bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.
 
edgard cayce , art maniac le blog de bmc,Bmc,art,peinture,art-maniac,bmc,,culture,le peintre bmc,  
 
Edgar Cayce



"Devant la logique, j'hésite parfois. Mais l'impossible m'apparaît probable à première vue."
                                                  
Alphonse Allais.
                                                                                        
Voilà, encore une fois, je vais mettre en rage tous les RBB de la création (vous savez, les rationalistes bêtes et bornés). Mais il faut bien dire que j'y prends un malin plaisir.

L'américain Edgar Cayce (bien que son nom soit d'origine française, on prononce kai-si.) est né le 18 mars 1877.

Ses parents étaient fermiers dans l'État du Kentucky. A l'âge de cinq ans, le jeune Edgar raconte à ses parents qu'il peut leur parler des personnes de sa famille récemment décédées. Bien entendu personne ne le croit .A l'école Il est souvent considéré par ses camarades comme un peu simplet. Très jeune il demande à son père de lui acheter une bible. A treize ans, il l'a déjà  entièrement lue  plusieurs fois.
 
edgard cayce , art maniac le blog de bmc,Bmc,art,peinture,art-maniac,bmc,,culture,le peintre bmc,
 
 
Edgar Cayce à l'âge de 15 ans


Voici ce qu'il écrira plus tard :" À cet âge, donc, je vécus une expérience religieuse, une vision accompagnée d’une promesse (promesse qui m’est toujours très sacrée). Ceci n’empêcha pas que, le lendemain, j’étais comme d’habitude incapable de réciter correctement mes leçons en classe. Le soir venu, il me fut tout aussi difficile que de coutume d’apprendre ma leçon d’orthographe. Je m’acharnai à l’étudier. Chaque fois que je croyais la savoir et que mon père prenait le livre pour me demander d’épeler les mots, je n’y arrivais pas. Au bout de deux ou trois heures, fréquemment réprimandé pour ma stupidité, une voix intérieure me souffla : « Fie-toi à la promesse. » Je suppliai mon père de me laisser me reposer cinq minutes. Il y consentit. Je refermai le livre, le plaçai derrière la tête et m’endormis assis sur ma chaise. Lorsque mon père prit à nouveau le manuel d’orthographe, non seulement je savais ma leçon, mais je pouvais épeler tous les mots du livre et, en outre, indiquer la page et la ligne où se trouvait chacun d’eux. À partir de ce jour-là, je n’eus plus de difficultés à l’école".

Un jour,  Edgar est très malade. Le médecin de campagne appelé en urgence, est là, impuissant, ne sachant que faire. Le garçonnet est dans le coma. Les parents envisagent déjà le pire.. Alors la voix de l'enfant s'élève dans le silence : "J'ai reçu un coup de balle de base-ball sur la colonne vertébrale. Il faut me faire un cataplasme" suit la liste de toutes les plantes nécessaires. A tout hasard n'ayant d'autre solution, on fit le cataplasme. On constatera lors de son réveil que la quasi-totalité des plantes en question lui étaient totalement inconnues. Le lendemain Edgar courait comme un lapin.

A seize ans, Edgar quitte l'école, jusque là les seuls livres qu'il possède sont sa fameuse bible et un catéchisme. Une furieuse envie de lire et de s'instruire le travaille, aussi décide-t-il de rechercher un emploi dans une librairie.

Pour tous ceux qui sont actuellement à la recherche d'un emploi, vous pouvez toujours essayer la "méthode Cayce". Voici comment il s'y prit, c'est lui-même qui l'a raconté :"J’entrai dans le magasin et annonçai au propriétaire que j’allais travailler pour lui. Il objecta qu’il n’avait besoin de personne. Étant persuadé du contraire, je me présentai le lundi suivant pour commencer mon travail". Et ça a marché…

