

À la mort de Léonard, François Ier. l'installe au château de Fontainebleau.
 Louis XIV la fait transporter à Versailles, où elle entend tout ce qui  peut se dire dans le cabinet du Roy.
 Napoléon (au fait c'était quoi son prénom à Napoléon ?) l'installe dans la chambre de Joséphine où elle entend d'autres discours…
Sans doute lassée des soupirs, elle se retrouve enfin au Louvre en 1804.

Alors là c'est le bonheur total. Mettez-vous à sa place, vous êtes collé à un mur, et du matin au soir, des centaines, peut-être des milliers de gens viennent s'extasier, parlent de votre beauté, que sais-je encore… Avouez qu'il y a de quoi sourire. Jusqu'au 21 août 1911, jour, où un certain Vincenzo Perugia, vitrier de son état, par une ruse à sa façon, va vous entraîner de force; et comme vous n'êtes qu'un malheureux petit panneau de peuplier, difficile de résister.

 Durant deux ans, vous allez être collé au mur de sa modeste chambre parisienne; là plus d'admirateurs, deux ans de cellule, c'est dur. Pour le principe vous souriez toujours, mais le cœur n'y est plus, comme personne ne vous voit, on ne peut pas savoir, peut-être à ce moment-là le fameux sourire est-il devenu rictus ?


 

 
Photo d'époque (Musée du Louvre)

Grand branle-bas dans Paris, ce cri n'a fait qu'un tour: "On a volé la Joconde" . On promet moult récompenses. D'abord la Société des Amis du Louvre 25.000 Fr. Peu de temps après la somme est doublée, la célèbre revue "L'illustration" propose 50.000 Fr. à celui qui rapportera le tableau à la réception du journal. Rien n'y fait.

On va accuser Apollinaire et Picasso d'avoir fait le coup (souvenez-vous l'affaire des statues, mais c'est une autre petite histoire…).
 
Comme vous vous en doutez, le voleur en question, qui était sans doute plus un illuminé qu'un escroc, offrit à Mona Lisa un petit voyage en Italie. T'as voulu voir Florence et on a vu Florence… (Dutronc n'était pas encore là, Brel non plus). Arrivé dans la ville des merveilles, en faisant bien attention à ne pas attraper le syndrome (vous avez entendu parler du syndrome de Florence ?), Vincenzo présente Mona Lisa à un certain  antiquaire, qui l'ayant reconnue prévient, comme on dit "les autorités".

Notre homme prétendit qu'il voulait rendre le tableau a l'Italie. Dans son pays, il devint un héros national.

Mona Lisa eut droit à un retour gratuit payé par l'état. Depuis ce temps, elle n'a plus quitté son cher Louvre que deux fois. Une première fois pour aller aux U.S.A., une autre fois pour aller au Japon.


Bien entendu il y aura toujours quelqu'un pour dire que la Joconde du Louvre n'est qu'une vulgaire copie….

 
ooooo


 

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog