bmc.constans@free.fr

ENTREZ LIBRES

Publié le par BMC
Publié dans : #B.M.C.

 

 

Gérard Gasiorowski,arts,peintures, bmc,art-maniac,art-maniac le blog de bmc, http://art-maniac.over-blog.com/ le peintre bmc,

 

 

 

Gérard Gasiorowski – Giotto

 

 

Gérard Gasiorowski était un étrange personnage, il a débuté sa carrière par une série hyperréaliste. Petit à petit il va, si l’on peut dire, détruire d’une main ce qu’il construit de l’autre. Il y a chez lui une sorte d’acharnement à “tuer la peinture”, son œuvre est une critique permanente du marché de l’art, une sorte de suicide. À compter de ce moment les galeristes ne lui pardonnent pas cet acharnement, il va maintenant créer l’Académie Worosiskiga (anagramme de Gasiorowski) dirigée, par un soi-disant tyran (!), époque où il peint une série de chapeaux signés de noms de peintres connus.

 

En 1981, il a 51 ans, la galerie Maeght (encore elle !) lui consacre sa première exposition personnelle. C’est un bide total.

 

Gasiorowski continue dans la provocation et la destruction, je passe sur les détails. Il va “peindre” ce qu’il appelle des “Tourtes”, œuvres composées d’excréments, qu’il dispose sur la toile à la façon des pommes de Cézanne. Le “jus de tourtes” servira à créer une autre série : “Les Jus”.

 

Il faudra que le Musée d’Art Moderne de la ville de Paris lui consacre une exposition en 1983 pour que l’on daigne enfin s’intéresser à son travail...

C’est, à mon avis à ce moment-là qu’il va créer la série la plus intéressante, sur de grandes toiles ; une ligne va se suivre passant d’un tableau à l’autre créant ainsi une œuvre unique et fractionnable.

 

 gasiorowski,gérard gasiorowski, maeght,bmc,arts,art-maniac, art-maniac le blog de bmc, http://art-maniac.over-blog.com/ le peintre bmc,

 

 

Gasiorowski est étonnant car il est capable du pire comme du meilleur. Je vous l’ai dit, sa série des lignes est passionnante, son saint François est un chef d’œuvre, j’ai personnellement été très marqué par l’original. En revanche je ne  suis pas intéressé par ses œuvres destructrices, “Les Tourtes”, “Les Fleurs”, et ses installations à base de jouets, même si je comprends très bien sa démarche.

 

L’œuvre de Gasiorowski est déroutante, mais ce n’est pas une raison pour la rejeter en bloc.

 

Peut-être n’ai-je pas tout compris. Mais j’aime tellement ces deux toiles que je voulais absolument qu’elles figurent dans mon Musée Imaginaire.

 

 

 

 

 

tRADUCTION DANS TOUTES LES LANGUES

Hébergé par Overblog