Cayce va vivre une autre expérience, voici comment il la relatera par la suite : "Quelques mois plus tard, je me plaignis de violents maux de tête. Mon médecin ne réussit pas à en déterminer la cause. À la suite d’une terrible migraine, je perdis toute notion de la réalité . Un ami me vit déambuler dans la rue et me ramena chez mes parents. Je restai plusieurs jours sans connaissance. Lorsque je repris mes sens, j’avais de grandes difficultés à parler. Pendant un an, ma voix ne s’éleva guère au-delà d’un murmure. Mes parents tentèrent tout ce qui fut possible, néanmoins ma santé déclina.
Parmi ceux qui essayèrent de m’aider, se trouvait un hypnotiseur ambulant. Ce n’était ni un médecin ni d’ailleurs un homme très instruit. Il découvrit que je pouvais parler normalement sous hypnose, mais que j’en étais incapable aussitôt que je revenais à l’état normal. Au bout de quelques mois, je ne pouvais même plus chuchoter, et bien des gens supposèrent que j’étais atteint d’une phtisie galopante. Or un habitant de la localité pratiquait l’hypnotisme. Je suppliai mes parents de lui permettre d’essayer l’idée d'un spécialiste de New York. Ils acceptèrent. Cet homme vint chez nous un dimanche après-midi, le 31 mars 1901. Seuls ma mère, mon père et lui étaient présents. Je m’allongeai sur le divan et perdis promptement conscience. On me rapporta qu’après avoir reçu de la part de l’hypnotiseur la suggestion que j’allais voir mon propre corps, j’avais mentionné ce qui suit : « Oui, nous sommes en présence du corps. Dans les conditions ordinaires, ce corps est incapable de parler à cause d’une paralysie partielle des muscles inférieurs des cordes vocales, paralysie due à un surmenage nerveux. Il s’agit d’un problème psychologique engendrant un effet physique. On peut y remédier en suggérant au corps, tandis qu’il se trouve dans cet état inconscient, d’augmenter la circulation sanguine dans les zones affectées. » L’hypnotiseur se conforma à ces directives. On me relata qu’une vingtaine de minutes plus tard, j’ajoutai : « C’est bien. » Quand il m’ordonna de me réveiller et que je repris conscience, j’avais recouvré la voix."

Après avoir pratiqué différents métiers, Cayce finit par s'installer comme photographe. Il ouvre une petite boutique à Hopkinsville ou il espère vivre tranquillement sans qu'on vienne le déranger avec "son don". C'était compter sans son ami d'enfance Al Layne et sa fiancée Gertrude, qui à force de persuasion finirent par le convaincre. "NON, Edgar n'a pas le droit de garder ce don pour lui", il n'a pas le droit de refuser de soigner, les malades, les affligés, et tous ceux qui souffrent ici-bas.


edgard cayce , art maniac le blog de bmc,Bmc,art,peinture,art-maniac,bmc,,culture,le peintre bmc,
 
Edgar cayce et Gertrude
 
 
Son ami d'enfance est toujours malade, il se traîne, personne ne sait ce qu'il a, Cayce finit par se laisser convaincre pour faire ce qu'il appellera plus tard "une lecture". A son réveil, Edgard se met presque en colère: " non je t'interdis de prendre toute ces drogues que tu viens de noter sous ma dictée, c'est de la magie, c'est trop dangereux je n'en connais aucune d'entre elles". Suite à cet incident Edgard se fâche avec son ami qui est bien décidé à pratiquer le traitement. Cayce s'enferme dans sa boutique et ne veut plus entendre parler de ça . Huit jours passent et l'ami Al se pointe au magasin, il n'a jamais été aussi bien de sa vie.

Bien entendu l'histoire fait le tour de la petite ville. Il n'est pas question que Cayce refuse de soigner. Il proteste " Ce n'est pas parce que je parle en dormant que je vais me mettre à soigner les gens".

Il finira par accepter à condition de ne pas voir ses "patients", et de ne pas connaître leur nom. Bien entendu il ne sera pas question de leur demander de l'argent, ou une quelconque compensation matérielle.

Après le travail, Edgar donne ses "lectures". Le corps médical s'inquiète, ses ordonnances sont bien trop précises, il ne peut s'agir que d'un confrère déguisé. Edgar a toujours autant de complexes, aussi décide-t-il de ne donner que deux séances par jour. N'y tenant plus il décide d'arrêter ses consultations. Immédiatement il redevient aphone. Pour recouvrer sa voix, il devra accepter de reprendre les lectures.

Voici un exemple de "lecture", qui me paraît très intéressant : un certain James Andrews qui est un notable de la ville vient consulter Cayce. Sous hypnose, l'homme de l'art va lui prescrire une série de médicaments parmi lesquels de "l'eau d'Orvale". On a beau courir toutes les pharmacies du coin, se renseigner auprès des médecins, des hôpitaux, pas plus d'eau d'Orvale que de…(vous voyez ce que je veux dire…). Tout le monde de se moquer de Cayce : ", il dit n'importe quoi, il parle de remèdes qui n'existent pas…" On demande à Cayce une nouvelle "lecture" dans laquelle il donne la composition exacte de cette fameuse eau, composition extrêmement complexe. Andrews fait publier des recherches dans toutes les revues médicales. Enfin une réponse arrive de France, c'est un jeune médecin qui indique que la fameuse eau avait été" inventée" par son père, mais que la fabrication  était abandonnée depuis cinquante ans. La composition est exactement celle décrite par Cayce.

Le syndicat des médecins s'intéresse au cas Cayce. Trois d'entre eux assistent régulièrement aux "séances". Ils sont stupéfaits des résultats, au point d'autoriser Cayce à donner officiellement des "consultations psychiques".

Cayce est maintenant marié, il a un fils. A l'âge de huit ans, le fils en question en jouant avec des allumettes met le feu dans le laboratoire du photographe à un stock de magnésium, il est très grièvement blessé. Les médecins consultés concluent à une cécité totale. De toutes façons, il faut procéder à l'ablation d'un œil. Cayce va pratiquer une lecture, il s'insurge contre l'ablation de l'œil. Mais ce qui va l'angoisser davantage c'est que le remède qu'il donne est tout simplement effrayant : "pratiquer des applications de compresses imbibées d'acide tannique". C'est une folie, pourtant Cayce va obéir à ses voix. Quinze jours plus tard l'enfant est complètement guéri.

Une autre fois, Cayce va prescrire un médicament du nom de "Codiron", et prend la précaution d'indiquer l'adresse du laboratoire. Là encore ce médicament est introuvable. On téléphone au labo. Perplexité des fabricants : "c'est impossible que vous connaissiez ce médicament, il n'est pas encore en vente et on vient juste de lui donner un nom".

Un certain jour, il faut croire qu'il était particulièrement en forme, alors qu'il pratiquait une lecture, il indique l'ordonnance et poursuit :" voici les deux autres ordonnances". Au réveil, personne ne comprend ce qui vient de se passer. Ce n'est que le lendemain lorsque deux patients se présenteront qu'il expliquera qu'il a déjà donné les remèdes la veille.

A force d'être sollicité et soumis à la pression de ses proches, Cayce acceptera en 1924 de donner des consultations payantes et d'abandonner son métier de photographe, il a quarante-sept ans. Cela lui coûta beaucoup.
Jusque là il refusait de recevoir de l'argent, obligeant les siens à vivre dans la gêne. Il considérait que c'était une question d'honnêteté.

On pourrait citer à l'infini des exemples des guérisons miraculeuses d'Edgar Cayce. Il a donné durant sa vie des milliers de lectures, toutes sont répertoriées et archivées à la fondation qui porte son nom. C'était un homme extrêmement complexe, il a traité de très nombreux sujets , chacun nécessite au moins un article, aussi aurais-je l'occasion d'y revenir.  Il a fait des prédictions très intéressantes concernant, en particulier, les États-Unis, il a beaucoup parlé de karma, des archives akashiques, de réincarnations, de l'Atlantide, de Mû et de bien d'autres choses encore. . Ce serait beaucoup trop long à traiter dans un seul article.
Toutes ces lectures sont conservées à Virginia Beach, au siège de l’ARE, Association for Research and Enlightenment, une fondation qu’Edgar Cayce a lui-même créée. Elles ont été consignées par sa secrétaire et servent aujourd'hui de support à des études approfondies de la part de nombreuses équipes de chercheurs de par le monde.
 
Art-maniac,art maniac,bmc,BMC,le peintre bmc,peinture, peintures,art, art moderne,art contemporain, art ancien,impressionnisme, ,photo,photos,cinéma,dessin,art brut,musée,
 
Fondation Cayce

Cayce était atteint d'une grave maladie qu'il était seul à connaître.  Lors d'une de ses lectures il avait prévenu: " le 3 au soir je serai définitivement guéri d'être quelque chose d'autre"


Edgard Cayce a transité vers une nouvelle destination le 3 janvier 1945

 
Edgard Cayce, edgard cayce, Cayce,cayce,Thérapie par le rêve,hypnose, Hypnose, PMC,bmc,peinture bmc, peintures bmc,art-maniac,art maniac,entrezlibres,La Muse, la muse,Picasso,pablo picasso,Pablo Picasso,la terre creuse, La terre creuse,Marthe Robin, marthe robin,Constantin Brancusi,Robert Tatin,alchimie,Alchimie, Fulcanelli,Jerome Bosch,Le douanier Rousseau, Le Douanier Rousseau, Henri Rousseau, Beaubourg,Centre Beaubourg,centre beaubourg,Centre georges Pompidou, expositions,exposition,Election, Elections, élection présidentielle, Nicolas Sarkosy,Pierre Bonnard,Alechinsky, Pierre Alechinsky, Bonnard,Poliakoff, Serge Poliakoff,le blog de bmc, le peintre bmc, peinture contemporaine,peinture moderne, peintures modernes, peintures contemporaines,art moderne, art contemporain,art abstrait,peinture abstraite, peintures non figuratives,musée, Musée, Musées,Galerie d'art, Galerie de peinture,gallery, art moderne,Giacometti,Miro,miro,Fondation Cayce, fondation cayce,arapsycholigie, paranormal, Paranormal,prédictions, Prédictions,Photographe,
 
Il existe de très nombreux sites Internet consacrés à Edgar Cayce.


La bibliographie est aussi beaucoup trop importante pour être citée ici.


 
 
Son thème
 
edgard cayce , art maniac le blog de bmc,Bmc,art,peinture,art-maniac,bmc,,culture,le peintre bmc,



✬✬✬✬✬✬✬✬✬✬✬✬✬
 

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog