bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par la Muse
Publié dans : #La Muse

la-muse.png,a-muse.png,muse,Muse, la muse, La Muse,musée,musées, BMC, bmc, B.M.C., b.m.c.,le blog de bmc et la muse,musée du louvre, musée d'art moderne, musée beaubourg, musée georges pompidou,peinture moderne, peintures modernes,peinture contemporaine, peintures contemporaines, La Muse peinture,art maniac, art-maniac,art maniac bmc, art-maniac bmc.

 
Vu hier sur Canal la diffusion d'un documentaire signé Alex Cooke – réalisatrice à la BBC "Arnold à la conquête de l'ouest" datant de 2004 et sorti en France en février 2005.

Ce film retrace une véritable farce politique, la campagne électorale d'Arnold Schwarzenegger en Californie durant l'été 2003.

Je me suis dit que ça n'allait pas être triste.. et je n'ai pas été déçue.. sauf que je n'avais pas anticipé le malaise que me laisserait ce spectacle grand-guignolesque à la fin, en pensant aux possibles conséquences planétaires…


 
Elu gouverneur de la Californie en 1998 puis réélu en novembre 2002, Gray Davis, démocrate, dut faire face à une énorme crise de l'énergie et à un substantiel déficit du budget de l'état. Dès lors, un milliardaire américain qui avait des ambitions politiques (il se désistera ensuite au profit d'Arnold)  ressortit un vieux texte de loi passé aux oubliettes, le "recall" (=rappel) consistant à réclamer la destitution du gouverneur en place par referendum. Il y mit le paquet. Il eut gain de cause. (Je n'ai toujours pas compris pourquoi, les larmes aux yeux, il annonça quelque temps et quelques millions de dollars après, qu'il se retirait de la course…)

 

 

 

Il faut dire que Gray Davis gênait des gens bien placés en réclamant un contrôle du prix de l'électricité (qui lui fut refusé par George W. himself) alors même que des géants comme Enron – de triste renommée – militaient pour une totale dérégulation du marché. Pour rappel, ayant obtenu gain de cause, Enron (1er contributeur de la campagne Bush en 2000…) s'est goinfré un bénéfice de 500 millions de dollars en un an sur le dos des Californiens, qui d'après Davis serait largement en cause dans le déficit..

De son côté, dès 2001, Arnold était déjà pressenti comme candidat potentiel au poste de gouverneur de la Californie, si bien qu'il a été approché par les dirigeants d'Enron, qui voyaient en lui un allié de poids en cas de victoire à l'élection.


La procédure de "recall" ayant abouti, Schwarzy se lance donc dans une campagne électorale éclair qui va durer tout l'été 2003. L'idée est de faire parler de lui. Alors, il affrête plusieurs cars et invite la presse nationale et internationale (dont fera partie notre réalisatrice) à sillonner avec lui la Californie et à relayer l'info auprès des medias. Sauf que les journalistes ont essuyé rebuffade sur rebuffade quand ils essayaient d'obtenir de lui une véritable interview… Cette technique s'est avérée payante : il a eu chaque jour un retour sur les télés et dans les grands journaux. On ne parlait que de SA campagne !

Jour après jour, il martèle le même embryon de discours simpliste, brandissant un balai pour appeler les électeurs à nettoyer l'état de Californie (comprendre "virer les démocrates en place").


 
Jour après jour, il ressort les mêmes vannes vaseuses et use et abuse des "hasta la vista, baby !" et autres "Terminator" devant une foule débile et enthousiaste… (Lors d'un discours prononcé à l'Université de Californie, il reçoit un œuf sur l'épaule. Hilare, il s'exclame "Ce mec me doit du bacon !" C'est vrai quoi.. on n'a pas idée de servir des œufs sans bacon…)

Face à lui, une floppée de candidats (peut se présenter qui veut..), dont quelques professionnels de la politique quand même – mais aussi d'éphémères célébrités de la télé, un chasseur de primes ex-taulard et fier de l'être, un homonyme de Mickael Jackson tentant de se faire un nom, une star du porno (en plus, d'une laideur absolue, celle-là…), deux frères – non dénués d'humour – profitant de l'aubaine pour promouvoir leur marque de bière…

Un show télévisé est organisé chaque soir avec la crème de ces postulants qui se ridiculisent eux aussi à cœur-joie.


 
Non content de ne pas répondre aux journalistes, Arnold (excuse-moi, mon grand, cette familiarité.. mais tu as un nom à coucher dehors et mon clavier rechigne !), Arnold donc, va refuser tout débat avec ses quelques adversaires valables (les autres aussi, en passant..). Et lorsque se présentent des accusations étayées de harcèlement sexuel – voire de participation reconnue par lui-même dans un passé lointain – à une gigantesque orgie en 1977 -  orgie qui de la part de certains des participants s'est terminée en viol collectif – avec prise de drogues diverses… là, il fait fort, l'Arnold !! Il s'excuse, il regrette ses "comportements pas toujours adéquats", ses "paroles obscènes et dingues et scandaleuses" et – croyez-moi ou non – ça va leur suffire, aux Californiens… puisqu'en octobre 2003, Arnold Schwarzenegger est élu gouverneur de la Californie !!!


 
Toutefois, confronté à l'exercice du pouvoir, la première année de son mandat sera difficile… jusqu'à ce que, prenant conscience de la chute vertigineuse de George W dans l'opinion, il entame un spectaculaire virage à gauche et prenne l'exact contre-pied du président, prônant soudain le mariage homosexuel, le droit à l'avortement, la légalisation des drogues douces, l'interdiction de la détention d'armes… Sa cote remonte alors en flèche ! Reste à savoir ce qu'il fera s'il est réélu… les promesses n'engageant que ceux qui les écoutent, comme disait  Machin…

Mardi prochain (demain), 36 des 50 états américains vont de nouveau voter pour désigner leur gouverneur – dont la Californie, qui, soit dit en passant, fait partie des sept états les plus influents stratégiquement, en ce sens qu'ils désignent le plus grand nombre de grands électeurs lors de l'élection présidentielle.

Devinez quoi ? Qui organise, d'après vous, les élections présidentielles dans son état ? … le gouverneur (cf le frère de W en Floride…).
Que faisaient G.W Bush, Bill Clinton, Ronald Reagan ou Jimmy Carter avant d'être élus à la Présidence ?.... gouverneurs…

Intégré de par son mariage au clan Kennedy, soutenu par des gens aussi populaires que Spielberg ou Clooney, Governator est quasi-assuré de sa réélection et on raconte qu'un lobby tente en ce moment-même de faire modifier la Constitution afin de permettre aux citoyens nés hors des Etats-Unis de se présenter aux élections présidentielles.
… après W… Terminator ? …

 
✪✪✪✪✪✪✪✪✪
 
 

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog